VOS INFOS A DOMICILE GRATUITEMENT

Votre site comores-online.com : + de 150.000 visiteurs par mois, finaliste du prix RFI Net Afrique 2002

Comores-infos est partenaire du réseau électronique africain pour la liberté de la presse. Créé par Reporters sans frontières, le réseau Damoclès agit à différents niveaux pour que soit mis fin à l'impunité dont bénéficient trop d'assassins et tortionnaires de journalistes. Lire la lettre d'information bimensuelle sur l'état de la liberté de la presse en Afrique sur notre site (cliquez sur le lien presse et démocratie).

Nos partenaires : Mwezinet, Al-Watwan et La Gazette des Comores. Notre moteur de recherche, c’est plus de 4100 pages indexées.

Vous êtes aujourd’hui 599 abonnés à recevoir cette lettre. Nous vous remercions de votre fidélité et vous encourageons à parler autour de vous de votre site Portail de la presse comorienne. Beaucoup d'entre vous apprécient ce service. Nous vous remercions de la confiance que vous nous accordez et espérons vous revoir très prochainement sur notre site.



Le Comptoir de l’Océan Indien : votre spécialiste de l’Import-Export aux COMORES

Pour être sponsor de notre newsletter cliquez-ici

Voyagez sans souci aux Comores avec Arfi Voyages

 

Pour que vive COMORES-INFOS et qu'il puisse se développer, le nombre de ses lecteurs et de ses abonnés doit croître. Nous avons besoin de vous, de votre soutien. Abonnez-vous: Vous nous donnez les moyens de la liberté. Vous le savez, seuls les abonnements garantissent l'indépendance d'une publication

 

jeudi 28 décembre 2006

---

 

La réconciliation nationale bat de l'aile

 

 

Depuis la rupture des négociations entre le Chef de l'Etat et les Chefs des Iles dimanche 17/12/2006, le pays est entré dans une période de turbulences.

Mohamed Bacar déploie son armée à Ndzuwani, invente un débarquement armé contre Ndzuwani et multiplie les provocations envers le Chef de l'Etat et l'Armée Nationale de Développement.

En visite à Ndzuwani, le Président de l'Union et sa garde se retrouvent nez à nez avec une armée agressive qui cache mal son hostilité.

La réconciliation nationale bat de l'aile. Force est de reconnaître qu'en réalité, la réconciliation nationale a été une suite de concessions voire de compromissions envers Mohamed Bacar, depuis l'appellation de la direction des îles (Président ou Gouverneur) au moment de la rédaction de la Constitution de l'Union jusqu'à ces derniers mois. La crise actuelle vient du fait que depuis le baccalauréat, Mohamed Bacar se trouve confronté à la fermeté du nouveau Président de l'Union. L'agitation de ces derniers jours à Ndzuwani traduit l'incapacité de Mohamed Bacar à avaliser sa vision des forces de sécurité intérieure (FSI).

On peut comprendre qu'il soit difficile voire peut être impossible pour Mohamed Bacar d'assister passivement à la réduction du pouvoir qu'il s'est octroyé au moment fort du séparatisme. Pour lui préserver son armée sous couvert de FSI est un combat ultime.

Le problème est que Mohamed Bacar parvienne à se rallier l'unioniste convaincu qu'est El Bak. Mohamed Bacar n'est pas un allié avec lequel on peut avoir des divergences, c'est l'obstacle principal à la réconciliation nationale. Les frustrations compréhensibles subies par la direction de Ngazidja ne devraient pas aveugler et faire perdre le Nord. Pour nombre d'observateurs avertis, les difficultés de la direction actuelle de Ngazidja sont fondamentalement les conséquences de cette alliance contre nature qui passait mal sous Azali et qui est absurde sous Sambi.

Il importe de rectifier le tir pour éviter au pays des lendemains calamiteux. Sambi et El Bak doivent s'élever à la hauteur de leurs responsabilités nationales et s'unir pour préserver et consolider la réconciliation nationale. Tel est le véritable enjeu. Il ne faut donc pas s'enliser dans le "conflit de compétences", il faut plutôt miser sur le "partage des responsabilités" et travailler à améliorer le sort de la population de chacune de nos îles.

J'appelle donc solennellement les présidents Sambi et El-Bak à renouer leurs dialogues, à éviter les confrontations inutiles et nuisibles, à relancer les discussions entre l'Etat et les Iles Autonomes dans une optique qui renforce la réconciliation nationale, neutralise les fauteurs de troubles et permet au pays de trouver de l'apaisement afin de pouvoir enfin retrousser les manches et travailler au développement.

Tels sont les vœux de bonne et heureuse année 2007 que je formule au pays et à l'Ile de Ngazidja

IDRISS Mohamed
25/12/2006

 


Envoyer cette lettre à un ami


---

N'hésitez pas à nous communiquer vos commentaires ou suggestions.

Cette lettre est envoyée aux utilisateurs qui se sont enregistrés sur http://www.comores-online.com/Comores-infosweb

Pour la liberté de la presse, abonnez-vous à Comores-infos.

Nos tarifs sont en baisse, profitez de nos promotions.

Abonnez-vous :

- C'est pratique: vous ne manquez aucun numéro. En effet quelques jours après sa parution, la plupart de nos numéros sont introuvables car épuisés.

- Vous nous donnez les moyens de la liberté. Vous le savez, seuls les abonnements garantissent l'indépendance d'une publication.

---

Notre forum  de discussion

Envoyer un commentaire à la rédaction

Abonnez-vous à Comores-infos