VOS INFOS A DOMICILE GRATUITEMENT

Votre site comores-online.com : + de 150.000 visiteurs par mois, finaliste du prix RFI Net Afrique 2002

Comores-infos est partenaire du réseau électronique africain pour la liberté de la presse. Créé par Reporters sans frontières, le réseau Damoclès agit à différents niveaux pour que soit mis fin à l'impunité dont bénéficient trop d'assassins et tortionnaires de journalistes. Lire la lettre d'information bimensuelle sur l'état de la liberté de la presse en Afrique sur notre site (cliquez sur le lien presse et démocratie).

Nos partenaires : Mwezinet, Al-Watwan, Wewu, La Gazette des Comores, Le Matin des Comores et Mayotte-Hebdo. Notre moteur de recherche, c’est plus de 3100 pages indexées.

Vous êtes aujourd’hui 769 abonnés à recevoir cette lettre. Nous vous remercions de votre fidélité et vous encourageons à parler autour de vous de votre site Portail de la presse comorienne.

 

Le Comptoir de l’Océan Indien : votre spécialiste de l’Import-Export aux COMORES

Pour être sponsor de notre newsletter cliquez-ici

 

mardi 11 novembre 2003

---

 

Mayotte : la honte

Réaction de Mr Said Omar Allaoui

Ancien ambassadeur itinérant

Directeur de la Gazette des Comores

Suite aux propos haineux et scandaleux tenus par le Préfet de Mayotte dans les colonnes du Quotidien de la Réunion du 10 novembre 2003. Un grand bravo à notre contre confrère de la Gazette des Comores.

 

 

Les propos haineux et scandaleux tenus dans vos colonnes (le Quotidien de La Réunion) ce lundi 10 novembre par J.J. BROT préfet de Mayotte mériterait qu’on leur oppose le mépris s’ils sortaient d’une bouche autre que celle d’un haut représentant de la République. Lorsque celui qui symbolise les valeurs de « liberté, d’égalité et de fraternité » sur cette île n’hésite pas à emprunter le discours de l’extrême droite, discours xénophobe et raciste : « l’invasion migratoire » qui fait de l’Anjouannais le bouc émissaire de tous les maux dont souffre Mayotte, cela devient insupportable et mérite d’être relevé.

J’imagine le tollé qu’auraient soulevé les propos inqualifiables tenus tout le long de l’interview, par le Préfet de Mayotte, s’ils avaient été dits en France métropolitaine par un responsable politique de ce rang. Malheureusement, sous les tropiques, les grands principes de la République n’ont pas tout à fait la même valeur !

Si l’on peut pardonner à ce haut magistrat venu du Nord, qui ne parle pas un mot de mahorais, de ne pas connaître la culture de ce peuple qu’il administre, si on peut l’excuser d’ignorer l’histoire de ces « iles de la lune », on ne peut pas ne pas être choqué par son discours lepéniste.

 Vouloir réduire l’histoire millénaire de ce peuple séparé par 70 kilomètres de mer, mais uni par une identité de sang, de langue, de religion et de culture, à la courte période coloniale, relève de l’imposture !

Si les aléas de la décolonisation ont fait qu’aujourd’hui Mayotte est administrée par la France, il n’est pas moins vrai que cette île, géographiquement comme historiquement, fait partie de l’Archipel des Comores et que la loi internationale continue de reconnaître un Etat comorien composé de 4 iles.

 

 Mais il ne s’agit pas du problème du statut international de Mayotte dont il est question ici, mais d’un grave problème touchant au respect des valeurs de la République et des droits de l’homme. Il s’agit d’une violation grotesque et insupportable de ces grands principes par le premier magistrat de la France sur cette île. L’actualité tragique de ces derniers jours sur cette île a montré que le climat de haine instauré et entretenu à Mayotte peut conduire à des actes ignobles ! 

 Ecoutons monsieur le préfet : « l’invasion migratoire anjouanaise viole notre hospitalité, viole notre souveraineté et viole la liberté exprimée dans les urnes en 74… Elle sape tous les efforts de développement, elle est responsable de l’échec scolaire de nos jeunes compatriotes mahorais,( …)  Elle sape le droit des femmes et de la planification familiale : mon intuition-je n’ai pas encore les chiffres-- est que le nombre d’enfants par femme est très différent entre les Anjouanaises et les Mahoraises… ». Monsieur le préfet devrait se renseigner auprès des chefs d’établissement scolaires et des services sociaux réunionnais pour ne pas avoir à dire autant de contre -vérités ! Il devrait savoir par ailleurs que depuis 1975 les Comores ont formé une centaine de médecins, des dizaines d’ingénieurs, des centaines de professeurs, des milliers d’instituteurs, des magistrats, des avocats, des cadres qui ne se défendent pas mal dans les institutions internationales !Si le système scolaire mahorais n’a pas pu produire autant de « cerveaux », ce n’est pas la faute aux immigrés anjouanais souvent exploités et humiliés !

 Il est vrai qu’il se pose un problème de flux migratoire incontrôlé d’anjouanais vers Mayotte, comme il s’en pose d’ailleurs à la Réunion avec l’arrivée massive de Mahorais sur cette île.  Mais , a-t-on cherché à lutter contre les causes de ce flux migratoire ?  Pourquoi les habitants des autres iles de l’Archipel partent, souvent au péril de leur vie, vers Mayotte ?  Les causes de l’immigration, on les connaît, c’est la recherche de meilleures conditions d’existence, c’est la fuite de la misère… Nous savons que depuis son indépendance, l’Etat comorien est plongé dans une déstabilisation chronique qui empêche tout développement économique et social.

 Qui cautionne ou laisse faire les coups d’état de Denard et autres ?  Qui a soutenu et encouragé le séparatisme anjouanais ?  Qui a pris la responsabilité de détacher Mayotte de ses iles sœurs ? Pourquoi a-t-on laissé le fossé se creuser entre cette île et les autres ?

Autant de questions que J.J Brot  devrait connaître la réponse.

 Une chose est certaine, ce n’est pas avec de tels discours de haine qu’on pourra résoudre les énormes et délicats problèmes qui se posent sur cette île.

Toute politique française qui voudra se limiter à Mayotte et ignorer son environnement immédiat sera voué à l’échec. Pour relever le défi de l’avenir, Paris se doit d’élargir sa vision sur cette zone, les intérêts stratégiques de la France seront sûrement mieux garantis avec un ensemble comorien apaisé et stabilisé.

 

 

 

 

mardi 11 novembre 2003

---

 

 


Envoyer cette lettre à un ami


---

N'hésitez pas à nous communiquer vos commentaires ou suggestions.

Cette lettre est envoyée aux utilisateurs qui se sont enregistrés sur http://www.comores-online.com/Comores-infosweb

Pour la liberté de la presse, abonnez-vous à Comores-infos.

Nos tarifs sont en baisse, profitez de nos promotions.

Abonnez-vous :

- C'est pratique: vous ne manquez aucun numéro. En effet quelques jours après sa parution, la plupart de nos numéros sont introuvables car épuisés.

- Vous nous donnez les moyens de la liberté. Vous le savez, seuls les abonnements garantissent l'indépendance d'une publication.

---

Notre forum  de discussion

Envoyer un commentaire à la rédaction

Abonnez-vous à Comores-infos