La France octroie une aide budgétaire de 750 millions fc

 

Moroni, jeudi 27 juillet 2006 (HZK-Presse) – « La France reste disposée à accompagner les efforts du nouveau pouvoir », tels sont les propos de l’ambassadeur de France à Moroni, Christian Job, juste après avoir signé ce mercredi avec le Ministre des finances et du budget, Hassani Hamadi, une convention d’aide budgétaire en faveur de l’Union des Comores. Signe des temps, la courte cérémonie s’est déroulée en présence des ministres des finances des îles autonomes.

 

L’aide de la France qui s’élève à 1,5 million d’euros [soit 737.951.625 francs comoriens] est destinée uniquement au règlement partiel des salaires des fonctionnaires comoriens, a indiqué le diplomate français.

 

Cette « aide exceptionnelle » est la deuxième en 8 mois à être accordée. Cela fait des années que le gouvernement français n’octroie plus des aides budgétaires. Paris répond toutefois à une requête du gouvernement comorien qui, dès son entrée en fonction en mai dernier, fait face à une lourde dette intérieure estimée à 50 milliards fc, héritée des régimes précédents.

 

Une ardoise essentiellement constituée par le cumul de plus de 30 mois d’arriérées de salaires des fonctionnaires et agents de l’Etat depuis 1995. En 2006, seul le mois de janvier a pu être payé entièrement.

 

Selon de directeur de la dette, Said Abdallah Cheikh Soilihi, cette aide n’a rien à avoir avec son déportement. Aucun partenaire ne s’est encore prononcé jusqu’à lors pour accompagner les Comores dans ce domaine. Par ce premier geste, la France pourrait amener d’autres donateurs à assister le nouveau gouvernement de l’Union à faire ses preuves dans sa volonté affichée d’assainir la situation des finances publiques.

 

Un conseiller technique au ministère des finances qui a tenu à garder l’anonymat brandit un document cadre devant être soumise à la signature dans les prochaines semaines et dont la France devait apporter son parrainage, notamment sur le partenariat économique avec l’Union des Comores.

 

Environ 80 millions d’euros [39,2 milliards fc] sont prévus sur une période de 3 ans pour accompagner les besoins financiers du secteur social. Il s’agit selon le conseiller d’un fonds devant encourager des initiatives en matière de santé, d’agriculture, d’éducation, etc.

 

Il faut dire que la France, ancienne puissance coloniale et partenaire stratégique des Comores, s’est résolue à prendre les devants de la communauté internationale, ayant pris l’engagement de s’impliquer financièrement dans la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté dans l’archipel [à hauteur de 40% des 200 millions de dollars promis par l’ensemble des donateurs présents à la conférence tenue en décembre 2005 à l’Ile Maurice].

 

Avec cette aide budgétaire, le nouveau gouvernement peut éponger au moins 1 un mois d’arriéré de salaire, mais il doit encore déployer beaucoup d’efforts selon un cadre du ministère pour réussir le pari d’un paiement régulier, en respectant les objectifs et les nouveaux mécanismes fixés par la loi des finances, ainsi que les recommandation du Fonds monétaire international qui vient d’effectuer sa 2ème mission d’évaluation à Moroni.

 

Dans le cas contraire aucun partenaire ne viendra plus au secours des Comores, et le pays risque fort d’être durement sanctionné par les institutions financières internationales, pour n’avoir pas respecté ses engagements, nous confie un conseiller du ministre des finances. A moins d’un miracle, dira-t-il. Et de conclure, « doit on toujours attendre la providence ? ».

 

Abdou Nabahane

270706/an/hzkpresse/14h30



Agence comorienne de presse (HZK-Presse)
BP 2216 Moroni - UNION DES COMORES
Tél : (269) 73 91 21
Mobile : (269) 33 26 76 / 33 04 06