VOS INFOS A DOMICILE GRATUITEMENT

Votre site comores-online.com : + de 150.000 visiteurs par mois, finaliste du prix RFI Net Afrique 2002

Comores-infos est partenaire du réseau électronique africain pour la liberté de la presse. Créé par Reporters sans frontières, le réseau Damoclès agit à différents niveaux pour que soit mis fin à l'impunité dont bénéficient trop d'assassins et tortionnaires de journalistes. Lire la lettre d'information bimensuelle sur l'état de la liberté de la presse en Afrique sur notre site (cliquez sur le lien presse et démocratie).

Nos partenaires : Mwezinet, Al-Watwan et La Gazette des Comores. Notre moteur de recherche, c’est plus de 4100 pages indexées.

Vous êtes aujourd’hui 599 abonnés à recevoir cette lettre. Nous vous remercions de votre fidélité et vous encourageons à parler autour de vous de votre site Portail de la presse comorienne. Beaucoup d'entre vous apprécient ce service. Nous vous remercions de la confiance que vous nous accordez et espérons vous revoir très prochainement sur notre site.



Le Comptoir de l’Océan Indien : votre spécialiste de l’Import-Export aux COMORES

Pour être sponsor de notre newsletter cliquez-ici

Voyagez sans souci aux Comores avec Arfi Voyages

 

Pour que vive COMORES-INFOS et qu'il puisse se développer, le nombre de ses lecteurs et de ses abonnés doit croître. Nous avons besoin de vous, de votre soutien. Abonnez-vous: Vous nous donnez les moyens de la liberté. Vous le savez, seuls les abonnements garantissent l'indépendance d'une publication

 

jeudi 28 décembre 2006

---

Un chauffeur de bus meurt poignardé

Alors qu’il s’apprêtait à repartir pour Mayotte d’où il est originaire, Saïd Anrifadjati, chauffeur de bus de son état, est décédé en pleine fête kaf sous les coups de couteau d’un compagnon de beuverie à la suite d’une querelle sur le parking d’un supermarché de Saint-André. L’auteur des coups, un autre Mahorais connu de la justice, sera déféré ce matin.

C’est l’histoire d’un sacré coup de malchance. À quelques heures près, Saïd Anrifadjati, chauffeur de bus résidant Saint-Benoît, aurait pu être entouré de sa famille pour les fêtes dans sa ville de Sada, sur la côte ouest de Mayotte.

Touché en plein cœur

Comme il le fait régulièrement depuis des années, ce père de famille d’une trentaine d’années venait de poser sa démission de la société de transports en commun Moutoussamy et récupérer son solde de tous comptes dans l’idée d’aller vivre quelque mois auprès des siens dans l’île aux Parfums. Il devait prendre l’avion pour Dzaoudzi mercredi matin. Mais voilà, ayant trop bu la veille au soir, il avait manqué son vol, et était donc contraint de patienter quelques jours de plus à la Réunion. Aussi, en ce soir de fête Kaf, il est retourné boire quelques bières en compagnie de ses camarades, qui se retrouvent régulièrement sur le parking du supermarché La Centrale à Saint-André, en bordure de la RN 2. « Quelques bières » est un euphémisme puisque Saïd Anrifadjati, dit « Bino », avait selon les analyses toxicologiques pratiquées sur sa dépouille 3, 67 g d’alcool dans le sang en fin d’après-midi. C’est à ce moment-là, aux alentours de 17 h 30, qu’une dispute éclate entre lui et un compagnon de beuverie, Souma Soumaïla, 34 ans, un autre Mahorais tout récemment sorti de prison où il purgeait une peine pour vol à main armée. Pour une raison qui reste à déterminer, Saïd Anrifadjati lance d’abord une canette de bière en direction de Souma Soumaïla. Le projectile touche le jeune homme derrière l’oreille. Furieux, Souma Soumaïla va alors sortir un couteau de cuisine, et frapper à plusieurs reprises son compagnon de beuverie. Quatre coups de couteau sont portés, l’un touchant mortellement au cœur Saïd Anrifadjati, comme l’a confirmé l’autopsie pratiquée hier matin au CHD de Bellepierre.

Tous deux en état d’ivresse

Rapidement, pompiers et policiers interviennent. La victime est évacuée vers la clinique de Saint-Benoît, tandis que l’auteur des coups est transporté vers le commissariat de la même ville. Saïd Anrifadjati décédera une heure et demi plus tard des suites de ses blessures. Soumaïla, placé en garde à vue, reconnaît les faits, et avoue également avoir consommé de l’alcool durant l’après-midi. Les analyses fixeront d’ailleurs son taux d’alcoolémie à 1, 64 g d’alcool par litre de sang. Souma Soumaïla, qui était toujours en garde à vue hier au soir, sera déféré ce matin devant le vice-procureur Domnique Auter au parquet de Saint-Denis, qui devrait ouvrir une information judiciaire pour homicide volontaire et requérir le placement de l’auteur présumé en détention provisoire avant sa présentation devant le juge d’instruction. Saïd Anrifadjati, qui résidait à Bras-Fusil, était père de deux enfants. Très apprécié de ses collègues de la société Moutoussamy de Bras-Panon, il exerçait son métier de chauffeur de bus sur les secteurs de Saint-Benoît et Saint-Anne. Sa dépouille sera rapatriée sur Mayotte dans les jours prochains.

Sébastien Gignoux- clicanoo

 

 

 


Envoyer cette lettre à un ami


---

N'hésitez pas à nous communiquer vos commentaires ou suggestions.

Cette lettre est envoyée aux utilisateurs qui se sont enregistrés sur http://www.comores-online.com/Comores-infosweb

Pour la liberté de la presse, abonnez-vous à Comores-infos.

Nos tarifs sont en baisse, profitez de nos promotions.

Abonnez-vous :

- C'est pratique: vous ne manquez aucun numéro. En effet quelques jours après sa parution, la plupart de nos numéros sont introuvables car épuisés.

- Vous nous donnez les moyens de la liberté. Vous le savez, seuls les abonnements garantissent l'indépendance d'une publication.

---

Notre forum  de discussion

Envoyer un commentaire à la rédaction

Abonnez-vous à Comores-infos