DECLARATION DU PARTI DJAWABU.

 

 

Considérant la double crise séparatiste et institutionnelle qui secoue les Comores depuis août 1997.

 

Conscient des efforts croissants de la Communauté internationale sous la Coordination de O.U.A. pour aider le peuple comorien à réaliser ses aspirations légitimes liées à la sauvegarde son unité nationale de l’intégrité territoriale des frontières de son pays et au recouvrement de sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire.

 

Rappelant la résolution 3385 (XXXX) des Nations Unies du 12 novembre 1975 relative à l’admission des Comores à l’organisation des nations Unies dans laquelle elle  réaffirme la nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores, composé des îles d’Anjouan, de la grande Comore, de Mayotte et de Mohéli

 

Rappelant également les résolutions de l’ONU, antérieures, en particulier les résolutions 3136 XXVIII)du 14 décembre 1973, 3291 (XXIX) du 13 décembre 1974, 31/4 du 21 octobre 1976,  dans lesquelles elle a notamment affirmé l’unité et l’intégrité territoriale des Comores

 

Convaincu qu’une solution juste et du rable de la crise institutionnelle et séparatiste ne saurait ignorer la situation actuelle de Mayotte.

 

Persuadé que les objectifs de la communauté internationale dans leurs efforts de médiation ne sauraient contrarier ceux des Comoriens eux-mêmes qui ne cherchent qu’à préserver leur unité, l’intégrité territoriale de leur pays et la souveraine té nationale.

 

Ayant à l’esprit la déclaration de 1973 qui liait le gouvernement français et les autorités locales comoriennes dans laquelle il est fait mention de «consultation » des populations comoriennes au lieu de peuple comorien, formule sur la base de laquelle se sont appuyés les législateurs français pour  procéder à un décompte île par île des suffrages exprimés lors du référendum du 22 décembre 1974, décompte qui est à l’origine de la sécession de Mayotte 

 

Soucieux d’éviter de tomber dans un nouveau piège comme celui de 1973  qui nous amènerait à signer un texte qui boucherait l’avenir parce que reconnaissant implicitement la non appartenance de Mayotte à l’ensemble comorien.

 

Le Président de Djawabu, conformément à ses pouvoirs consentis par les Statuts et règlements intérieurs  de son organisation, aux résolutions adoptées lors du pré-congrès qui s’est tenu à Paris dernièrement,

 

Demande à son Secrétaire général qui conduit la délégation de Djawabu dans les négociations en cours sur la double crise séparatiste et institutionnelle de faire mentionner le paragraphe dans le protocole d’accord devant être signé par les parties ;

 

Exprime son souhait de voir au moins l’ensemble des partis de l’opposition soutenir cette formule ;

 

Demande à son secrétaire général de ne prendre aucun engagement et ne signer aucun document qui ne préserve pas l’unité nationale et l’intégrité territoriale, conformément aux résolutions de O.U.A. et de l’ONU.

 

Réaffirment notre engagement à consolider l’unité nationale et à préserver l’intégrité territoriale et de la souveraineté des Comores dans ses frontières internationalement reconnues conformément aux résolutions relatives à l’admission des Comores  à O.U.A. le 18 juillet 1975 et aux nations Unies le 12 novembre 1975.