Direction de l'Environnement : le nouveau patron a du pain sur la planche

Sensibiliser la population aux effets néfastes des changements climatiques sur la vie économique et sociale. Voilà le principal défi du tout nouveau patron de l'Environnement, lui-même ingénieur-agronome, qui n'est pas à sa première expérience dans le domaine.

 

C'est la quatrième fois que M.Youssouf Hamadi est appelé à occuper le poste de directeur national de l'Environnement. Cet ingénieur agronome de formation, à peine nommé le 5 avril dernier, s'est mis à l'œuvre. Le premier objectif qu'il s'est assigné : relancer le programme d'action national d'adaptation aux changements climatiques ou Pana. C'est lui-même qui a été jusque-là le coordonnateur de ce programme, lequel a défini 13 priorités nationales qui se chiffrent à 4 millions de dollars Us. Il doit principalement réussir à mobiliser ce fonds avant de s'atteler à la sensibilisation de la population quant aux effets néfastes des changements climatiques sur la vie économique et sociale. L'autre défi à relever, comme il le dit lui-même, est de pousser les autorités nationales à mettre en place le Comité national pour l'intégration des changements climatiques dans la planification nationale pour le développement.

Rappelons que le nouveau patron de l'Environnement a été à la base de l'élaboration du plan d'action environnemental qui est le cadre de référence en matière d'environnement aux Comores. Il a également préparé la Conférence de Rio+10, tenue en 2002 en Afrique du Sud.

Interrogé sur le " temps de chien " qu'il fait au centre de l'île de Ngazidja depuis trois jours, Youssouf Ahmed a déclaré que les pluies qui s'abattent ces derniers temps confirment les résultats des études qui ont conclu le décalage de la saison dans le temps et dans l'espace.

 Autant souligner que chez nous, le mois de mai marque la fin de la saison pluvieuse. Mais avec tout ce que nous vivons, l'on peut penser que nous ne sommes qu'au début.

Décidément, le nouveau patron de l'Environnement a du plain sur la planche.  

MY. Kaïva