Présidentielles de l'Union : le taux de participation risque d'être faible

 

Plusieurs électeurs risquent, le jour j, d'être empêchés de voter pour diverses raisons. En effet, le recensement censé procéder au toilettage des listes électorales n'a pas donné les résultats escomptés. D'acteurs, de nombreux Comoriens passeront ainsi au statut d'observateurs.

 

La crédibilité d'une élection, on ne le dira jamais assez, dépend aussi du taux de participation de la population. Dans un scrutin aussi important pour l'avenir des Comores, cette donnée essentielle mérite d'être prise en compte. Elle témoignera notamment du degré d'adhésion des Comoriens à l'architecture institutionnelle du pays. Malheureusement, plusieurs électeurs risquent, le jour j, d'être empêchés de voter pour diverses raisons. En effet, le recensement censé procéder au toilettage des listes électorales n'a pas donné les résultats escomptés. D'acteurs, de nombreux Comoriens passeront ainsi au statut d'observateurs. La procédure en vigueur ne leur permettra pas de voter. Où se situe la faille ?

D'abord, le matériel destiné à l'opération a été insuffisante. Les responsables chargés du recensement, notamment les superviseurs, ont pour la plupart failli à leur mission. Les agents recevaient au compte-goutte le matériel nécessaire : imprimés, cartes…Un appareil photo devait servir en un temps limité dans une dizaine de localités.

A cela s'ajoute la consigne selon laquelle la priorité reste le recensement de nouveaux électeurs. Résultats : parmi les électeurs recensés, certains ont eu leur carte sans photo, d'autres sont sur la liste et n'ont pas de carte.

Sans compter ce lot important d'électeurs qui ont perdu leur carte, ou encore d'autres qui disposent de leur carte mais privée de photo.

Si un compromis n'est pas trouvé, celui de laisser par exemple les électeurs inscrits, et qui n'ont pas de carte, voter, le taux de participation à cette élection risque d'être plus faible qu'on ne le croit.                   

 

MY. Kaïva