Enseignement : le calendrier des examens de fin d'année reste inchangé

 

A deux mois des examens de fin d'année, les écoles publiques sont toujours fermées. Et les élèves sont dans la rue. Comme en pareille circonstance, le risque d'une année blanche n'est pas à écarter.

 

La grève des enseignants se poursuit. Et l'organisation des examens de fin d'année reste en pointillées. Le syndicat des professeurs réclame notamment le règlement de leurs arriérés de salaires avant toute reprise des cours.

La semaine dernière, le ministère de l'Education de l'île de Ngazidja  a essayé de désamorcer ce débrayage qui paralyse les écoles publiques et a reçu le syndicat des enseignants. Mais les deux parties ne sont toujours pas parvenues à un compromis. Avant de reprendre le chemin des établissements scolaires, les professeurs exigent l'apurement des salaires de janvier à mars 2006.

La poursuite de la grève risque de remettre en cause le respect du calendrier des examens. Selon le chef du service des examens au ministère de l'Education de Ngazidja, ce calendrier reste jusqu'ici en l'état. " Des efforts sont déployés à tous les niveaux en vue de respecter les dates arrêtées " dit-il.

Dans certains milieux, l'on craint fort la répétition du scénario de l'année dernière, autrement dit des examens sans les enseignants. Mais Abdou Ali exclut toujours une telle éventualité, du moins au stade actuel des négociations. L'autre alternative est de prolonger l'année scolaire et d'organiser les examens ultérieurement.

Comme en pareille circonstance, le risque d'une année blanche n'est pas à écarter. Au ministère de l'Education, l'on admet la complexité du contexte. Comme auparavant, la politique risque de supplanter le reste.

Il faut noter que les candidatures sont d'ores et déjà ouvertes. Et à compter  du 29 juin, prochain les candidats aux examens professionnelles à savoir le CAE, CAP et Culture générale commenceront à plancher.

 

 A.Nabahane