Pour tout renseignement
Echange, Achat, Vente
Cliquez ici
My items on 
eBay
Mes enchères sur eBay
   

Certaines Photos et/ou textes ci dessous ont été fournis par :

Le Colonel Pierre Noel DURONSOY
http://pagesperso-orange.fr/pierrenoel.duronsoy/
http://web.mac.com/duronsoy2/insignes/accueil.html


ED Haynes - Médailles des Comores
Encyclopédie Électronique Internationale De Phaleristique - par S. Haynes d'Edward - ©1999
http://haynese.winthrop.edu/medals/comoros.html

Edward J. Emering - Copyright ©2006 - The Emering Companies, LLC
http://www.emering.com/medals/french/

INTRODUCTION
Les îles des Comores ont été dirigées par des sultans locaux (entre autres le Sultan Said Ali) jusqu'en 1843 où il a accordé des droits sur l'île de Mayotte aux Français. Le 6 janvier 1886 Les Français ont pris possession de tout l’archipel en tant que protectorat et en 1896 ont transformé les Comores en colonie française. En 1912, les îles ont été rattachées administrativement à Madagascar. L'autonomie a été amorcée partiellement en 1946, puis accordée pleinement en 1961. Un mouvement indépendantiste a commencé à apparaître au milieu des années 60 qui a abouti à l'indépendance le 6 juillet 1975 (pour toutes les îles sauf Mayotte, qui reste toujours française). Ce qui est présenté ici est rudimentaire, mais comme les décorations comoriennes sont presque totalement inconnues, "c’est mieux que rien".

 

Ordre Royal de l'Etoile d'Anjouan

Établi en 1874, par le Sultan Said Abdallah; il a été réorganisé par le Sultan Said Omar le 18 juin  1892.
Par des décrets du 10 mai, 23 mai, et 12 septembre 1896, il a été autorisé et reconnu par le gouvernement français absorbé comme ordre colonial français.
attribué à l'origine à ceux qui, par de nouvelles inventions, ont contribué au développement du sultanat d'Anjouan. L'ordre a été attribué aux Anjouanais (et aux Comoriens en général?) puis aux Français. Après absorption par les Français en 1896, il est devenu une décoration attribuée pour les mérites de tous ordres, particulièrement pour récompenser des bienfaits dans le périmètres des colonies de l’Océan Indien. L'ordre a été apparemment maintenu dans la période post-indépendance.
Le ruban a été modifié le 5 décembre 1899 pour le distinguer de la légion d'honneur.
Les décorations accordées par la France ont cessé à partir du 3 décembre 1963.
La décoration, cependant, semble avoir été utilisée comme la plus élevée (?) des distinctions pour les Comoriens depuis lors.
Les insignes ont été fabriquées par Bertrand et Beranger (Paris, France).

Face: Une étoile à huit branches avec un croissant de lune argenté et une main levée au centre d’un cercle émaillé blanc. Inscription en arabe "???" et en français "ORDRE ROYAL DE L'ETOILE D'ANJOUAN COMORES".
Dos: inscription "???" ou "???", "Sultanat d'Anjouan".
Ruban: Premier ruban (1874-99): rouge avec des larges raies blanches sur les bords. Sous les Français (1899-1963), le ruban a été changé en: bleu-clair avec deux raies jaune-orange sur les bords.
          o premier ruban (1874-99):
oo   Grand Croix - étoile en or (portée en broche) avec l'inscription en arabe "???" ou "Gouvernement d'Anjouan" (aucun insigne de sautoir?)
oo   Grand Officier - étoile en vermeil (portée en broche) avec l'inscription en arabe le "???" ou "Gouvernement d'Anjouan" (aucun insigne de sautoir?)
oo   Commandant - insigne en vermeil sur collier
oo   Officier - médaille d'argent avec rosette
oo   Chevalier - médaille d'argent
          o deuxième ruban (1899-1963+?):

oo   Grand Croix – porté en sautoir, insigne en or de 80 mm, et étoile (portée en broche), beaucoup d'ensembles rehaussés avec des brillants ?
oo   Grand Officier - insigne en vermeil de 40 millimètres (portée en broche) avec rosette et étoile(portée en broche)
oo   Commandant - insigne en vermeil de 60 millimètres
oo   Officier – insigne en argent (vermeil ?) de 40 millimètres (56 millimètres?) rosette en ruban
oo   Chevalier - médaille en argent de 40 millimètres

Différents modèles de médailles, selon le grade et selon le port

   
    Ruban Une médaille et son écrin  
 
Ordre Moderne (le mot royal a été supprimé) Boutonnière France / Anjouan reduction  
    Photo : Daniel CORDIER
(jakin91)
 
diplôme de Commandeur décerné le 17 septembre 1960
Photo : Edward J. Emering    
 

 

Ordre de l'Etoile des Comores

Établi: Par le Sultan Said Ali
une récompense pour le mérite militaire et civil. Egalement connu comme l'"ordre de Said Ali".
Face: Étoile à cinq branches en or avec des rayons entre les pointes et des boules sur les pointes. Centre émaillé vert avec le seau du sultan au centre. Suspendu à un ruban orné d'un croissant.
Ruban: Vert clair (?), avec deux raies blanches étroites sur chaque bord.
o première classe
o deuxième classe
o troisième classe

Type 1
   

     
 Photo : Source Inconnue  Photo : Source Inconnue  Photo : Source Inconnue
Type 2
   

 

  Ruban    
    Photo : Edward J. Emering  
Diplôme accompagnant la médaille
      
Recto    /    Verso
    
 
Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux Saîd Ali, Sultan de la Grande Comore, Allah a dit par son prophète dans un des Glorieux Epitres du Coran : Quiconque aura cru et aura pratiqué le bien sera récompensé Nous, Saîd Ali, Sultan de la Grande Comore Ben Sultan Saîd Omar, avons conféré à notre gracieux ami, Monsieur François Berge, Président du Tribunal de 1er instance de la décoration d'officier de l'Etoile Royale de la grande Comore en reconnaissance des services à nous rendus et comme témoignage de notre amitié qu'il la porte avec joie et bonheur.... signature du sultan et daté du 3 février 1915
A VOIR ABSOLUMENT POUR PLUS D'INFORMATION
le site très documenté du Colonel Pierre Noel DURONSOY
Pour l'Ordre de l'étoile de la grande Comore :
http://pagesperso-orange.fr/pierrenoel.duronsoy/orc.htm 
et
http://web.mac.com/duronsoy2/insignes/Etoile_de_la_Grande_Comore.html

 

Ordre de l'Etoile de Mohéli

DESCRIPTION DATANT DE L'EPOQUE DES SULTANS
Face: Une étoile à six branches en or, avec une étoile en or et un croissant sur un centre circulaire émaillé blanc; autour du centre, l'inscription "MARDJIANI/SULTAN DE MOHELI". Suspendu à un anneau oblong.
Ruban: Rouge, avec une grande étoile blanche brodée. Si le ruban est utilisé en barrette, le ruban est rouge, avec un croissant blanc au centre (pointes vers le haut) et à une étoile blanche à cinq pointes de chaque côté du croissant.

1 2 3
 Dessin de la médaille, version 2003 Version originale Version 2003
  Photo : Anne ETTER   Photo : Edward J. Emering Photo : Edward J. Emering
4
NON CONFORME
AU MODÈLE DÉPOSE (*)
5 7
 Version 2007 ? Chevalier
Version 2003
Chevalier
Version 2003
  Photo : Edward J. Emering   Photo : Edward J. Emering Photo : Edward J. Emering
8
NON CONFORME
AU MODÈLE DÉPOSE (*)
9
NON CONFORME
AU MODÈLE DÉPOSE (*)
10
NON CONFORME
AU MODÈLE DÉPOSE (*)
 Chevalier
Version 2003
Commandeur
Version 2003
Officier
Version 2003
   Photo : Source Inconnue   Photo : Source Inconnue   Photo : Source Inconnue
11
NON CONFORME
AU MODÈLE DÉPOSE (*)
12
NON CONFORME
AU MODÈLE DÉPOSE (*)
13
NON CONFORME
AU MODÈLE DÉPOSE (*)
 Grande Croix
Version 2007
Grand Officier
Version 2007
réduction
Version 2007
Photo : Daniel CORDIER
(jakin91)
Photo : Daniel CORDIER
(jakin91)
Photo : Daniel CORDIER
(jakin91)
 (*) ATTENTION : Photos 4 - 8 - 9 – 10 – 11 – 12 – 13 :
Ces médailles ne sont pas celle qui ont été déposé lors de la Réactivation de l’ordre par le Président Fazul en 2003
Modèle Déposé par la société
MB Concepts - 28 Rue Gioffredo - 06000 - Nice - France  +33 (0)4 92 47 65 52
Diplôme accompagnant la médaille
14
  Photo : Anne ETTER
RETABLISSEMENT DE L'ORDRE en 2003
Le LIVRET OFFICIEL

 LA LETTRE DE L'OCEAN INDIEN N° 1053
02/08/2003 FOMBONI
L'ordre de l'étoile de Mohéli est rétabli
Le président de l'île autonome de Mohéli, Mohamed Fazul, a rétabli par décret le 23 juillet l'ordre de l'étoile de Mohéli, créé en 1851 par la reine Djoumbé Fatima et réorganisé en 1888 par le prince Mahmoud Saïd Mohamed avant de sombrer dans l'oubli quelques années plus tard. C'est un ancien responsable de la société Bambao aux Comores entre 1960 et 1975, Bertrand Flobert qui, à la demande du président de Mohéli, a fait les recherches iconographiques et les démarches nécessaires au rétablissement de cet ordre. Cette décoration sera "décernée aux amis de Mohéli qui servent ou ont servi les intérêts de l'île et ce sur tous les plans". La médaille devrait être une étoile à six branches avec au centre "et dans un souci de bien marquer la singularité de l'île" un croissant surmonté d'une étoile, le tout couronné par le mot Mohéli. La première personne à se voir attribuer cette décoration pourrait être Mme Anne Etter, une Française présidente de l'Association pour le développement des îles Comores (Adic) qui est la descendante de la dernière reine de Mohéli, sa grand-mère Salima Machamba. Toutefois, contactée par La lettre de l'Océan Indien cette semaine, Mme Etter a précisé ne pas avoir été informée de la remise d'un telle décoration.
  --------------------------------------------------------
Source : Al-Watwan, n°876
8 avril 2005

Le Grand Cordon de l'Ordre de l'étoile de Mohéli, la plus haute distinction honorifique de l'île, a été remis officiellement au président Mohamed Said Fazul à Paris par une descendante directe de la dernière Reine de Mohéli. L'événement a eu lieu, le 21 février, au cours d'une soirée privée à laquelle ont pris part de nombreuses personnalités civiles et militaires, tant mohéliennes que françaises.
Ce Grand Cordon a été institué en 1851 par un firman de la Reine Djoumbé Fatima, réorganisé par le régent de l'île Prince Mahamoud  en 1888, avant d'être supprimé de fait lors de l'annexion de l'île de Mohéli par la France en 1912.
A l'accession de notre pays à son indépendance en 1975, le rétablissement de cette médaille n'avait pas pu être envisagé, tous les pouvoirs étant concentrés entre les mains du président de la République. Mais, avec la mise en place d'un statut d'autonomie et l'élection d'un chef d'exécutif insulaire dans chaque île, cela est devenu aujourd'hui possible. Symboliquement, la descendante de la Reine qui a dirigé l'île, autrefois sultanat autonome, a remis les insignes du Grand Cordon de l'ordre à son successeur, le président de l'île autonome.
La médaille est à six branches avec au centre un croissant surmonté d'une étoile couronnée par le mot " Mohéli ".
Le ruban est rouge à trois rayures blanches.
L'ordre comporte cinq classes :
Grand Croix,
Grand Officier,
Commandeur,
Officier
Chevalier.
  --------------------------------------------------------
Cela s’est passé récemment à Paris à l’occasion d’une réception privée réunissant personnalités mohéliennes et françaises dont Jean-Claude Pech, conseiller de défense du préfet de Mayotte. La descendante directe de la dernière reine de Mohéli a remis au président de l’île autonome de Mohéli, Mohamed Fazul, le grand cordon de l’Etoile de Mohéli. Cette cérémonie a marqué l’aboutissement de la renaissance de cet ordre. En effet, créé par un firman de la reine Djoumbé Fatima en 1851, réorganisé en 1888 par le prince Mahmoud Said Mohamed, régent de l’île, il avait été supprimé de fait lors de l’annexion de Mohéli en tant que colonie française en 1912. Lors de l’indépendance des Comores en 1975, ce rétablissement n’avait pu être envisagé, tous les pouvoirs étant concentrés entre les mains du président de la République. La mise en place d’un statut d’autonomie et l’élection d’un président pour chaque île de l’Union des Comores a permis cette renaissance. C’est donc très symboliquement que la descendante de la reine d’une île alors indépendante a remis à son « successeur », le président de l’île autonome, les insignes de Grand maître de l’ordre. La médaille est à six branches avec en son centre un croissant surmonté d’une étoile couronnée par le nom « Mohéli ». Le ruban est rouge à travers trois rayures blanches. Copié sur celui de la Légion d’honneur, L’ordre comporte cinq classes : Grand Croix, Grand Officier, Commandeur, Officier, Chevalier.
JIR du 02/04/2005 - www.clicanoo.com

A VOIR ABSOLUMENT POUR PLUS D'INFORMATION
le site très documenté du Colonel Pierre Noel DURONSOY
Pour l'Ordre de l'étoile de Mohéli :
http://web.mac.com/duronsoy2/etoilemoheli/accueil.html
et
http://web.mac.com/duronsoy2/insignes/Etoile_de_Mohéli.html

 

Ordre du Croissant vert

Établi: par ?
Apparemment fabriqué par Arthus Bertrand (Paris, France).
Ruban: Vert avec une raie centrale jaune, bordée de fines bandes vertes et des jaunes sur les bords extérieurs.
o Grand Croix - (portée en sautoir), insigne de sautoir, et étoile de 75/80-millimètres (portée en broche)
o Commandant
o ???

 Photo : Edward J. Emering

 

Médaille de la GENDARMERIE

Face: Médaille circulaire de bronze-vermeil avec étoile et croissant vert émaillés et motif de fleur de lys.
Ruban: Vert et jaune.

   

 

  Image Emmanuel Halleux Courtesy Edward J. Emering  Image Emmanuel Halleux Courtesy Edward J. Emering

Gillingham fait la référence à un autre ordre colonial des Comores, l'"ordre du Sultan" ( les colonies françaises, pp 30-31). C'est une identification erronée, car ce qu'il dépeint et décrit est l'ordre du maharaja Ranjit Singh du Khalsa Durbar (Pendjab, Inde).

 

Medaille du mérite Militaire
 Image Courtesy Edward J. Emering

 

--------------------------------------------------------

Les Récompenses qui suivent ont pu être attribuées durant le rattachement à Madagascar, 1912-1946 Pendant cette période, les Comores étaient une région administrative de Madagascar dans le système colonial français. Il est possible que certaines des décorations malgaches aient récompensé des Comoriens (ou des personnes en service aux Comores) pendant cette période, ainsi ces décorations sont elles détaillées ici.

Médaille du mérite Indigène / du mérite malgache

Établie: le 14 mai 1901, par le commandant en chef et le gouverneur de Madagascar.
(a pu être attribuée entre 1912-1946 pour les Comores)
attribuées pour le service rendu à la cause française par des "indigènes" (principalement malgaches), aux planteurs français qui ont fait des avances agricoles et augmenté la valeur de la terre, jusqu'aux négociants français qui ont contribué au développement du commerce, aux industriels français qui ont développé une nouvelle industrie, aux artistes et aux artisans qui ont accompli des œuvres ou des réalisations, et aux personnes qui ont financé des oeuvres de charité.
Ruban: moitié Bleu clair, moitié blanc.
o or - avec la rosette sur le ruban
o argent - avec la rosette sur le ruban
o bronze

   

 Photos : Edward J. Emering

 

Médaille du travail

Établie: le 17 Septembre 1920.
(a pu être attribuée entre 1912-1946 pour les Comores)
attribuée pour une longue carrière dans les entreprises industrielles ou commerciales.
Ruban: Rouge brique avec les bords jaune safran.
o argent - attribué pendant quinze années de carrière pour les Français, ou vingt pour les "indigènes"
o bronze - attribué après dix ans de carrière pour les Français, quinze ans pour les "indigènes"

   

 Photos : Edward J. Emering

 

Médaille d'honneur des Postes et Télégraphes

Établie: 11 juin 1929.
(a pu être attribuée entre 1912-1946 pour les Comores)
attribué au personnel des postes, télégraphes, et radios, et le personnel du téléphone pour une carrière significative ou pour des actes de courage particuliers. S’accompagnait d’ une rente annuelle de 100 francs.
o argent
o bronze

         

 

  
            

 

certaines Photos et/ou textes fournis par :

ED Haynes - Médailles des Comores
Encyclopédie Électronique Internationale De Phaleristique - par S. Haynes d'Edward - ©1999
http://haynese.winthrop.edu/medals/comoros.html

Edward J. Emering - Copyright ©2006 - The Emering Companies, LLC
http://www.emering.com/medals/french/

© Mwezinet - 2002-2008