Chapitre 6

1975 - 2001

les Comores ( hors Mayotte )

 

Les premiers timbres de l'indépendance sont en fait des timbres des années précédentes surchargés "Etat Comorien", du nouveau nom du pays : Fig. 6.1. La période révolutionnaire du président Ali Soihili est marquée par le glissement de la philatélie vers la production massive de séries de timbres dont les sujets de plus en plus divers n'ont plus rien à voir avec les Comores. De plus, la faible qualité artistique des timbres les a relégués au rang de vignettes sans valeur philatélique : Fig. 6.2. Ainsi, le nombre de timbres et bloc-feuillets émis de décembre 1975 à décembre 1977 atteint 128 (dont 10 % de sujets locaux), ce qui correspond à l'ensemble de ceux émis durant la période 1950-72 (80 % de sujets locaux). Ce phénomène s'est produit dans plusieurs pays nouvellement indépendants (par exemple la Guinée Equatoriale) est s'est traduit par un total désintéressement des philatélistes pour ces nouveaux pays, qui perdure malheureusement jusqu'à nos jours.

 

A la suite du changement politique de 1978 amenant au pouvoir le président Ahmed Abdallah, le nom du pays s'est transformé en "République Fédérale Islamique des Comores (RFIC)". C'est toujours actuellement le nom officiel du pays et celui imprimé sur ses timbres. Depuis lors, on constate une diminution du nombre d'émissions annuelles, quoique le rythme reste élevé (125 timbres en 1978, 36 en 1981, 35 en 1990), ainsi qu'un effort progressif pour promouvoir le pays (culture, tourisme) à travers le choix de certaines séries : Fig. 6.3. Parallèlement, le nombre de bureaux de poste n'a cessé de croître dépassant la vingtaine de bureaux ou agences postales au début des années 1990 (voir quelques oblitérations : Fig. 6.4). Plusieurs petits bureaux de campagne ont cependant été fermés ces derniers temps, avec pour conséquence une difficulté de trouver des documents portant leur timbre à date. Notons également l'existence de machines à affranchir, à usage public, dans les recettes principales (Moroni, Mutsamudu, Fomboni), où elles supplantent l'usage des timbres : Fig. 6.5.

  

Fig. 6.1 : timbres surchargé "Etat comorien"

a : 30F sur 35F, Porte Coran d'Anjouan

b : 5F sur 3F, Allmanda Cathartica

c : 100F, Danses Folkloriques (non émis) surchargé Etat Comorien

d : 30F sur 35F Mausolée de Saïd Mohamed Cheikh

ab
cd

 

Fig. 6.2 : timbres de l'Etat Comorien. Cette période (1976-1977) est marquée par des sujets très variés et sans rapport avec les Comores

 

Fig. 6.3 : quelques timbres de la République Fédérale Islamique des Comores depuis 1978

a : Poupée Anjouanaise 1979

b : Sultan Ahmed 1980

c : Paysage d'Anjouan 1983

d : Aéroport de Hahaya 1990

e : Commission de l'Océan Indien 1991

f : Cannelle 1997

g : Muscade 1997

h : Tortue marine 1995

i : Coelacanthe WWF 1998 Bloc de 4 valeur faciale 375 Fc

abcd

efgh

i

 

a

Fig. 6.4 : diverses oblitérations

a : Mutsamudu RP Par Est . RFIC

b : Nioumachoi (Mohéli)

c : N'tsaoueni (Grande Comore)

b

c

Fig. 6.4d : Lettre de Moroni-Badjanani pour Paris. Suite à fausse adresse, elle a été réexpédiée par erreur à Wallis et Futuna-Mataoutou, puis a transité par Nouméa (Voir cachets au verso)
Timbre Coupe du Monde de Football 1998, Equipe de Yougoslavie

 

Fig. 6.5a : Empreinte de machine à affranchir disponible pour le public au bureau de Poste de Mutsamudu RP
Fig. 6.5b : Enveloppe au tarif local (125 Fc) Moroni-Mayotte avec cachet retour à l'envoyeur
Au verso, cachet de Mamoudzou-Kaweni

 

Nouvelles Emissions depuis 2001 :
Voir la Page suivante de notre panorama
l'Union des Comores"

 

 

© 1999-2004 - Olivier BERGOSSI -  Eric MILAN - MWEZINET