Art
TRADITION ARTISTIQUE ET DYNAMIQUE DE CREATION - Par ABDALLAH ALI Naguib
 
Les Artistes Comoriens
 
ALI M'ROIVILI dit NAPALO  

Ibrahim Saïd ABDALLAH dit SEDA 

Faïza Mohamed-Zeïna  

Mohamed Abdéremane Boina dit MAB Elhade 

Les anciens photographes Comoriens

Aminata DJEGAL 

Medass 

Said Abass Ahamed

Abdillah Abdérémane, dit ABAB
 
Said Bacar

Chakri

Abdou Mouheou

Marcel Séjour

Aïda Sultan Chouzour
 
 Actualités de l'art et des Artistes

ACTUALITE ET BREVES
EXPOS-EVENEMENTS


ArtMoves Africa : Mobilité des artistes et des opérateurs culturels en Afrique
 
Truru Mvundzo - Mouvement avant -gardiste
 

L'Art aux Comores

 Medass

Medass, ce nom est indissociable de la photo aux Comores, car c'est sans doute le plus productif, le plus connu, et le plus publié des photographes comoriens :


 


Medass, Photographe officiel de la philatélie, des Télécartes, et de nombreux rapports d'institutions Comoriennes, est un personnage hors du commun.
Il possède des milliers de pellicules non développées, il consomme plusieurs rouleaux par jour ... mais son oeuvre reste largement méconnue car non encore développée. On ne connaît de lui que quelques dizaines de clichés, tous excellents, la plupart ont plus de 10 ans, ils sont passés dans la légende de la photographie Comorienne mais Medass les garde encore jalousement de peur d'être plagié ou dépossédé

 

MEDASS et la SNPT : Une longue histoire
qui nous a laissé des timbres et des télécartes
         
PRESS BOOK DE MEDASS
Curriculum Vitae de l'artiste
Portrait : Medass,. le cueilleur d’images par S.A.S.T.
article paru dans Le matin des Comores
Photographie : Medass ou « le frère de l’image par Hassane Moindjié
Article paru dans AL WATWAN N°163 du 8 au 14 juin 1991
et repris dans AL WATWAN N°677 du 15 au 21 juin 2001
UN CONCERT DE SOUTIEN A MEDASS par Madjuwani
article paru dans
AL WATWAN N°445/446 du 3 au 16 janvier 1997
HOMMAGE A MEDASS
Article de EN BLEU ET BLANC N°1 du 15 au 30 novembre 1996
SOLIDARITE MEDASS: une réussite!
Article de EN BLEU ET BLANC N°3 – du 1 au 15 janvier 1997
Journal des élèves de la T/A du GSFA
L’argent ferait-il le bonheur de l’art ?
Article de Damma Said
Paru dans AL WATWAN N° 753 du 29 Novembre au 05 Décembre 2002
CULTURE : Medass, le frère de l’image
Article de HALED. A. BOINA
Paru dans La Gazette des Comores (date inconnue)

Rencontre avec Medass
entretien avec Eric MILAN le 19 octobre 2003


Medass c'est en fait la contraction de Ahmed Hassani,
je suis un enfant universel au service de l'humanité, j'aime être sincère, direct, immédiat... comme les enfants. Je suis une solution humaine pour toute l'humanité sans distinction de couleur de race et de religion.
Autrefois, j'étais enseignant de Math Physique, mais j'ai abandonné au bout d'un an, et j'ai cherché à travailler pour les enfants, les enfants sont la base de l'humanité.
si on vous a dit de me chercher dans la rue, c'est que je ne suis jamais chez moi, car j'ai compris que seule l'image reste vivante.
C'est la douleur qui a fait ma force d'aujourd'hui, car c'est la douleur qui a forgé ma vie :
Ma mère est morte à 17 ans à l'accouchement, mon père est mort à 38 ans alors que j'avais 12 ans, la vie n'est rien d'autre qu'une souffrance.
Je suis souvent sous tension, sous pression au degré le plus haut de la douleur, c'est là que j'arrive à exprimer mon talent artistique.
le monde entier attend beaucoup de moi
je dois trouver mon art pour qu'il ne soit pas lui aussi orphelin

Ici dans les îles, tout est fait pour la politique et il n'y a pas de place pour la culture mais un jour la cloche finira par sonner. Je me suis entraîné à faire du travail très intensif pour me préparer à cela.
J'ai des dizaines de milliers de prises de vues:
15000 oeuvres, sur le thème de l'enfant.
j'ai fait au moins 200 vues de la lune avec des angles différents, 500 couchers de soleil, la pêche traditionnelle vue de nuit, oui, j'ai passé la nuit avec des pêcheurs
J'ai fait des photos sur les traditions, le mariage, les habits traditionnels, les danses traditionnelles, les mouvements avec des vitesses qui immortalisent le mouvement.
j'ai travaillé sur le côté social, les femmes comoriennes qui vont vendre des pistaches, qui vont aux champs...

Je voudrais exposer à paris.
La France a beaucoup compté pour moi, Je lui en suis très reconnaissant car elle m'a permis d'être un être humain reconnu dans sa dignité.
Paris est la capitale Culturelle, je voudrais toucher le sol parisien, partager l'émotion de celui qui contribuera à la richesse de mon oeuvre. La France peut jouer un rôle négatif ? non, si la France est négative, il y a une autre raison, mais la force de l'oeuvre est là.

La France a donné une couleur positive à mon oeuvre, la France a tout misé sur la politique, il y a eu des dérapages politiques, maintenant tout est bloqué, nous sommes tous des victimes...

je veux être la voix de tous les enfants, indépendamment de la couleur, les hommes sur terre ont des points communs, je ne cherche jamais l'image, je travaille la culture,  je travaille à fond le sujet : la femme, l'homme, la faune et la flore, les animaux, etc...
Il n'y a pas de sujet fixe, juste le respect de la création - il y a quelque chose qui bouge encore, la vie est éphémère et je cherche à fixer ce qui bouge encore, voir les choses en profondeur; il faut être raisonnable, il faut être proche du coeur, chercher une chose qui fixe, la vie est tellement courte qu'il faut être capable de voir les choses de façon pointue; être capable d'oublier son ventre, oublier que le moment est venu de se reposer alors qu'il n'y a pas d'autre qui ont besoin de soi

Le but de cette quête est de laisser mon rêve se réaliser profondément et sensiblement; Celui qui va prêter un moment à observer une galerie de tableaux ne va pas rentrer chez lui avec regret. Il va apprendre quelques chose.
Se limiter aux Comores c'est freiner sa pensée; je veux être un serviteur de toute l'humanité, un message universel car j'ai pour but de prêter un regard à notre monde pour que tout un chacun trouve sa part de bonheur.
Le jour ou je vais vivre mon dernier souffle, ma pensée restera toujours positive et permettra qu'on se souviendra un jour de Medass comme on se souvient de Picasso.

Mon rêve c'est de venir apprendre à l'extérieur l'image numérique, pour élargir mes connaissances et mes capacités, et pour mieux donner libre cours à mon art.
Je voudrais une bourse d'où qu'elle vienne dans le monde, et un budget qui me permettrai de venir apprendre à l'extérieur. Je serais ravi de faire un pèlerinage dans la capitale de la culture. Ensuite, mon rêve serait de bourlinguer à travers le monde pour permettre à mon oeuvre de s'exprimer.
Je crois, je suis même persuadé, que mon oeuvre est la solution....
et il y a aussi de l'amour pour autrui....