Associations
Liste des Associations
 

 

Les Associations Comoriennes 

Jeune Chambre Internationale des Comores J.C.I.Comores
page mise à jour le 23/09/2010

 

Création d’une jeune chambre internationale des Comores
(La Gazette des Comores n° 332)
 

Un groupe de jeunes comoriens viennent de créer une " jeune chambre internationale ". C'est une association qui s'inscrit dans un mouvement international qui regroupe quatre cents milles jeunes de moins de quarante ans repartis dans cent quatre pays. Sa mission principale est de contribuer à la formation des leaders dans tous les domaines.

Chaque année, ses membres se retrouvent en Congrès mondial et dans les différentes Conférences de Zone (Europe, Amérique, Asie et Afrique).

La Jeune Chambre Internationale collabore étroitement avec des ONG et des Organisations Internationales comme l'UNESCO, l'UNICEF, l'OMS ou la Chambre de Commerce Internationale (ICC).

Depuis plus de 50 ans, les membres de la JCI, citoyens âgés de 18 à 40 ans, s'investissent pour le bien de leurs cités. Portés par des valeurs humanistes, ils proposent des solutions innovantes aux problèmes de la société, les testent et les transmettent à des tiers partenaires

En 2005, Kamal Abdallah crée la JCI Comores

2009, Année de la maturité de la JCI-Comores

Publié le 26/12/2008 à 12:00 par webcomores

Moroni, vendredi 26 décembre 2008 (HZK-Presse) – Quatre ans après sa création par des jeunes entrepreneurs comoriens sous le parrainage de la Chambre Economique Française, la JCI-Comores entend placer sa cinquième année (2009) sous le signe de « la maturité » et ce, conformément à la constitution qui régit ce mouvement mondial. Farid Rachid ex-président de l’OLM de Mutsamudu est élu président national. Il succède à ce poste M. Mahamoud Ali Ahmed de OLM de Moroni. A l’en croire, l’année 2009 serait la plus décisive avec l’arrivée annoncée aux Comores du président mondial, le coréen Jun Supp Chin.

La salle de conférence de l’Uccia, premier partenaire de la JCI-Comores a accueilli mercredi 24 décembre dernier, la sixième Assemblée Générale de la Jeune Chambre Internationale- Comores. Placée sous le signe de « la maturité », l’assemblée a mis en exergue le passage de l’organisation à sa cinquième année.

Partout ailleurs où le mouvement « jeeyce » existe, la cinquième année est considérée comme étant celle de la maturité. Au total, 13 organisations locales membres et 2 autres en création constituent la JCI des Comores avec plus de 500 membres repartis sur l’étendue du territoire national.

Introduite aux Comores en 2005 par des jeunes entrepreneurs, l’organisation comptait alors environ une quarantaine d’adhérents. Elle se limitait seulement à la capitale. Et au fil des années, le mouvement se développe à travers ses activités innovatrices, telles que le concours « Femme modèle », « le Salon de l’entreprise », « la Foire agricole », « la Foire auto »…etc., pour s’imposer dans le paysage de la société civile comorienne.

C’est surtout grâce à son intense travail de sensibilisation que le mouvement a pu garder sa cohésion, échappant à des tentatives de déstabilisation venant d’autres jeunes « animés par des intérêts occultes ».

Le mouvement a été appuyé par de nombreuses personnalités du monde économique telles que Mme Moinsalima Mahamoud, ex-président de l’Uccia et bien d’autres. Ahmed Ali Bazi prendra le flambeau et le Système des Nations Unies appuiera certaines de ses activités. Le président de l’Union portera aussi une oreille attentive à ses doléances tout comme le président de l’île de Ngazidja, et la population dans ses diverses composantes encouragera le concept à l’instar des villes de Foumbouni, Mitsoudje, Mitsamiouli, Mutsamudu, etc., embrasseront le mouvement en facilitant l’installation des antennes locales.

D’où la distinction réservée à la JCI-Comores lors du congrès mondial d’Antala en Turquie en novembre 2007 avec la mention « meilleure croissance » au niveau mondial. Cette distinction dira un militant averti, « est non seulement celle de cette jeunesse engagée aux idéaux prônés par le mouvement pour la solidarité humaine, la fraternité et la paix, elle est aussi celle de la jeunesse comorienne en général partout où elle se trouve ».

L’appel est lancé désormais à toute la jeunesse à se serrer les coudes autour de la jeune chambre pour faire d’une pierre deux coups, l’unité géographique de l’archipel des Comores. La vision de la JCI-Comores est d’ors et déjà adoptée comme modèle, affirme Djamil Mahamoud, ancien président national par des pays voisins Madagascar, Maurice pour ne citer que ces deux qui organisent des événements à l’instar de « Femme modèle ».

C’est ainsi que l’assemblée générale mise sur l’année 2009 pour lancer d’autres initiatives en faveur de la jeunesse comorienne appelée à inscrire le pays à l’agenda de la région. Pour les plus ambitieux, il est temps que le mouvement s’impose en partenaire privilégié en matière de dialogue social et politique.

Le modèle que va adopter la JCI-Comores à compter de l’année prochaine s’inspirera du Japon : « Le japon est passé par là », dira Mahamoud Ali Ahmed, président sortant. Il sait pourtant que le chemin est plein d’embûches. Car dit-il « l’impossible n’existe pas et le pouvoir vient avec les responsabilités. »

Au terme des travaux, Farid Rachad ancien président de l’Olm de Mutsamudu sera porté à l’unanimité président national pour 2009. Interrogé, le nouveau président déclare en substance « qu’à chaque étape, on fait face à des nouveaux défis ». Depuis Mutsamudu, il doit faire le déplacement à Moroni pour assister les membres du comité directeur.

Aude là des randonnés régionaux et internationaux il dit s’engager au service du mouvement, du pays et du reste du monde dans le souci de pérenniser la dynamique léguée par ses prédécesseurs. Il sait parfaitement qu’à travers lui la ville de Mutsamudu et l’île d’Anjouan sont mises à l’épreuve.

Pour rappel, à Maoré le mouvement existe. Il a été introduit comme ici d’ailleurs par la Jeune chambre économique française. En retour, il faut forcer le destin de l’unité par d’autres voies outre celles adoptées par les politiques à travers des actions de jumelage et d’échange d’expérience.

A. Nabahane
Agence comorienne de presse (HZK-Presse)