Les Comédies
Yéyamba wandzé
MDROU NDO?


Gamina probleme

Shawararu

Shawararu 2
 
Les Drames
La résidence Ylang Ylang

 
Le Théatre filmé
Parcours - par Ibrahim BARWANE

Pauvres Comores - par Ibrahim BARWANE
 
Les Spectacles
Danses Traditionnelles des Comores - SAMBE DE MBENI

Journée Culturelle Marseille - SANAWUDJE (N'Tsoudjini)
 
Les Video musicales
Les Videos Musicales et Clips video
 
Les Documentaires
Tous les documentaires touristiques sur les Comores

Sakina M'sa

La problématique du logement et de l'insalubrité à Marseille

Kwassa-Kwassa Creuse

Un aller simple pour Maoré

 
Les Films Etrangers
Films étrangers tournés aux Comores
 
Les Acteurs
 
Producteurs
 

Le Cinéma et la Vidéo aux Comores

Kwassa Kwassa Creuse mise à jour 10/02/2006




Ce documentaire retrace non seulement le difficile parcours de jeunes mahorais envoyés faire leurs études dans la Creuse mais s'intéresse aussi à l'histoire douloureuse des Comores et notamment la question des rapports entre les différentes îles de l'archipel.



 

KWASSA-KWASSA CREUSE

Depuis la rentrée scolaire de 1997, le lycée professionnel d'Aubusson dans la Creuse, accueille un contingent annuel d'une trentaine de Mahorais, habitants de la petite île de Mayotte, possession française de l'Océan Indien arrachée au reste de l'archipel comorien lors du référendum pour l'accession à l'indépendance de 1975. À l'heure de la remise en cause du « droit du sol» et autres discours politico-médiatiques aux relents ouvertement xénophobes, ce film donne la parole à des jeunes noirs, « français de nationalité », parachutés à des milliers de kilomètres de chez eux pour étudier dans une région en crise où les écoles ferment. À travers le récit de ces Mahorais de la Creuse affrontant leurs destins personnels, c'est aussi l'histoire coloniale occultée et refoulée que nous redécouvrons, une histoire de manipulations et de divisions artificielles qui attisent le racisme ici et là-bas et qui mène d'autres comoriens vers la mort, noyés lors de traversées sur des bateaux de fortune qu'on appelle les Kwassa-Kwasa.



Des poussières pathétiques de son empire colonial, tandis qu'un vent mauvais souffle de France métropolitaine sur les braises d'un passé décomposé que l'on voudrait à toute force revisiter, lifter de son horreur et de ses crimes, nous parvient encore, malgré tout, l'écho timide de quelques voix francophones du dehors. Des voix nègres…La légion peut bien sauter sur Kolwesi comme Bob Dénard sur l'archipel des Comorres, c'est toute la fiction qui abandonne au seul cinéma dit « du réel » le soin de nous faire entendre, hors la littérature et les auteurs consacrés, la parole d'hommes et de femmes simples, sans l'apprêt du prestige et de la reconnaissance universelle. D'où vient alors que l'on ait pu avoir souvent le sentiment que ces paroles n'étaient jamais tout à fait libres ? Mainates, perroquets bleu des îles, dociles marionnettes exotiques, réalisateur ventriloque…Ici, rien de tout cela. Juste une approche frontale, fraternelle, respectueuse. Le souci de l'humain. De dire ces mahorais parachutés plein cadre, à des milliers de kilomètres de Mayotte, à Aubusson, au coeur révélateur de la rusticité creusoise, et qui ne veulent ni s'éterniser, ni faire tapisserie…Et, naturellement, plus de questions que de réponses. En creux, pour ainsi dire. En Creuse, sans doute, mais ailleurs aussi…

Jean-Pierre Le Nestour, Auteur du Manifeste pour une Poétique du Cinéma