La Monnaie
Retour Sommaire
Les Structures
Retour Sommaire
Financements

Retour Sommaire

Développement

Retour Sommaire

Réflexions

Retour Sommaire

Démographie

Retour Sommaire

Import - Export

 Retour Sommaire

Transports

 Retour Sommaire

Agriculture - Cultures de rente

Retour Sommaire

Agriculture - Cultures vivrières

 Retour Sommaire

L'Economie des Comores

Un Co-développement durable dans une perspective d'avenir mise à jour 01/10/2005

Source : Inconnue (sera précisée dès que possible)
Un co-développement durable dans une perspective d’avenir - 12 avril 2005

Les 4 et 5 avril derniers, une Commission mixte a réuni aux Comores élus réunionnais, comoriens et mahorais pour poursuivre et renforcer la coopération bilatérale entre nos pays. Paul Vergès revient sur ces deux journées de débats, en précisant le cadre général dans lequel les actions doivent se développer pour prendre en compte les enjeux à venir dans l’océan Indien.

Dans le contexte instauré par le processus de réconciliation nationale engagé par les Comores suite à la signature, le 17 février 2001, de l’accord de Fomboni, et en raison des liens privilégiés existant entre La Réunion et les Comores, la Région, dans le cadre de sa stratégie de développement fondée sur l’ouverture internationale et l’intégration régionale, s’inscrit dans une démarche visant à développer une politique de co-développement avec ce pays.

La tenue de la Commission mixte des 4 et 5 avril 2005 a été l’occasion pour la Région de donner un nouvel élan à la coopération bilatérale entre La Réunion et les Comores et de concentrer désormais ses interventions dans quelques secteurs prioritaires que sont le développement rural, l’insertion professionnelle des jeunes Réunionnais et les actions de solidarité, l’éducation, la formation, la francophonie, la culture, la pêche et les partenariats triangulaires entre la Région Réunion, la Région PACA et les Comores.

Aller plus loin que l’immédiat

Toutes ces fiches techniques doivent être replacées pour le président de la Région dans une perspective d’avenir et de développement durable. Ces deux grandes journées de débats ont rapproché les Comores, la France et La Réunion. Paul Vergès invite à ne pas se limiter aux fiches stratégiques de coopération bilatérale pour mieux mesurer les enjeux du futur en termes de démographie, de changements climatiques, de contraintes et de charges sur l’environnement et de conséquences de la mondialisation. Ce cadre général doit être compris des populations comme des dirigeants.

Faire face à la démographie...

Au niveau de la croissance démographique, Paul Vergès livre des données auxquelles les Comores doivent se préparer. "Les îles des Comores comptaient en 2004, 790.000 habitants et l’hypothèse moyenne pour 2050 est de 1 million 826.000 habitants, c’est à dire qu’en 4 décennies, la population va augmenter d’un million. Mayotte qui ne fait que 371 kilomètres carrés, soit moins du sixième de La Réunion, compte aujourd’hui 165.000 habitants, sa population va plus que tripler. Les 4 îles comptabiliseront 2 millions 300.000 habitants. Il faut voir dès maintenant quels sont les domaines d’urgences et quelles solutions apportées", insiste le président de la Région Réunion.

... aux changements climatiques...

Les changements climatiques n’épargneront pas les Comores plus que La Réunion : "la zone océan Indien est la plus exposée aux changements climatiques". Outre la mort des barrières de corail, ces changements auront une incidence sur le secteur de la pêche puisque "les grands poissons pélagiques migrent selon les températures de l’océan". L’installation humaine porte aussi de lourdes charges sur l’environnement.

... et à la mondialisation

La mondialisation menace aussi directement l’économie de nos îles : "Si à La Réunion c’est la canne, chez eux c’est la vanille ou l’ylang-ylang qui sont menacés". Le problème du développement agricole mérite aussi réflexion dans un pays ou les agriculteurs produisent juste assez pour la consommation. Pour Paul Vergès, l’avenir englobe aussi toutes les questions liées au déficit du secteur de la santé aux Comores, et celles de l’éducation. Les Comores comptent 3.200 bacheliers par an qui pourraient venir étudier à La Réunion. Les Comores doivent aussi relever le challenge du tourisme et sortir de son enclavement.

S’ouvrir sur l’extérieur

Selon Paul Vergès, "pour ouvrir les Comores à l’extérieur, pour faciliter les échanges et la coopération, il faut établir une liaison aérienne directe. La liaison Moroni-Marseille que va proposer Air Austral une fois par semaine fait que La Réunion, par sa compagnie régionale, est le principal moyen de désenclavement de Mayotte et des îles des Comores. On ne s’en sortira qu’en dépassant les contradictions actuelles entre Mayotte et les Comores. Cela ne doit pas empêcher les îles de coopérer. Pourquoi maintenir l’isolement entre ces îles ?" Les étudiants devraient obtenir automatiquement leur visa, ainsi ceux qui viennent à une source française pour apprendre ne seront plus reconduits à la frontière. Le président de la Région garde "espoir que la France initie une politique de co-développement durable exemplaire".

 

© MweziNet 2005