La Monnaie
Retour Sommaire
Les Structures
Retour Sommaire
Financements

Retour Sommaire

Développement

Retour Sommaire

Réflexions

Retour Sommaire

Démographie

Retour Sommaire

Import - Export

 Retour Sommaire

Transports

 Retour Sommaire

Agriculture - Cultures de rente

Retour Sommaire

Agriculture - Cultures vivrières

 Retour Sommaire

L'Economie des Comores

Les Mutuelles d'Epargne

Les Mutuelles d’épargne et de crédit ya Komor

AG00021


   
Le système bancaire de notre pays est composé par quatre établissements dont une seule Banque commerciale à caractère universelle : la Banque pour l’Industrie et le Commerce des Comores (BIC). Cette situation de monopole ne favorise guère la collecte de l’épargne, l’octroi des crédits et la bancarisation de la population. Il suffit d’aller à la BIC à Moroni pour constater les queues interminables devant les guichets pour se rendre compte des méfaits de ce monopole. Les petits épargnants ainsi que les moyens ont d’énormes difficultés pour épargner et bénéficier des crédits dont les taux d’intérêts sont très élevés (11% / 18%). Une situation d’autant plus incompréhensible que cette banque est en situation de surliquidité. Elle voit tous les ans une progression des
dépôts à vue et d’épargne et une baisse des crédits. Cette banque d’après le rapport de la Banque Centrale des Comores (année 1996) a « orienté ses ressources vers des emplois de trésorerie au détriment du financement de l’économie »

   
Afin de favoriser la collecte d’épargne surtout rurale et la distribution des crédits de faible montant, plusieurs
projets sont mis en place et fiancés par des bailleurs de fonds : les projets SANDUK et les Mutuelles d’Epargne et de Crédit. Les Mutuelles d’épargne et de crédit des Comores (Meck) sont mis en place à partir de 1996 par le
Gouvernement comorien, le FIDA avec l’assistance technique d’une ONG canadienne DID. La Composante Epargne et crédit du projet AIEB (Appui aux Initiatives Economiques de Base en milieu rural) est chargée de la constitution des ces Mutuelles. Ce sont des Sociétés à capitaux variables, associant des personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs au moyen d’une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement. Ce sont des institutions financières du type coopératif qui vise à améliorer les conditions de vie de ses membres. Elles sont contrôlées et organisées démocratiquement par ses membres qui sont propriétaires-usagers. Elles ont pour mission de rendre aux adhérents des services financiers aux meilleures conditions. Ses adhérents qui mettent en commun leurs
épargnes pour se fructufier et se procurer mutuellement des services financiers à des termes et conditions dont ils
conviennent ensembles.

"...stimuler l’esprit d’initiative individuel et collectif des membres..."

V1-03n.jpg (27634 octets)

Les finalités de ces sociétés sont de : favoriser l’émergence aux Comores, d’un véritable réseau autonome
d’institutions financières mutualistes capables d’améliorer de façon significative l’intermédiation financière en
milieu rural et garantir sa pérennité. Elles doivent être en mesure de collecter l’épargne, de la faire fructifier,
et de la rétrocéder en crédit pour le financement des initiatives économiques de base.

   
    Les buts des Mutuelles sont de : mettre en commun l’épargne des membres, fructifier leur épargne en leur
consentant des prêts à des conditions convenables, rendre à ses membres des services de bonne qualité et adaptable au milieu, stimuler l’esprit d’initiative individuel et collectif des membres, travailler d’une façon rentable pour aboutir à un autofinancement et une prise en charge progressive, aider les membres à être actifs dans les
milieux socio-économiques respectifs.

Une mutuelle d’épargne est constituée d’une Assemblée Générale qui est l’autorité supérieure et souveraine de la
coopérative, le Conseil d’Administration qui est l’organe de gestion des affaires de la mutuelle et le représentant
exécutif de l’Assemblée Générale, le Comité de crédit qui est l’organe chargé de la gestion de portefeuille de crédit et enfin le Conseil de surveillance, l’organe chargé de veiller sur les intérêts des membres de la Mutuelle. Ces organes sont constitués par les membres sociétaires des mutuelles qui travaillent tous bénévolement. Seuls les
caissiers de ces mutuelles sont salariés.

        A ce jour, quatre (4) mutuelles d’épargne et de crédit sont en exercice (Foumbouni, Mbeni, Ivembeni et Moroni).
L’ensemble des mutuelles au 31 décembre 1998 disposait de 1810 membres dont 603 membres à la Mutuelle d’Epargne et de Crédit de Moroni. L’épargne collectée est de 258 millions de Francs comoriens dont 41 millions à la Meck de Moroni.
Il est prévu l’ouverture de 8 mutuelles supplementaires: 5 à Anjouan, 2 à la Grande Comore et 1 à Moheli. Le nombre total des mutuelles à mettre en place s’élèvera à 12. Une union nationale des mutuelles existantes est entrain d’être mise en place pour promouvoir notamment l’esprit et les valeurs mutualistes (solidarité, équité, démocratie, union) assurer le suivi et le développement des MECK, de développer des produits financiers au bénéfice des membres du réseau, de procéder à l’inspection-vérification des comptes et des procédures des mutuelles, de veiller sur la sécurité des fonds déposés par les membres ou bailleurs de fonds, de gérer les surliquidités et les placements financiers et les prêts effectués entre les MECK et de gérer les fonds de sécurité et de prévoyance.

    Ces mutuelles ont connu une progression fulgurante au cours de ces deux dernières années. Toutefois le non
paiement par le Gouvernement comorien des fonds de contrepartie au FIDA à partir du second semestre de 1998, a amené au retrait de l’assistance technique du DID, à la suspension des décaissements et du projet AIEB. Cette situation se répercute négativement sur les activités des Mutuelles dont l’assistance technique est assurée par le personnel de ce projet. Certaines mutuelles ont heureusement acquis une autonomie financière et les
responsables des Mutuelles cherchent des financements auprès d’autres bailleurs de fond : l’Agence Française de
Développement, le Programme des Nations Unies de Développement (PNUD) et la Banque Mondiale.

    La situation économique de notre pays se dégrade d’année en année. Il ne peut avoir de relance économique avec une seule Banque commerciale pour l’ensemble du pays. Il est nécessaire que le Gouvernement encourage l’implantation dans le pays d’autres institutions financières pour favoriser la collecte de l’épargne thésaurisée dans nos foyers, pour faciliter les échanges commerciaux surtout les échanges entre les comoriens de l’intérieur et la diaspora dont les coûts actuels sont prohibitifs et dissuasifs. Les Mutuelles ont besoins d’être soutenues pour permettre au plus défavorisés d’accéder finalement au crédit.

    Pour toute information relative aux mutuelles, vous pouvez vous adresser à la Meck-Moroni, Volo-volo,

Tel : 73 36 40, Fax 73 51 70.

Ismaël SAADI (Houmoud)   


©avril 1999

© MweziNet 2003