La Monnaie
Retour Sommaire
Les Structures
Retour Sommaire
Financements

Retour Sommaire

Développement

Retour Sommaire

Réflexions

Retour Sommaire

Démographie

Retour Sommaire

Import - Export

 Retour Sommaire

Transports

 Retour Sommaire

Agriculture - Cultures de rente

Retour Sommaire

Agriculture - Cultures vivrières

 Retour Sommaire

L'Economie des Comores

Le parfumeur GUERLAIN quitte mayotte pour s'installer à Anjouan mise à jour 20/05/2002

ylang-ylang -
LE PARFUMEUR GUERLAIN QUITTE MAYOTTE pour s’INSTALLER A ANJOUAN

EXTRAIT de COMORES-INFOS, n°64 du 19 mai 2002


La fleur parfumée d'Ylang-ylang

Distillerie à Mayotte

Télécarte des Comores & timbre de Mayotte (2001), à découvrir dans notre rubrique "collections" sur www.comores-online.com 

 

L'un des plus célèbres parfumeurs français, Jean-Paul Guerlain, qui se dit victime de tracasseries administratives, a mis en vente, à Mayotte, son exploitation d'ylang-ylang, une fleur jaune au parfum envoûtant dont les Comores sont les premiers producteurs mondiaux.

            La production mondiale d'ylang-ylang, concentrée dans deux pays de l'Océan Indien, les Comores et Madagascar, atteint, selon les années, 40 à 70 tonnes, indique Laurent Payet, botaniste à l'université de La Réunion. Le prix de cet extrait qui représente 70 pour cent des exportations comoriennes, varie de 75 à 200 € le kilo.

            Installé depuis 1995 à Combani (centre de Mayotte), Jean-Paul Guerlain exploitait une vingtaine d'hectares d'ylang-ylang, soit la moitié des exportations de cette essence produite à Mayotte par 500 petits producteurs. Jean-Paul Guerlain a été épinglé par l'inspection du travail qui lui reproche notamment d'avoir employé des travailleurs clandestins, 33 cueilleuses de fleurs, selon une déclaration à la télévision publique réunionnaise, Telé Réunion. Furieux, le célèbre parfumeur, créateur du dernier jus Guerlain "Mahora" (du nom de Mayotte, ou "Maoré" en dialecte local - à découvrir sur les sites www.mahora.com  ou www.guerlain.fr  NDLR), a décidé de s'installer dans l'île voisine d'Anjouan, avec pour objectif le rachat de la société Bambao, qui connaît des difficultés financières.

            Jean-Paul Guerlain n'est pas le seul à cultiver l'ylang-ylang dans l'Océan Indien. Depuis sept ans, Biolandes (site web www.biolandes.org , NDLR) produit chaque année 3 tonnes d'essence de cette fleur sur une exploitation de 240 hectares située à Ambanjan, à Madagascar. 

            Un hectare d'ylang-ylang produit chaque année entre 900 kilos et 1,5 tonne de fleurs dont sont extraits 18 à 30 kilos d'essence distillée. Il faut en effet 45 kilos de cette fleur jaune au coeur écarlate cueillie tout au long de l'année pour obtenir 1 kilo d'extrait, poursuit Laurent Payet de l'Université de La Réunion. Découverte vers 1740 en Malaisie par le botaniste français Pierre Poivre, l'ylang-ylang a été introduite aux Comores en 1909. Les premières distillations ont été effectuées en 1946 avec une production annuelle de 10 tonnes.

            Cette essence entre dans la composition de nombreux jus célèbres : de Chamade de Guerlain à l'Air du temps de Nina Ricci, en passant par Sublime de Patou ou Opium de Saint Laurent.

  

© MweziNet 2003