La Monnaie
Retour Sommaire
Les Structures
Retour Sommaire
Financements

Retour Sommaire

Développement

Retour Sommaire

Réflexions

Retour Sommaire

Démographie

Retour Sommaire

Import - Export

 Retour Sommaire

Transports

 Retour Sommaire

Agriculture - Cultures de rente

Retour Sommaire

Agriculture - Cultures vivrières

 Retour Sommaire

L'Economie des Comores

Le NEPAD

Le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique

Lors du sommet de Gênes en juillet 2001, le G8 a décidé de considérer la ''Nouvelle initiative africaine'' (NIA) comme la base d'un nouveau partenariat entre l'Afrique et les pays industrialisés.
Résultant de la fusion du Programme  pour le millénaire (MAP) des Présidents Mbeki d'Afrique du Sud, Obasanjo du Nigeria et Bouteflika d'Algérie -auxquels s'était joint ensuite le président Moubarak d'Egypte-, et du Plan Oméga du Président Abdoulaye Wade du Sénégal, la NIA venait d'être adoptée par l'OUA au sommet de Lusaka. lors de la première réunion du comité de mise en œuvre, à Abuja en octobre, la NIA a été renommée "Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique" (NEPAD).

Le NEPAD repose sur les principes de responsabilité des Africains et d'appropriation par eux-mêmes du développement de leur continent. Il met l'accent sur la démocratie, la transparence, la bonne gestion des affaires publiques, l'Etat de droit et les Droits de l'Homme, facteurs majeurs de développement. 
Une structure de direction se met en place: comité de mise en œuvre -au niveau des Chefs d'Etat et de gouvernement-, comité de pilotage, secrétariat.
Elle définit les priorités.
Comme ils l'avaient décidé à Gênes, les Chefs d'Etat et de gouvernement du G8 ont désigné chacun un représentant personnel de haut niveau pour assurer la liaison avec les dirigeants africains, en vue d'élaborer un plan d'action à soumettre en juin 2002 à l'approbation du sommet de Kananaskis. Le Président de la République a nommé M. Michel Camdessus, ancien Directeur général du FMI.
Les modalités de mise en œuvre du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique sont en cours de définition, notamment par les Africains eux-mêmes. Leur objectif est d'élaborer leur propre "programme d'action", qui serait présenté au G8 à Kananaskis.
Une conférence se tiendra à Dakar en avril, afin d'étudier la question du financement du NEPAD et de la participation du secteur privé.
Les représentants personnels des Chefs d'Etat et de gouvernement du G8 se sont déjà retrouvés deux fois, à Londres à la mi-octobre et à Addis Abeba début décembre, à Huit d'abord, puis avec les représentants africains.
Ces réunions de travail ont permis de souligner que l'Afrique voulait assurer son autorité sur son propre développement, en mettant l'accent sur la bonne gouvernance, à la fois économique et politique, et sur les notions de responsabilité (''accountability'') et de contrôle par les pairs (''peer review''), dans le cadre d'une stratégie globale pour attirer les investissements publics et privés.
De même a été mis en lumière l'équilibre souhaité entre appropriation (''ownership'') et partenariat, ainsi que le lien entre paix et développement. Des documents de travail seront élaborés sur les quatre priorités qui se sont dégagées: gouvernance, paix et sécurité, développement humain, croissance, ainsi que sur deux thèmes transversaux : coopération et intégration régionales, agriculture et problème de l'eau.
La France contribuera plus particulièrement aux thèmes "paix et sécurité" et "croissance'' et fournira par ailleurs une contribution spécifique sur le problème de l'eau.
Les représentants personnels des Chefs d'Etat et de gouvernement du G8 se réuniront à Pretoria les 14 et 15 février 2002, à Dakar du 11 au 13 avril, à Maputo du 16 au 18 mai, à Kananaskis du 2 au 4 juin. C'est dans ce contexte, et à mi-chemin du sommet de Kananaskis, qu'intervient la réunion de travail du 8 février.
Dès 1999, au sommet de Cologne, le Président de la République avait souhaité qu'un effort particulier soit consenti en faveur de l'Afrique. Un rapport sur la pauvreté et sur le développement du continent avait été demandé par le G8 aux Institutions financières internationales. Un an plus tard, à la veille du sommet d'Okinawa, les Présidents sud-africain, nigérian et algérien, premiers concepteurs du progamme MAP, étaient venus présenter leur plan aux Chefs d'Etat et de gouvernement du G8. Ils avaient été encouragés à poursuivre dans leur  initiative, dont le caractère novateur (principe d'un partenariat fondé sur des engagements mutuels) avait été salué, et à y intégrer les éléments propres au Plan Omega. A Gênes, en 2001, c'est dans le cadre-même du sommet du G8 que s'était tenue une séance de travail entre pays industrialisés et Africains, consacrée à la Nouvelle initiative africaine, qui allait devenir ensuite le NEPAD.

Sur proposition de la France, le sommet du G8 a adopté un ''plan de Gênes pour l'Afrique'' qui a apporté son soutien à ce nouveau partenariat et a affirmé la volonté de faire progresser concrètement ce processus à l'occasion du sommet de Kananaskis (voir texte intégral).

8 Février 2002

 

© MweziNet 2003