Education en France - Stages - Métiers
 
Accueil 

L'enseignement supérieur français
 

Adresses Utiles
 
 
Sites d'apprentissage ou de révision
 
Université des Comores

LES COORDONNEES

Inauguration Officielle

Réforme LMD à l’université
par le Doyen de la Faculté des Sciences Kamaliddine Afraitane


Faits et Commentaires
 
Education aux Comores
 
Etablissements Comoriens : les coordonnées
 
Lycée de Mitsamiouli : un établissement laissé à l'abandon

L'éducation aux Comores : Pas une année sans perturbation : Chronique de l'agonie du système

Résultats 2004 des examens

Résultats 2003 des examens

Résultat du concours d'orthographe Anjouan 2003

Résultats 2002 des examens 


Résultats 2001 des examens (Bac et BEPC)
 

Résultats 2000 

Résultats 1999

Polémique sur l'attribution de bourses pour l'enseignement supérieur

Présentation du Groupe Scolaire Fundi Abdulhamid
 

Le lycée Said Mohamed Cheick 

Polémique sur l'examen d'entrée en 6ème 
 
Education en Europe, Pays Arabes, Afrique et Madagascar

  
Réflexions diverses sur les études à l'étranger
 
Réflexions sur l'Université Africaine  
 
Le Sénégal, une destination recommandée
 

Projets dans le domaine de l'Education

  
L'enseignement agricole se dote d'un accord-cadre...
 
Projets de l'UNION EUROPEENE pour les COMORES à partir de fin 2002
 
 
Grand projet de rénovation  du lycée SAID MOHAMED CHEICK
 Cliquez ici pour en savoir plus
 

 
Le Projet PREPALY, Un tremplin pour les bacheliers
 
Octroi de 280.000 dollars pour la formation à distance au Comores
 

La Politique de l'Education, faits recherches, réformes

 
Le système éducatif de l'île autonome d'Anjouan


Résumé d’une thèse de doctorat de Mr. Mohamed Ali Mohamed sur l'éducation aux Comores

Les réformes scolaires aux Comores par Mr. Mohamed Ali Mohamed  

Le rendement scolaire aux Îles Comores par Mr. Mohamed Ali Mohamed 
 
Droit de l’enfant comorien à l’apprentissage de sa langue maternelle par Abdou Saïd Houmadi
 

L'Education en France et aux Comores

Enseignement supérieur:
De nouvelles orientations pour l'attribution de bourses

Article de 1999

La commission chargée de I ‘attribution des bourses a très peu de chance d’être débordée par le travail. En effet elle aura très peu de bourses à gérer dans la mesure où la plupart des possibilités existantes vont dépendre des capacités financières propres des demandeurs

Le ministère de l’Education nationale vient d’instituer une commission pluridisciplinaire pour statuer sur les critères d’attribution de bourses d’études universitaires. Cette commission regroupe des représentants de tous les services de l’administration publique et les syndicats des enseignants.

L’implication de tous ces secteurs s’explique, selon Fatah Boina, responsable du service d’orientation, par le fait que la planification des études supérieures doit tenir compte des réalités et des besoins effectifs de tous les secteurs du développement du pays. L’orientation d’un élève pour des études supérieures ne dépend pas uniquement de son propre choix mais aussi de ses qualités et potentialités ainsi que des besoins réels du pays.

Pour le responsable du Service de bourses, lssa Mfoungoulié, une telle commission ne constitue pas une nouveauté. Une structure similaire a été instituée en 1997 par un décret du premier ministre de l’époque, Ahmed Abdou. Cependant, compte tenu des pressions de lobbies de toute sorte, du favoritisme des uns et des autres, la commission n’a jamais pu statuer. Du coup la gestion des bourses d’études relevait parfois du ministère de l’Education, du ministère des Affaires étrangères et même, par fois, de... la présidence de la République. Le service de bourses n’étant informé des décisions prises qu’après coup.

Actuellement on tente d’assainir la situation mais toujours est-il que dans certains cas, les choses ne sont pas faciles notamment en ce qui concerne les bourses attribuées par la Libye et l’Egypte dont la gestion échappe au contrôle de la commission.

Pendant ce temps, en ce qui concerne les inscriptions dans des universités et autres écoles supérieures françaises, un compromis a été trouvé en vue de mettre fin aux longues files d’attente devant le portail d’entrée de la Mission française de Coopération.

Les bacheliers de 1999 ont la possibilité d’obtenir un dossier d’inscription à condition d’avoir une moyenne générale en français supérieur ou égal à dix. En plus la possibilité existe, pour les termina listes, de faire une pré-inscription sous réserve de l’obtention du baccalauréat de cette année. Pour ce faire le demandeur doit présenter un certificat de scolarité et les bulletins de notes des classes de 2nd et de 1ère. Toujours en ce qui concerne les bourses d’études universitaires, la Russie vient de donner son accord de principe pour cinq bourses d’études (4 pour des études universitaires et 1 pour faire des recherches). Pour bénéficier de ces bourses, l’étudiant doit payer son billet aller et retour, avoir une moyenne supérieure à 16 pour les matières principales et être capable de débourser 100 dollars par mois en frais de séjour. La Chine a également tait part de sa disponibilité d’accorder des inscriptions à des étudiants

Comoriens. Mais, là également, l’étudiant doit se prendre en charge. Dans ses conditions on peut penser que cette année la commission chargée de l’attribution des bourses a très peu de chance d’être débordé par le travail. En effet elle aura très peu de bourses à gérer dans la mesure ou la plupart des possibilités existantes vont dépendre des capacités financières propres de l'étudiant.

                                                                                                      Tidjara