Education en France - Stages - Métiers
 
Accueil 

L'enseignement supérieur français
 

Adresses Utiles
 
 
Sites d'apprentissage ou de révision
 
Université des Comores

LES COORDONNEES

Inauguration Officielle

Réforme LMD à l’université
par le Doyen de la Faculté des Sciences Kamaliddine Afraitane


Faits et Commentaires
 
Education aux Comores
 
Etablissements Comoriens : les coordonnées
 
Lycée de Mitsamiouli : un établissement laissé à l'abandon

L'éducation aux Comores : Pas une année sans perturbation : Chronique de l'agonie du système

Résultats 2004 des examens

Résultats 2003 des examens

Résultat du concours d'orthographe Anjouan 2003

Résultats 2002 des examens 


Résultats 2001 des examens (Bac et BEPC)
 

Résultats 2000 

Résultats 1999

Polémique sur l'attribution de bourses pour l'enseignement supérieur

Présentation du Groupe Scolaire Fundi Abdulhamid
 

Le lycée Said Mohamed Cheick 

Polémique sur l'examen d'entrée en 6ème 
 
Education en Europe, Pays Arabes, Afrique et Madagascar

  
Réflexions diverses sur les études à l'étranger
 
Réflexions sur l'Université Africaine  
 
Le Sénégal, une destination recommandée
 

Projets dans le domaine de l'Education

  
L'enseignement agricole se dote d'un accord-cadre...
 
Projets de l'UNION EUROPEENE pour les COMORES à partir de fin 2002
 
 
Grand projet de rénovation  du lycée SAID MOHAMED CHEICK
 Cliquez ici pour en savoir plus
 

 
Le Projet PREPALY, Un tremplin pour les bacheliers
 
Octroi de 280.000 dollars pour la formation à distance au Comores
 

La Politique de l'Education, faits recherches, réformes

 
Le système éducatif de l'île autonome d'Anjouan


Résumé d’une thèse de doctorat de Mr. Mohamed Ali Mohamed sur l'éducation aux Comores

Les réformes scolaires aux Comores par Mr. Mohamed Ali Mohamed  

Le rendement scolaire aux Îles Comores par Mr. Mohamed Ali Mohamed 
 
Droit de l’enfant comorien à l’apprentissage de sa langue maternelle par Abdou Saïd Houmadi
 

L'Education en France et aux Comores

Le système éducatif de l'île autonome d'Anjouan

Le système éducatif de l'île autonome d'Anjouan

(article Al-Watwan n° 734 - juillet 2002)

 

Après cinq ans de sécession dont deux ans d'embargo international total imposé par l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) et trois années scolaires blanches, le système éducatif s'est dégradé. Les autorités élues de l'île ont mobilisé les professionnels de l'enseignement de l'île et de la région de l'Océan indien pour organiser "les travaux de l'atelier du système éducatif" anjouanais au mois de mai dernier. Des personnalités anjouanaises expatriées, des représentants de l'ambassade de France, des conseillers généraux de Mayotte et de l'île de Réunion ont pris part à ce grand rendez-vous. Un constat accablant a été dressé. Des établissements scolaires délabrés et un environnement culturel inadéquat ont été, entre autres, mis au crible par les 250 séminaristes. M. Ali Ahmed, Inspecteur Général de l'éducation à Anjouan estime que "les séminaristes se sont sérieusement penchés sur les maux du système éducatif en vue de trouver les remèdes susceptibles de mettre l'enseignement de l'île sur les rails ".

La direction de l'enseignement primaire gère cinq circonscriptions pédagogiques correspondant à cinq régions administratives d'Anjouan. Il existe sur l'île d'Anjouan 97 écoles qui scolarisent 39972 élèves et on dénombre 1038 enseignants. Les statistiques font apparaître des disparités. On note par exemple un déficit global de 60 maîtres, alors que dans une région comme Ouani on dénombre un excédent de 10 enseignants.

Six lycées publics et dix lycées  privés pour l’enseignement secondaire

L'enseignement secondaire, de la 6ème à la 3ème représente 12 collèges publics existants. On compte 178 divisions pour un effectif 7494 élèves. Les six lycées publics totalisent de leur côté 79 divisions pour un effectif de 2879 élèves. L'enseignement privé a pris un essor particulier sur l'île d'Anjouan. Il existe en tout 10 collèges pour un effectif total de 591 élèves. Les 10 lycées privés existants de la seconde à la terminale totalisent de leur côté un effectif de 495 élèves. L'enseignement du premier cycle secondaire affiche 8 085 élèves repartis dans 205 divisions dont 27 pour le privé. Dans le cycle secondaire, les effectifs s'élèvent à 3373 élèves dans les 95 divisions existants dont 18 dans le privé. La part de l'enseignement privé représente  un peu moins de 10% des effectifs globaux.

Avec un taux net de scolarisation de 65%, l'école anjouanaise enregistre à la fin du cursus élémentaire un taux de redoublement du quart des élèves et un taux d'abandon de 27%. Un peu plus de la moitié quittent le collège et près de 60% abandonnent le lycée avec un niveau très faible et sans formation professionnelle. Ces chiffres alarmants ont été mis au crible par les séminaristes pour tenter de sauver l'école anjouanaise.

Handicaps : manque de matériels didactiques et d’enseignants qualifiés

On pointe du doigt la croissance démographique élevée, entraînant une forte demande, le manque de matériels pédagogiques et des enseignants non qualifiés comme étant les principaux handicaps qui mettent à mal le système éducatif anjouanais. Les 12 collèges et 5 lycées publics ne disposent d'aucune bibliothèque, ni de salles spécialisées pour les langues ou  les matières scientifiques, encore moins d'espace pour la pratique du sport.

L'enseignement technique et professionnel, l'une des spécificités de l'enseignement anjouanais est matérialisé par l'existence de l'école nationale technique et professionnelle (ENTP), de l'institut de formation des enseignants et de recherche en éducation (IFERE), de l'école de pêche et de quelques écoles privées de formation modulaire en informatique et gestion commerciale. L'école technique forme des adjoints techniques en électricité, bâtiment, mécanique générale auto et froid et chaque spécialité peut accueillir un maximum de 15 élèves.

Le taux brut de scolarisation de l'île est de 87% et le taux d'admission est de 88%. Le goulot d'étranglement reste le concours d'entrée en sixième affichant à ce niveau un taux de redoublement en CM2 qui  varie entre 21% et 29,96%.Un instituteur qui a pris part au séminaire a souligné que "le niveau de qualification reste le grand problème dans le système. Sur 148 enseignants, seulement 21 (représentant à peu près 14 %) ont les qualifications requises". Prétextant le manque de moyens de déplacement, l'encadrement pédagogique se fait rare et les enseignants sont livrés à eux mêmes, sans contrôle.