Energie

Les pénuries d’hydrocarbures asphyxient le pays

Recherche de Gaz et de Pétrole
aux Comores

Electricité d'Anjouan : EDA éclaire mal


Crise de l’énergie - La Mamwé des danaïdes - 2005
 

La société d`électricité des Comores renoue avec ses délestages - 2005


Anjouan : Pénurie de Pétrole Lampant - 2005

Adduction d'eau , un défi du développement  
 
LE PARC DE PRODUCTION ELECTRIQUE AUX COMORES EN 2002
 
Les Gaz des Comores  

Projets de développement de l'Energie Solaire 

Offre spéciale sur l'énergie Solaire pour favoriser l'équipement 

Energie Solaire, TOTAL ENERGIE S'engage avec Enercom 

La Privatisation de l'eau et l'électricité: pas de miracles

Electricité : La Ligue des Etats arabes et l'Egypte équipent la Mamwe

Pénurie de carburant en 2000

Hausse des tarifs du carburant en 2000

Le nouveau DG des hydrocarbures contesté (2000)
 

L' Energie aux Comores

La société d`électricité des Comores renoue avec ses délestages mise à jour 22/08/2005


Pour accéder au site, cliquez sur le logo

La société d`électricité des Comores renoue avec ses délestages
Moroni, Comores, 18/02/2005

La société comorienne d`eau et d`électricité la Ma-Mwé, donne de nouveau, des frayeurs aux entrepreneurs opérant en Grande Comore, en renouant avec la pratique des délestages après une période de fourniture à peu près normale, du courant électrique.

Selon un communiqué de la société, les interruptions de courant auront lieu tous les après midi, de 14 à 17 heures depuis le début de cette semaine. Dans la réalité, les délestages sont loin de se conformer à ce calendrier et interviennent n`importe quand et n`importe comment ; parfois même à plusieurs reprises le même jour.

Il n`en fallait pas plus, pour déclencher chez les petits entrepreneurs, la psychose du manque de courant, d`autant que certains experts prédisent, d`ores et déjà, une crise longue et durable.

Les difficultés de la société ne proviennent pas cette fois d`une insuffisance de capacité: en théorie, l`outil existant peut fournir toute l`électricité nécessaire à la Grande Comore selon le nouveau directeur de la société Said Abasse Allaoui.

Equipées de 6 nouveaux groupes électrogènes inaugurés en grande pompe et dont l`achat a été estimé à 1,4 milliard de francs comoriens, la Ma-mwe est théoriquement armée contre la baisse de la puissance de production.

Mais les nouveaux soucis de la Ma-mwe relèvent de problèmes de gestion puisqu`elle n`est tout simplement plus, en mesure de s`approvisionner en carburant.

La société nationale des hydrocarbures a décidé de stopper toutes les facilités de paiement ayant permis à la Mamwe de cumuler à ce jour, une dette 1, 2 milliards de francs comoriens auprès de cette société soeur, soit 3/4 de la production annuelle de la Ma-mwe.

Comme l`état de trésorerie de la Ma-mwe ne lui permet pas de débourser chaque jour 7 millions de fc comoriens pour s`acheter le gasoil, elle décide d`opérer des délestages pour économiser du fuel.

En même temps, la direction de la société veut relancer la lutte contre la fraude.

On rappelle que d`ores et déjà, une ordonnance signée par le président comorien donne des pouvoirs accrus aux officiers de la police judiciaire, pour faciliter la procédure de répression contre les fraudeurs.

Cela permet de sanctionner des villages entiers, contraints de payer des amendes collectives se chiffrant en millions.

La fraude se manifeste par des branchements sauvages sur le réseau, branchements respectant les normes mais non signalées au service commercial, des branchements avant le compteur par des clients, la falsification du compteur pour minorer la consommation d`électricité, les branchements non autorisés de réseaux d`éclairage public...

Plusieurs mesures ont été essayées du temps de la Comorienne de l`Eau de l`Electricité (vivendi) dont les compteurs totaliseurs à prépaiement. Ils avaient alors suscité une si forte grogne que dans des villages comme Moidja ou Ntsaoueni, les forces de l`ordre ont dû charger des villageois en pleine manifestation d`hostilité.

Pour Said Abbas Alloui, directeur général et Abdourahmane Mohamed, secrétaire général, "la propension à la fraude est le principal responsable de la situation actuelle de la société puisque 40% de la production d`électricité est volée".

Parallèlement, est mis en oeuvre un plan d`assainissement ayant permis de licencier à ce jour, 24 personnes, selon le directeur Said Abasse Alloui.

On rappelle que la Grande Comore est familière des crises de l`énergie dont la phase la plus critique aura été l`absence totale de courant pendant presque un an, de 1996 à 1997.

L`activité avait pu reprendre à la suite d`un contrat d`affermage avec la Société française Vivendi, qui jeté a l`éponge après trois ans d`exploitation, à cause de la fraude précisément.