Energie

Les pénuries d’hydrocarbures asphyxient le pays

Recherche de Gaz et de Pétrole
aux Comores

Electricité d'Anjouan : EDA éclaire mal


Crise de l’énergie - La Mamwé des danaïdes - 2005
 

La société d`électricité des Comores renoue avec ses délestages - 2005


Anjouan : Pénurie de Pétrole Lampant - 2005

Adduction d'eau , un défi du développement  
 
LE PARC DE PRODUCTION ELECTRIQUE AUX COMORES EN 2002
 
Les Gaz des Comores  

Projets de développement de l'Energie Solaire 

Offre spéciale sur l'énergie Solaire pour favoriser l'équipement 

Energie Solaire, TOTAL ENERGIE S'engage avec Enercom 

La Privatisation de l'eau et l'électricité: pas de miracles

Electricité : La Ligue des Etats arabes et l'Egypte équipent la Mamwe

Pénurie de carburant en 2000

Hausse des tarifs du carburant en 2000

Le nouveau DG des hydrocarbures contesté (2000)
 

L' Energie aux Comores

Anjouan : pénurie de pétrole lampant mise à jour le 19/08/2005

Extrait de Al-Watwan n° 865 – 20 janvier 2005

Depuis  déjà trois semaines le pétrole lampant accuse une pénurie dans l'île. Et puisque son utilisation est devenue  très courante et indispensable, des réseaux de contrebande poussent comme des champignons.

Un litre de pétrole lampant  vendu au marché noir à 750 F comoriens, c'est du jamais vu. Et pourtant des groupes de contrebandiers s'adonnent avec frénésie à ce genre de commerce qui leur apporte gros. Pour l'éclairage nocturne des ménages, les parents,  ne sachant que faire, délient difficilement la bourse.  Le nouveau calendrier de délestage  adopté par les responsables de la société d'Electricité  n'est pas non plus de nature à favoriser les choses. Parce que l'un des groupes électrogènes de leur centrale a rendu l'âme, les responsables de l'EDA fournit l'électricité à ses clients une nuit sur deux de 18 h  à minuit.

Dans les cuisines, les fagots et le charbon de bois remplacent, tout naturellement, le pétrole lampant.  Et là encore, il y a des gens qui ont trouvé des débouchés juteux. Elles sont, en fait,  de plus en plus nombreuses les personnes qui préparent et vendent le charbon.  En conséquence, les arbres sont abattus à rythme qui aurait effrayé les écologistes. Et si cette cadence continue, l'environnement risque de prendre un sacré coup. Et les efforts de reboisement déployés ces dernières années seront anéantis.

Extrait de Al-Watwan n° 865 – 20 janvier 2005