Environnement


Les plages et les mangroves de Mayotte


inauguration du parc marin de Mohéli 

Problématique de la gestion des déchets aux Comores

L'Union Européene appuie le nettoyage de Moroni 

Plan d’action et  stratégie pour la protection de la diversité aux Comores

Moroni devient propre avec l'aide des habitants 

L'assainissement à Moroni 

Les Comores engagent une lutte contre la maladie des Cocotiers 

La maladie des cocotiers toujours pas enrayée (2005)

Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques : communication nationale initiale décembre 2002

Secretary-General reiterates call for ratification of Kyoto Protocol on thenth anniversary of climate change convention's entry into force
 
Throw Away Society New Threat to Island Paradises
 
Le recyclage des canettes de boissons pour faire des ustensiles de cuisine (Projet Terre-et-faune)

PROJET CONSERVATION COMORES 2005

Projet Conservation Comores 2005: Evaluation de la biodiversité et de l'usage des ressources, et la sensibilisation environnementale
Rapport préliminaire


Une medaille d'or et de bronze pour les Comores

Vers un réseau des aires marines protégées

Programme Régional de Protection des Végétaux dans l'Océan Indien

Une encyclopédie sonore des chants d'oiseaux

Atelier d'appui au Parc Marin de Mohéli - Médiaterre 05/2008

Comoros are the most vulnerable against climate change - Why Canada is the best haven from climate change
 

Réflexions sur l'Urbanisme et l'architecture

Quelle architecture pour les Comores
 
Associations de défense de l'environnement

Ulanga
 
Destruction de l'environnement

Exploitation des holothuries (concombres de mer) : le gouvernement prend des mesures pour une gestion durable de l'espèce aux Comores

Razzia sur le Parc Marin de Moheli
 

 

L' Environnement aux Comores

L' Environnement aux Comores

Moroni devient propre et avec l'aide des habitants
ARTICLE EXTRAIT DE LA GAZETTE DES COMORES
Interview de Mme Fatouma Abdallah

Environnement: Moroni devient propre et avec l'aide des habitants on peut avoir des résultats
----------------------------------------------
Nous avons rencontré cette semaine Madame Fatouma Abdallah responsable du plan d'urgence pour la gestion des déchets à Moroni . Mme Fatouma Abdallah qui a eu à mener à terme le projet de la COI sur l'environnement connaît très bien ses dossiers. Elle a bien voulu répondre à nos questions
----------------------------------------------

LGDC : Où en êtes vous avec les ordures dans la capitale depuis la mise en oeuvre d'un plan d'urgence?

Mme Abdallah Fatouma : Effectivement, depuis novembre 2002, le plan d'urgence pour la gestion des déchets à Moroni est opérationnel. Ce programme est financé par l'UE sous le 8émeFED.

L'UE finance un grand projet intitulé expertise pour la gestion des déchets solides(ménagers et hospitaliers),la mise en place d'un système approprié et le contrôle des travaux correspondants -8 ACP.COM.12. Ce projet est exécuté par un bureau Allemand HYDROPLAN, associé à une ONG Nationale URAHAFU dont la responsable est Mme Monjoin Wardat.

En attendant la mise en place de ce grand projet et compte tenu de la situation préoccupante des déchets, l'UE a consenti le financement d'un plan d'urgence pour la gestion des déchets pour une période de six mois.

LGDC : Qu'attendez-vous faire après la fin du plan d'urgence pour maintenir le ramasage des ordures à Moroni? Y-a-t-il un plan de pérennisation prévu pour prendre le relais ?

MAF : L'objectif de l'opération est l'amélioration de l'état sanitaire des populations. Ce PUM doit permettre la suppression des sites sauvages où sont actuellement entreposés les déchets, le ramassage réguliers des déchets et la sécurisation de la décharge de séléa .

LGDC : Comment est organisé le service de ramassage? Qui l'assure?

MAF : Au début, nous avons fait des contrats de gré à gré pour une période d'un mois. Naturellement nous avons fait appel aux entreprises qui travaillent dans ce domaine depuis longtemps il s'agit de Mr Propre et de Moroni assainissement (EHM) et comme il y avait 3zones définies, nous avons consulté une 3éme entreprise : Entreprise ARCADE .

Pendant ce temps, nous avons lancé le dossier de consultation restreint et à l'issue de cette appel, seulement deux entreprises ont été retenues .Ce sont ces deux entreprises qui assurent le ramassage des ordures et le transport vers séléa .

LGDC : En êtes-vous satisfait du travail réalisé par ces entreprises?

MAF : Je pense qu'il est trop tôt pour évaluer le travail . Les entreprises passent régulièrement mais certains problèmes persistent. Il faut faire une sensibilisation à grande échelle pour améliorer la gestion des déchets . Cependant, on constate que Moroni devient propre et avec l'aide des habitants on peut avoir des résultats satisfaisants.

LGDC : Quelles difficultés rencontrez-vous pour réaliser l'assainissement de la capitale j'imagine que ce n'est pas chose aisée ?

MAF : Pour la propreté de la ville de Moroni, tout le monde doit se sentir concerné . Il est vrai que des entreprises sont engagés pour ramasser les ordures au niveau des sites intermédiaires, mais il faut que ça soient des ordures ménagères et qu'elles soient déposées aux heures convenues (18h à 21h)mais il ne faut pas déposer des encombrants et autres déchets comme le pneus, les Caracas des voitures, les arbres. Nous nous sommes engagés a ramasser les ordures ménagères seulement. D'ailleurs nous organisons des réunions dans presque tous les quartiers pour mieux informer la population.

LGDC : En l'absence d'une commune à Moroni c'était la préfecture du centre qui assurait cette mission avec des résultats médiocres qu'en était il aujourd'hui ?

MAF : Effectivement, c'est la préfecture qui a en charge la gestion des ordures de la ville de Moroni. Elle est dotée d'un service de voirie ayant 25 éboueurs . Malheureusement, il n'a pas les moyens humains, techniques et financiers requis pour une telle opération.

Nous collaborons avec la préfecture et tenons régulièrement des réunions avec le préfet pour une meilleure implication de ses services concernés .

LGDC : L'Union Européenne est-elle prête à continuer à appuyer financièrement le projet ?

MAF : L'Union Européenne a signé la convention de financement avec l'Union des Comores. Mr Caabi El Yachourtui est donc le maître d'ouvrage . Le Ministre de l'Environnement de l'Île Mr Ibrahim Abdallah est le maître d'ouvre .

Donc, la cellule de gestion du PUM travaille à la fois avec les autorités de l'Union et celles des Iles, ce qui me paraît logique.


Propos recueillis


par A.chakour A.N