Faits Divers

 Sommaire des Faits Divers
 

Faits Divers
Air Comores International
La première compagnie Aérienne Comorienne qui disparaît avant d'avoir volé, ne serait-ce qu'une fois !

Nous avons reçu au mois d'Aout 2004 un superbe et impressionnant dossier de presse sur la compagnie en cours de constitution AIR COMORES INTERNATIONAL.
Nous avons choisi de le publier à la mémoire de cette compagnie, morte sans être née, fille de la regrettée AIR BOURBON qui avait pris un bel essor dans le ciel de l'océan Indien ... à Crédit.
Dommage que ce beau projet n'ait jamais pu voir le jour...

Cliquez ici pour le dossier de presse

 

Un article de Clicanoo
Site Internet du Journal de l'Ile de la Réunion www.jir.com ou www.clicanoo.com
28/08/2004 - par Alain DUPUIS

Air Comores international se pose à Pierrefonds fin novembre

Erick Lazarus, PDG d’Air Bourbon, a confirmé hier à Pierrefonds les informations révélées en exclusivité vendredi par le Journal de l’île. Fin novembre se posera sur l’aéroport du Sud un Airbus A.310 300 aux couleurs d’Air Comores International dont Air Bourbon est actionnaire à 40%. Paris et Marseille seront reliés une fois par semaine via Moroni à des tarifs équivalant à ceux pratiqués au départ de Gillot. À cela s’ajouteront, toujours en passant par la capitale comorienne, Dubaï et huit destinations dans la zone océan Indien dont Mayotte

Roland Hoareau, président du syndicat mixte de Pierrefonds, et Amine Valy, directeur général de l’aéroport du Sud, avaient hier le sourire en écoutant Erick Lazarus présenter le projet d’Air Comores International. “C’est une aventure qu’il nous faut accompagner, commente Roland Hoareau. C’est un projet utile et durable pour le Sud. Après Air Mauritius en 2002 nous ouvrant l’Europe via Plaisance et Air Austral en 2003 via Gillot, voici Air Comores International. À l’horizon de la fin 2005, nous allons multiplier par deux le nombre de passagers accueillis pour atteindre les 200 000.”
Amine Valy, lui, y voit la justification des investissements programmés pour aménager la plate-forme. “En l’état actuel des choses, explique-t-il, les infrastructures, longueur et largeur de piste, sont suffisantes pour accueillir un appareil de la taille de l’Airbus A.310 300. Nous allons embaucher 25 salariés et acquérir du matériel pour charger et décharger l’avion. Avant même que nous ayons connaissance de ce projet, nous avions financé des travaux jusqu’en 2006. La longueur de piste sera portée à 2 100 m pour une largeur de 45 m. Pourront alors atterrir des avions de la taille d’un Boeing 767 ou 777. Dans la foulée il y aura l’agrandissement de l’aérogare et la construction d’un hall de départ. Mais les choses doivent être claires. Pierrefonds n’a pas vocation comme Gillot à permettre des vols directs vers la métropole. Les liaisons se feront avec escale.”
C’est la philosophie même du projet Air Comores International.

Des vols avec escale
“Depuis huit ans, rappelle Erick Lazarus, les Comores étaient coupées de la France où se trouve pourtant une importante communauté comorienne. Nous avons été accueillis à bras ouverts. D’ailleurs nous maintiendrons notre rotation hebdomadaire en Airbus A.340 entre Paris et Moroni. Air Comores International opérera parallèlement à Air Bourbon qui, en avril/mai 2005 recevra un second A.340. Chaque île et l’État comorien sont présents dans le capital à hauteur de 20%. Air Comores International a le statut de compagnie nationale. Elle est créée selon les standards et les critères de sécurité, de confort et de qualité d’Air Bourbon. Nous fournirons l’encadrement technique, administratif et commercial. L’entretien de l’avion sera fait par Air France Industries”.
Le chèque officialisant la location de l’Airbus A.310 300 a été envoyé hier matin. Le biréacteur vient d’Air India et vient de subir une grande visite. Il est loué à Airbus Industries et recevra l’immatriculation comorienne D6.COM. L’appareil sera livré le 15 novembre. “Le code des vols sera HAH”, précise Erick Lazarus.
L’aménagement retenu est de 206 sièges, 20 en classe affaires, 186 en touriste.
Sans changement d’appareil à Moroni atteint après 2h20 de vol, il sera possible de rallier Paris et Marseille une fois par semaine, Dubaï deux fois par semaine, Mayotte trois fois par semaine, avec à partir de janvier 2005 un Mayotte - Moroni - Pierrefonds - Maurice. A cela s’ajouteront des vols en correspondance de et vers Moroni avec changement d’appareil. “Comores Aviation exploite deux avions de 17 places et un de 45 places, indique Erick Lazarus. Le 5 octobre prochain sera basé à Moroni un DC.9 de 105 places qui occasionnellement effectuera des vols sur Pierrefonds mais aussi Gillot. Nous proposerons au départ de Moroni, Nosy-Bé, Mahajanga, Antananarivo, Zanzibar et Dar-Es-Salam deux fois par semaine, Dzaoudzi quatre fois par semaine et un vol quotidien sur Anjouan et Mohéli. D’autres connexions sont possibles avec d’autres compagnies opérant sur les Comores”.
La grille tarifaire n’a pas encore été dévoilée. “Nous nous alignerons sur celle d’Air Bourbon,” annonce Erick Lazarus.
Les ventes seront ouvertes courant septembre sur Internet et en direct à partir du 1er octobre dans le réseau des agences de voyages et aux comptoirs d’Air Bourbon. “C’est un grand jour pour la zone océan Indien, analyse Erick Lazarus. Les Comores et Mayotte vont se désenclaver sur tous les axes et accéderont à un développement immédiat des échanges économiques et touristiques. Simultanément Pierrefonds et le Sud s’ouvrent sur l’axe sud - nord. Dans le même temps, Air Bourbon continue de se développer sur un marché de niche sans créer de surcapacité en optimisant les coûts de manière très significative à travers la synergie ainsi réalisée entre les deux compagnies. Enfin, nous exportons un savoir-faire réunionnais reconnu dans l’esprit de la coopération régionale”.

     Alain DUPUIS