Les Personnages
Politiques
 
Les sultans de Mohéli
Les sultans de Anjouan
Les administrateurs Français de Mayotte
Les Sultans et les résidents de Grande Comore
Djoumbe Fatouma
Prince Said Ibrahim
Said Mohamed Cheick
Said Mohamed Djaffar
Ali Soilihi
Ahmed Abdallah
Said Mohamed Djohar
Taki Abdoulkarim
Taki Abdoulkarim (2eme doc)
Décès de Taki
Tadjidine Ben said Masonde
Azali Assoumani 
Ahmed Abdallah Mohamed Sambi
 
En marge de l'histoire des Comores:

Ursule Salima MACHAMBA 1ère, Reine de Mohéli

Bob Denard

Jean Claude Vallée
Un siècle d'histoire
  • Les grandes dates de 1900 à nos jours
    Les Comores en Images d'Autrefois
    THE COMOROS "The Federation of the Quarrelsome Sultans"
    Pierre Cyril Pahlavi

    The Islands of the Moon
    (an historic summary)


    Retour sur le 3 août 1975

    12 Nov.1975 Entrée à l'ONU
     
    Galerie Historique des Comores à L'ONU
     
    The Post-Independence History of the Comoros
    and their Relations with South Africa between 1978 and 1990

    Martin Bohnstedt
     
    La Question de l'état Nation
    Par Thoueybat SAID OMAR

    L'autonomie interne, une restauration de la dignité Comorienne (1946-1975) par Jean Louis GUEBOURG
  • Chronique historique
    par Mahmoud Ibrahime

    Des premiers habitants à nos jours
     
    Les Comores avant la pénétration française
     
    De la colonisation à l'indépendance
     
    Archeologie et Archeologie Industrielle
  • Généralités
     
    Les Comores habitées avant Jésus Christ
     
    Sites Méconnus
    Chomoni 
    Iconi

    L'Industrie sucrière

    L'Industrie du Bois

    L'Industrie de la distillation et des épices
     
  • Les Comores la Mer et le Ciel...
  • Un recueil de sites et d'informations qui tournent autour des îles et de la mer
     
    La Marine Française aux Comores
     
    L'aviation aux Comores, les débuts, la genèse des aérodromes et des compagnies aériennes, les accidents d'avion
  • Ouvrages
    Tous les livres sur :
    Actualité économique et Politique
     
    Livres anciens
    Ouvrages de Chercheurs
     

    Histoire des Comores

    3 AOUT 1975 - 3 AOUT 2005 : 30 ANS DEJA mise à jour 01/01/2006

    3 AOUT 1975 - 3 AOUT 2005 : 30 ANS DEJA.
    par Salim Ahmed. Marseille.



    Avec un grand retard (involontaire) j’ai lu quelques articles des frères, consacrés à juste titre au 3 Août, dont entre autre, celui du frère Ali Soilihi, que j’ai beaucoup aimé. Je vais donc en bref et très modestement porter ma contribution relative à cette date historique pour le pays :

    Depuis 30 ans tout a été dit, écrit sur feu Ali Soilihi et sur l’expérience révolutionnaire qu’il avait incarné. Pour les uns ce fut un régime dictatorial et pour les autres, soit l’immense majorité, c’était au contraire un régime révolutionnaire, progressiste à la comorienne, mais très mal comprise à l’époque. Ce qui est certain, Ali Soilihi n’a pas laisser personne indifférente, notamment par l’héritage politique qu’il a laissé à toutes les générations, présentes et futures de ce pays. Il est devenu un mythe. Et « Un être vous manque, la nation est dépeuplée ». J’ai en mémoire des rumeurs très persistantes (1986) au sein de la diaspora voire aux Comores, qu’Ali Soilihi est vivant et qu’il se trouve en Suisse. Est un appel inconscient ? C’est le constat que certains font après sa disparition à nos jours cela se ressent de plus en plus. Avant de parler des acquis de la révolution, soit 33 mois de pouvoir et de son assassinat lâche le 29 Mai 1978 à l’âge de 41 ans, par l’impérialiste et de ses valets locaux avec la forte participation d’une horde de mercenaires, dont à leur tête le tristement célèbre affreux Bob Dénard. Et des « mercenaires » issues des partis politiques Comoriens.

    LE COUP D’ETAT DU 3 AOÛT 1975 :

    Moroni, dimanche 3 Août 1975 les Comores indépendantes (depuis 28 jours) ont connu un séisme politique. En effet, ce jour a eu lieu aux Comores le 1er coup d’état de son histoire. Le Front National Uni, soit un regroupement politique, hétéroclite (de 7 partis ) opposé au régime Vert dirigé par le feu Ahmed Abdallah s’est emparé du pouvoir sans la moindre effusion de sang. « Un coup d’état authentiquement Comorien dans sa conception comme dans sa réalisation ». Comme l’a si bien dit Ali Soilihi. Bob est arrivée aux Comores le 5 Septembre 1975, sous la demande du président d’alors Said Mohamed Djafar sous les conseils de Lébret. Ce coup de force avait donné un très grand espoir aux classes les plus écrasées, bafouées, humiliées par le système politique dominant féodalo traditionnel, rétrograde, ploutocratique, bureaucratique parasitaire, et aussi improductif, à savoir : Les travailleurs manuels, les paysans, la jeunesse, la femme, c’est-à-dire ceux et celles qui au quotidien leurs dos ruisselant les épaules encornées par leur travail pour survivre à la grande misère de la bourgeoisie compradore, jouisseuse et arrogante, qui les a réduits en état de « clochardisation » de mendicité durant des décennies.Ali Soilihi porte parole du FNU. incarnait le coup d’état ainsi la révolution qui a suivie «Une révolution acquise par un modèle révolutionnaire ne peut pas être dirigée par le système traditionnel » disait le Mongozi. Ali Soilihi avait consacré son temps, son intelligence, jusqu’à faire don de sa vie et ce, sans contre partie pour servir son pays, son peuple, il a choisi de mourir pour qu’un jour le peuple, les comoriens comprennent. Ali Soilihi dans toute sa vie, était contre toutes lies injustices sociales, tout ce qui opprime son peuple, voire tout les peuples, ce qui domine et écrase les humbles, ce qui entrave le progrès et la libération de l’être humain.

    Donc, avant le 3 Août 1975, le Comorien « était très atomisé, désocialisé, marginalisé ». Ali Soilihi a bien compris qu’en terme de développement et d’économie, de société, des lois ne s’exercent que si on laisse agir, en restituant à la politique sa substance, son rôle, la volonté et la dimension visionnaire. Mogozi a montré que la politique, la révolution est une action collective des femmes et des hommes pour maîtriser, et Oui ! Dans la pratique, rarement les choses ne se passent toujours comme on les prévois, c’est d’ailleurs le coté transformer leur destin, la société, le pays auquel ils vivent. Il a voulu que le comorien soit maître de sa destinée, dans une société plus solidaire, égalitaire, juste et responsable, pour une démocratie participative, pour que les Comoriens construisent ensemble un avenir commun et plus meilleur. A voulu être à la hauteur des exigences, aspirations du peuple et des attentes du pays

    Quand aux anti-soilihiste primaires, ceux et celles qui ont chanté et dansé devant sa dépouille mortelle, qu’ils sachent que « la mort n’a jamais été une défaite, elle n’est qu’une formalité pour un révolutionnaire ». Quand Ali Soilihi disait avec une très grande justesse que

    « la jeunesse est le fer de lance de la révolution, il avait compris qu’elle avait un rôle capital pour rompre les amarres avec le passé rétrograde, bête et archaïque, contre l’immobilisme. Cette jeunesse avait un grand rôle pour renverser vite l’ordre établi, et l’oligarchie, l’inertie. Et surtout, il a compris que les jeunes ne doivent pas et ne demandent pas seulement à être entendus, mais à être à part entière comme acteurs de la révolution, de la construction du pays, de leur avenir. C’était ça le message du 3 Août. La journée du 3 Août 75 avait accouché l’œuvre la plus salutaire pour le peuple Comorien dans ses objectifs politiques. Elle avait donnée à notre pays, notre peuple un nom, un horizon. Les masses jusqu'à là humiliées, proscrites, avaient reçu le sceau de ce qu’il y a de plus cher au monde : La dignité. La liberté et l’honneur. Notamment la femme Comorienne, qui a vue se briser les chaînes qui l’attachée

    à l’asservissement, la domination de l’homme, dans un système féodal- traditionnel archaïque. L’autre avait dit : La première timidité de l’homme lui vient dès le moment où il a conscience qu’il regarde une femme. En tant qu’homme on doit voir chez la femme, la sœur, la mère, l’épouse, la camarade de lutte. La femme est l’égale de l’homme.

    Ali Soilihi avait compris que « les choix à opérer, les décisions à prendre ne se décide pas d’une part au sommet, mais par les citoyens, soit de la base vers le sommet, d’autre part ne dépendent pas de la technicité que l’on a dans le sens de gouverner un peuple, en appliquant telle politique telles recettes, souvent étrangères, qu’on veut y apporter ».

    Rappelons qu’Ali Soilihi a accédé au pouvoir en prenant la destinée du pays le 2 Janvier 1976 succédant au président issue du coup d’état , Said Mohamed Djaffar, dans des conditions très difficile, qu’aucun autre régime n’a jamais connu aux Comores à nos jours.


    LES OBSTACLES RENCONTRES :


    D’abord à l’issue de la déclaration unilatérale de l’indépendance 6 Juillet 1975 l’ancienne puissance tutrice l’impérialiste Français avait rompus les amarres avec les Comores d’une manière plus que brutale, rupture totale et organique avec la France. Toute l’assistance technique Française et autres sont brusquement retirées du pays, sachant qu’après plus de 150 ans d’un colonialisme intégral, aucun moyen de substitution n’a jamais été prévue préalablement. Comores du jour au lendemain se trouvaient nues comme un ver de terre. Exemple de 8 milliard de francs Comoriens annuels comme budget de fonctionnement on est de suite passé à 2 les 6 milliards étant fournis par « la mère patrie France »

    Devant cet état de fait, le F.N.U. dirigé d’abord par le feu Said Mohamed Djaffar 3 Août 75 au 31 Décembre 1975. Ensuite par le feu Ali Soilihi le 02 Janvier 1976 au 13 Mai 1978 soit 29 mois d’exercice du pouvoir.

    Avaient pris les choses en main pour faire face aux défis lancés par le gouvernement Français de mettre les nouveaux Comores à genoux comme elle l’avait même prédite. Anduyi wa Hada


    LES 3 ETAPES ESSENTIELLES DE LA REVOLUTION :


    1°) La révolution pour la consolidation de l’Etat :Ndo Ufwakuzi Wahe Madaraka Ya Mkolo Mfarantsa.

    2° ) La révolution Démocratique et Populaire : Ndo Ufwakuzi Wa Usawa Wa Siyasa .

    3°) Révolution sociale, culturelle : Ndo Ufwakuzi Wa Usawa Wa Maesha.


    Les axes, objectifs politiques du régime révolutionnaire d’Ali S. étaient :

    La lutte contre la maladie, la faim et l’ignorance : Uwana na Uwade. Na Ndzaya. Udjinga. Ufudhuli. Udjabiri. Uwana na Uburé. Na Umasikini.

    - La lutte pour la libération et l’émancipation de la femme, de la jeunesse paysans et les travailleurs Comoriens. La décentralisation administrative et politique. «Là où il y a le peuple, il y a le pouvoir» Sirkali ya Mikowani.

    Ali Soilihi par la politique de décentralisation était de plusieurs années en avance devant la France (6 ans après) et plus de 10 ans sur des pays d’Afrique

    - La lutte permanente pour la réintégration de l’île Comorienne Mayotte. Dans les concerts des Nations la France avait à plusieurs fois usée son droit de veto à l’ONU. Et ce jour aucun pays au monde n’a reconnu la légitimité de la France sur l’île Comorienne de Mayotte, à ma connaissance. Un pays plus petit que la ville de Marseille a su sensibiliser le monde dont y compris les alliés inconditionnelles de la France dans les concerts des Nations.

    - La lutte pour la défense de l’Islam authentique. Contre la sorcellerie et le charlatanisme, contre l’utilisation de l’Islam comme instrument d’exploitation du peuple Comorien.

    - La lutte pour l’instauration d’un Etat unitaire et laïque.

    - La lutte acharnée contre la corruption, le détournement des deniers publics. Ndé nkodo ya uwana no unyonyadji. Uhiba zemali za Daula.

    - Le soutien de à tous les peuples du monde qui prônent et luttent pour leur liberté et pour leur indépendance: (La Palestine. La Namibie. Polisario. La Rhodésie. L’Afrique du Sud. Les pays de l’Amérique latine et du Sud. Etc..

    - La lutte pour l’unité nationale du peuple Comorien, dans sa diversité. Autonomie de gestion des îles : Twayifa dzima. « Pvatsudjoka Yisiwa Lidjo Ubaza fiya Yisiwa Mwanayasho ».

    - L’application strict du neutralisme positif. Contre toute présence militaire étrangère, extra Africaine sur le sol Comorien. Ce qu’on appel le non alignement positif.

    - Développement et consolidation avec les pays voisins d’une politique de bon voisinage de paix de solidarité d’amitié et de bonne coopération Sud Sud avec les pays frères et voisins.

    - La revalorisation de la langue, cultures et spécificité Comoriennes.

    - La reforme de la tradition dans sa pratique, contre les dépenses très inutiles ostentatoires qui constituent un obstacle pour le développement du Comorien et du pays, par ses pesanteurs.

    - La parité, la protection, l’égalité de l’homme et de la femme, l’émancipation de celle ci.

    - L’alphabétisation de la population, (62 % en 3 ans). Seul Nicaragua sous les Sandinistes de Daniel Ortéga a fait mieux , soit (80 % mais en 5 ans).

    Quand le F.N.U. a pris le pouvoir par le coup d’état du 3 Août 1975 ce n’était pas pour la soif du pouvoir. On parle du bilan indélébile d’Ali Soilihi dans un contexte politique, et avec une conjoncture défavorable à plusieurs titres.


    Ali Soilihi était un géant de la pensé, mais avait commis aussi beaucoup d’erreurs, voire des fautes, on doit le critiquer, il n’était pas un Dieu, ni prophète, ni Pape doté par le St Esprit du don de l’infaillibilité. Et qui n’a pas fait des erreurs ?. Il les a faites pour nous prouver qu’il était un humain, ce qui est sûr aussi, il fut un grand homme, un très super guide d’action. Un révolutionnaire est un homme très riche intérieurement et plus responsable, lié aux autres hommes par un rapport de solidarité et de sincérité, de fraternité universelle concrète, un homme qui se reconnaît dans son œuvre qui une fois les chaînes brisées, atteindra la conscience de son être social, sa pleine réalisation en tant que créature humaine. Ali Soilihi a voulu : L’homme et le citoyen, l’individu et la communauté. etc…

    En ce qui me concerne, A. Soilihi était tout cela à la fois. Il est parti la tête haute, sans laisser aucun bien matériel derrière lui, que son œuvre, dont beaucoup aux Comores s’inspirent.


    LE PARTI POLITIQUE DJAWABU YA KOMORI :


    Concernant le parti politique Djawabou ya Komori et le non commémoration de la date du 3 Août. C’est aux responsables de répondre à la question, met en tant que Soilihiste d’abord, et membre du parti Djawabu, je donne ma réponse. Dès sa naissance le30 Janvier 1999 à Paris a présenté ses en Août 1999 (aux Comores) ses excuses aux Comoriens victimes de cette révolution. Je précise également que ce parti défend la pensé, et les objectifs politiques d’Ali Soilihi. Nde le Kusudiyo laki siyasa, et non le régime, les pratiques, les exactions des jeunes comités que nous condamnons fermement par ailleurs. La majorité pour ne pas dire la totalité des coupables de ses exactions ne sont pas membres du parti, ils sont dans les pouvoirs, ou les autres partis politiques Comoriens. Seul son président fut un responsable dans le comité Nle.

    Cette révolution appartient à une autre génération, et il nous reviens à nous de tracer une nouvelle voie, sans trahir l’idéal et les objectifs et les orientations politiques a atteindre pour le bien être des Comores, des comoriens. Cette révolution appartient au peuple et a l’histoire de notre pays, à la nation Comorienne.


    Djawabou n’a rien n’avoir avec les pratiques du régime en tant que tel, il ne justifie rien de ses pratiques, il explique les raisons. La majorité de ses militants n’ont pas connus A. Soilihi, ni ce régime (je suis dans ce cas). La décence veut qu’on tire les leçons, reconnaissons les erreurs et formulons nos excuses à notre peuple au nom de cette même révolution. Avant d’être assassiné Ali a légué aux générations actuelles et futures, comme étant l’homme qui a sacrifié son temps, ses actions et son intelligence, à fait don de sa vie pour leurs biens . Ex : les Mudiriya, entre autre. A voulu faire du Comorien un homme nouveau, débarrassé des tares. Rousseau disait :« Une révolution n’est authentique que si elle est capable de créer cet homme nouveau, il s’agit de constituer le vrai citoyen, lequel sa volonté générale, domine le particularisme étroit des passions très égoïstes »

    Non seulement A. S était un révolutionnaire, mais il a fait la révolution. On l’a tué parce que il a voulu défendre les humbles, les pauvres, et les faibles. On l’a tué parce qu’il allait contre les intérêts du colonialisme, et l’impérialisme Français, contre les intérêts de la bourgeoisie locale, les affairistes, la mafia. On l’a tué enfin, parce qu’il a mis en avant l’intérêt du peuple Comorien. Mais on ne tue jamais une idée, une pensé.


    Pour ce qui est de la commémoration du 3 Août. Il y a plus de 20 ans, c’était d’abord l’ex Mouvement de libération des Comores de Marseille (MLC) qui le faisait, dont dans un cercle très réduit. Ensuite est venu s’agriffer, les partisans d’Ali Haribou (Accra au Ghana) dont bon nombre ne milite dans aucun parti politique Soilihiste. A ce jour est apparu d’autres cercles.

    A l’époque de l’OJC (aux années 80) nous avons demandé à ce que cette commémoration soit faite sous une autre forme, plutôt que de se contenter de faire le hitima (sans succès). Ensuite, jadis OJC. M. Bora et aujourd’hui Djawabu, c’est vrai, nous célébrons le 29 Mai (comme fut le cas à Lyon le 28 Mai 1999) mais en abordant à chaque fois, la vie et les objectifs politiques de l’homme. Ainsi la communauté peut participer en directe à cette commémoration. En 1999 aux Comores un tournoi de foot (des jeunes) avait eu lieu sous le nom d’Ali Soilihi. Mais hélas ! cette bonne expérience n’est suivie. Avec les 2 dates chaque partie commémore à sa manière. L’essentiel est de défendre un idéal. Et le combat continue vers « la terre promise ».


    Salim Ahmed. Marseille.