Les Personnages
Politiques
 
Les sultans de Mohéli
Les sultans de Anjouan
Les administrateurs Français de Mayotte
Les Sultans et les résidents de Grande Comore
Djoumbe Fatouma
Prince Said Ibrahim
Said Mohamed Cheick
Said Mohamed Djaffar
Ali Soilihi
Ahmed Abdallah
Said Mohamed Djohar
Taki Abdoulkarim
Taki Abdoulkarim (2eme doc)
Décès de Taki
Tadjidine Ben said Masonde
Azali Assoumani 
Ahmed Abdallah Mohamed Sambi
 
En marge de l'histoire des Comores:

Ursule Salima MACHAMBA 1ère, Reine de Mohéli

Bob Denard

Jean Claude Vallée
Un siècle d'histoire
  • Les grandes dates de 1900 à nos jours
    Les Comores en Images d'Autrefois
    THE COMOROS "The Federation of the Quarrelsome Sultans"
    Pierre Cyril Pahlavi

    The Islands of the Moon
    (an historic summary)


    Retour sur le 3 août 1975

    12 Nov.1975 Entrée à l'ONU
     
    Galerie Historique des Comores à L'ONU
     
    The Post-Independence History of the Comoros
    and their Relations with South Africa between 1978 and 1990

    Martin Bohnstedt
     
    La Question de l'état Nation
    Par Thoueybat SAID OMAR

    L'autonomie interne, une restauration de la dignité Comorienne (1946-1975) par Jean Louis GUEBOURG
  • Chronique historique
    par Mahmoud Ibrahime

    Des premiers habitants à nos jours
     
    Les Comores avant la pénétration française
     
    De la colonisation à l'indépendance
     
    Archeologie et Archeologie Industrielle
  • Généralités
     
    Les Comores habitées avant Jésus Christ
     
    Sites Méconnus
    Chomoni 
    Iconi

    L'Industrie sucrière

    L'Industrie du Bois

    L'Industrie de la distillation et des épices
     
  • Les Comores la Mer et le Ciel...
  • Un recueil de sites et d'informations qui tournent autour des îles et de la mer
     
    La Marine Française aux Comores
     
    L'aviation aux Comores, les débuts, la genèse des aérodromes et des compagnies aériennes, les accidents d'avion
  • Ouvrages
    Tous les livres sur :
    Actualité économique et Politique
     
    Livres anciens
    Ouvrages de Chercheurs
     

    Histoire des Comores

    N'est Pas Soilihiste qui veut

    Une contribution de M. Saïd EL FATAHOU sur Ali Soilih et ceux qui s'en réclament - septembre 2003

    N.B : le texte ci dessous, publié avec l'aimable autorisation de l'auteur, est issu de discussions dans notre forum HABARI, il faut considérer que l'auteur s'adresse à un interlocuteur qui mène avec lui un débat contradictoire. Cette contribution nous a paru très intéressante pour illustrer le thème

    Bonjour

    On peut définir le Soilihisme,comme le système des idées et de la doctrine d'Ali Soilihi.

    Ali Soilihi a continué à parachever une introduction de ses idées,permettant à celui qui veut bien comprendre,d'avoir un début réponse aux questions soulevées par son combat.

    L'UFWAKUZI,son régime politique,est le résultat des conséquences issues de l'Indépendance du 6 juillet 75,du coup d'état du 3 août 75 et la persistance, malgré cet indépendance,d'une oligarchie coloniale laissée sur place par l'Impérialiste qui continue encore à sévir encore dans le pays,et incarné par les dinosaures de l'UDZIMA.

    Pour Ali Soilihi,l'Indépendance du 6 juillet 75,n'est pas une indépendance comme les autres,et il l'a dit:C'est un acte révolutionnaire;et nous dirons doublement authentique,parce que non seulement obtenue sans effusion de sang,ce qui est rare dans le monde,elle n'était pas,non plus négociée,mais,tout simplement arrachée (wufwakulwa) des mains de l'Impérialiste.

    Et donc pour Ali Soilihi,le premier "Wufwakuzi",au sens de l'histoire politique globale de notre pays,n'est pas du tout le coup d'état du 3 août 75, comme beaucoup de gens le confondent aujourd'hui,mais plutôt l'Indépendance du 6 Juillet 75.

    Donc,on peut affirmer que l'Indépendance du 6 Juillet 75,est une Indépendance de type "Wufwakuzi",et d'ailleurs,il le dit lui même quelque part avec l'expression "Ri <<fwakuwa>> ye Istiklali" qu'on traduirait "nous avons arraché l'indépendance" des mains de l'impérialiste.

    Vue dans ce contexte,il fallait bâtir une NATION UNIE qui puise ses forces et son géni dans ce concept même d'UFWAKUZI,qui a fait ses preuves en redonnant aux Comoriens leur liberté et leur Indépendance.

    L'Indépendance du 6 Juillet 75 étant un acte révolutionnaire,que nous dirons "doublement authentique" puisque sans effusion de sang,et non négociée avec l'Impérialiste etc..,il fallait donc bâtir une Nation dans la CONTINUITE de cet acte héroïque,incarnée par le Peuple lui même. Or,les Institutions immédiatement en place,au lendemain même de l'Indépendance,ne peuvent pas répondre au défi,selon lui,dans la mesure où, non seulement dominées par un appareil colonial laissé sur place,incarnée par les barons de l'UDZIMA,mais surtout,pire encore,recherchent la solution de la jeune NATION au travers de la continuité des rapports dominants - dominés,entre la jeune NATION,et l'Impérialiste lui même. Pour Ali Soilihi,les institutions en place après l'indépendance,l'appareil administratif,toutes les institutions,les habitudes mêmes qui animent les acteurs politiques de l'après indépendance,ne reflètent autre que a continuité du SYSTEME impérialiste,qui ne concordent pas avec l'esprit révolutionnaire incarné par l'Unilatéralité de L'indépendance du 6 juillet 75.

    Pour le Mongozi, une telle situation est intolérable,il faut couper! D'où la nécessité du coup d'état du 3 août 75,qui n'a qu'un seul but et un seul,COUPER le cordon ombilical entre la Jeune NATION et l'esprit,presque néocolonialiste incarné par une oligarchie encore restée profondément dominée par les aspirations impérialistes.

    Et il l'a justifié aussi clairement en ces termes,au sujet du sens politique et historique du coup d'état du 3 août 75:
    "Ye fasiri yaho wusiku wwuwo tsi ndo tsokaya pvwawu sirikali,pvwaheya sirikili.Là tsi djawu.Ye fasiri yaho wusiku wuwo ndo wukaya;hayina Istiklali ya rengwa ki révolution,yo kayidji wuralwa ni mishindzi,yaki anda na mila"

    que nous traduirons brièvement en ceci:
    "Le sens politique que nous donnons au coup d'état du 3 août 75,est que,de même que l'indépendance Nationale est arrachée unilatéralement par le peuple, les institutions à bâtir pour la jeune Nation ne peuvent pas être incarnées l'Institution Anda-Na-Mila, ce qui,en ce temps là,pouvait signifier qu'elles ne peuvent pas continuer à rester les mêmes,c'est à dire incarnée par une oligarchie coloniale".

    Attention:Ici,le sens politique de l' "institution coloniale" ne veut pas dire simplement les français colonisateurs.C'est tout un SYSTEME composé de quelques fonctionnaires coloniaux et comoriens,qui s'appuie sur l'influence de quelques chefs coutumiers.

    Ce passage cité ci-dessus,est très important parce qu'il montre que le frère Ali a bien pris soin d'expliquer à l'histoire,qui jugera comme elle veut,les raisons qui ont justifié,à ses yeux,le coup d'état du 3 août 75,à savoir,qu'il n'était pas concevable qu'un acte héroïque et révolutionnaire du peuple,comme l'unilatéralité de la proclamation de l'Indépendance,soit accompagnée et suivi d'un pouvoir politique incarné par une oligarchie néocoloniale,la même de connivence avec l'Impérialiste.

    Il fallait couper court,il l'a fait,et ceux qui le jugent doivent le faire,en s'inspirant des raisons qu'il aura avancé à cet effet.

    Donc,l'UFWAKUZI,est la doctrine qui tend à rompre catégoriquement avec des habitudes et méthodes longtemps incarnées par un SYSTEME de pensée et d'action initiée par l'Impérialiste,aidée par quelques éléments Nationaux.Partant delà,on peut juger les méthodes et les moyens utilisés,toujours justifiés expliqués par le Mongozi lui même. Mais d'un point de vue purement politique,on ne peut pas passer outre le fait qu'un régime politique ait été mis en place dans notre pays,en période de guerre froide,avec pour but premier de couper court à cent cinquante ans de colonisation,tout en tenant compte du danger permanent du riposte du colonisateur,n'aurait pas été possible,sans les dérives que l'on pouvait déplorer aujourd'hui.

    La vrai question est de savoir:qu'avons-nous à proposer aujourd'hui,en face des mêmes défis qui continuent à persister après lui?

    Un exemple simple,en marge des questions purement politiques:Ali Soilihi a décentralisé l'appareil administrative,initié l'esprit d'une NATION Unie,mis au point une politique d'Alphabétisation des masses,etc...Sommes-nous capables de faire de même,en marge des questions purement idéologiques et politiques?

    Nous ne sommes pas tous des Soilihistes au sens politique du terme;mais d'un point de vue purement idéologique,c'est à dire, cette viscérale conviction que ce Peuple est capable de relever lui même ses propres défis,en tenant compte des conjonctures existantes,je pense qu'il y en a, parmi nous, beaucoup qui feraient mieux de commencer par réfléchir,ce qu'eux-mêmes et eux seuls,apporteraient à notre NATION, au lieu de prétendre,par la seule entremise des slogans,de chercher à nous émouvoir,en s'inspirant des traces laissées par le Mongozi,pourtant,mal comprises et mal interprétées.

    N'est pas Soilihiste qui veut!

    Tous mes respects

    El Fatahou SAID