Les Personnages
Politiques
 
Les sultans de Mohéli
Les sultans de Anjouan
Les administrateurs Français de Mayotte
Les Sultans et les résidents de Grande Comore
Djoumbe Fatouma
Prince Said Ibrahim
Said Mohamed Cheick
Said Mohamed Djaffar
Ali Soilihi
Ahmed Abdallah
Said Mohamed Djohar
Taki Abdoulkarim
Taki Abdoulkarim (2eme doc)
Décès de Taki
Tadjidine Ben said Masonde
Azali Assoumani 
Ahmed Abdallah Mohamed Sambi
 
En marge de l'histoire des Comores:

Ursule Salima MACHAMBA 1ère, Reine de Mohéli

Bob Denard

Jean Claude Vallée
Un siècle d'histoire
  • Les grandes dates de 1900 à nos jours
    Les Comores en Images d'Autrefois
    THE COMOROS "The Federation of the Quarrelsome Sultans"
    Pierre Cyril Pahlavi

    The Islands of the Moon
    (an historic summary)


    Retour sur le 3 août 1975

    12 Nov.1975 Entrée à l'ONU
     
    Galerie Historique des Comores à L'ONU
     
    The Post-Independence History of the Comoros
    and their Relations with South Africa between 1978 and 1990

    Martin Bohnstedt
     
    La Question de l'état Nation
    Par Thoueybat SAID OMAR

    L'autonomie interne, une restauration de la dignité Comorienne (1946-1975) par Jean Louis GUEBOURG
  • Chronique historique
    par Mahmoud Ibrahime

    Des premiers habitants à nos jours
     
    Les Comores avant la pénétration française
     
    De la colonisation à l'indépendance
     
    Archeologie et Archeologie Industrielle
  • Généralités
     
    Les Comores habitées avant Jésus Christ
     
    Sites Méconnus
    Chomoni 
    Iconi

    L'Industrie sucrière

    L'Industrie du Bois

    L'Industrie de la distillation et des épices
     
  • Les Comores la Mer et le Ciel...
  • Un recueil de sites et d'informations qui tournent autour des îles et de la mer
     
    La Marine Française aux Comores
     
    L'aviation aux Comores, les débuts, la genèse des aérodromes et des compagnies aériennes, les accidents d'avion
  • Ouvrages
    Tous les livres sur :
    Actualité économique et Politique
     
    Livres anciens
    Ouvrages de Chercheurs
     

    Histoire des Comores

    Ali SOILIH (1937-1978) mise à jour 01/01/2005

    ali_soilihi.jpg (17586 octets)

     

    Vous pouvez lire son portrait
    par Mahmoud IBRAHIME
    sur Masiwanet

    http://www.masiwanet.com/MasiwaNet/Histoire/Portraits/A_Soilihi.html

    Toutes les nations du monde ont connu, au cours de leur histoire, des hommes et des femmes qui ont donné leur vie pour la gloire de leurs peuples et pour le triomphe d’un idéal souvent incompris.

    Ali SOILIH est né le 7 janvier 1937 à Majunga (Madagascar), Sa mère est originaire de la ville de Chouani et son père est originaire de la ville de Ntsoudjini. Il fait ses études à Madagascar jusqu'à seconde. En 21 ans , il réussit un concours d'entrée dans le lycée agricole d'Ambatobé (Madagascar).Une fois obtenu son diplôme, il revient aux Comores et travaille dans l'agriculture pendant deux ans .Il obtient après un stage en France pour le Bureau du  développement de la Production Agricole ( BDPA). Après se stage dans l'Etablissement d'Enseignement d'Agriculture Tropicale de Nogent ( Val-de-Marne),il suit un stage de l'Institut d'Etude du Développement Economique et Social ( IEDES ) .Revenu aux Comores, il est nommé Directeur de la société de Développement Economique des Comores ( SODEC ).En Août 1967, il est élu député . Saïd Ibrahim lui nommé ministre de l'Equipement et du Tourisme en septembre 1970 .Il prend le pouvoir de 1975 à 1978 par un coup d'Etat .En mai 1978 , Bob Denard et ses mercenaires renversent Ali Soilih , et mettent en place Ahmed Abdallah au pouvoir .Il est abattu quelques jours après sans doute par un des hommes de Bob Denard.

    Ali Soilih reste pour longtemps la référence du peuple comorien dans son combat pour l’émancipation de la citoyenneté au service d’un pays qui veut prendre son destin en main. Cependant si l’homme incarnait le pays, cela veut dire qu’il fut à la fois responsable d’un pouvoir pratique de justice sociale et d’un bouleversement inattendue et brutal de toute une société. Il est difficile d’expliquer aux générations nouvelles, et surtout en ces moments tragiques que traverse notre pays, que leur pays a une dignité acquise, un avenir promoteur et des citoyens dynamiques et innovateurs.
    Pourtant le président Ail Soilih savait le dire et le démontrer au point de donner sa vie pour donner un sens à celle de ses compatriotes.
    Il nous a aidé à prendre conscience que nos atouts sont si exceptionnels que nous pouvons combattre et modifier l’ordre établi par des mécanismes cohérents d’appropriation des outils adaptés à nos ambitions collectives et à notre environnement.

    UNE RÉPUBLIQUE LAIQUE ET SOCIALE

    Nous attendons toujours que nos chercheurs, nos scientifiques, nos historiens, nos sociologues et nos journalistes nous offrent la possibilité d’apprécier à juste titre ce qui peut être retenu par la mémoire collective de la période 1975-1978. Mais en attendant le temps de la relecture, nous savons déjà qu’Ali Soilih s’est fait distinguer par la volonté farouche d’obliger les Comoriens à savoir compter d’abord sur eux-mêmes et à négocier les interdépendances nécessaires à leur évolution vers un système de développement global à l’échelle humaine. Le fondateur de la République laïque et sociale des Comores croyait très fort et savait partager se conviction que cette volonté ne pouvait pas être opérationnelle que lorsqu’il y aurait mobilisation de la population. Il fallait donc promouvoir et réaliser une politique d’autosuffisance alimentaire, d’éducation appropriée, de santé pour tous et de plein emploi. Ah Soilih croyait également qu’une telle politique ne pouvait pas être, seulement, l’affaire d’une élite aussi compétente soit-elle, et qu’il s’agissait de faire participer les différentes catégories sociales dans un cadre pratique et maîtrisable qui est la décentralisation.

    La démarche déstructuration-restructuration qu’il a initiée consistait à bâtir une nouvelle nation ou les efforts de tous les acteurs de la société seraient harmonisés par une administration légère, efficace et appropriée à nos atouts et contraintes.

    UNE REFERENCE HISTORIQUE COMORIENNE

    Dans tous les cas, les résultats obtenus dans les secteurs de l’agriculture (cultures par vocation pédologique, mise en place des structures d’encadrement, d’écoulement, de transformation, de conservation et de crédit), de l’éducation (écoles de bases, collèges ruraux, enseignements secondaire par filière et en alternances, enseignement supérieur professionnel), de la santé ( des dispensaires locaux, pharmacies villageoises, hôpitaux., formation), de l’administration ( refonte de la fonction publique, recyclage des agents de l’état , mise en place des moudiria) et de la diplomatie (reconnaissance de la nation comorienne par le monde entier, adhésion dans les organismes internationaux, application de la coopération Sud-Sud, non-alignement positif, mobilisation de l’opinion internationale sur la libéralisation de l’île comorienne de Maoré) constituent aujourd’hui la référence historique à laquelle le peuple comorien s’accorde à reconnaître comme sien. Pour cela je considère, comme une grande partie de nos compatriotes, que Ali Soilihi constitue la personnalité qui a marqué le plus le siècle comorien qui s’achève.

    L’erreur fatale qu’a commis Ali Soilih c’était justement le fait d’obliger les Comoriens à se prendre en charge. Il avait surestimé la volonté populaire et les capacités d’appropriation d’un peuple qui venait de découvrir son identité et qui, jusque là, ignorait qu’il pouvait piloter son destin.

    Il apparaît que le moment est venu de reconnaître l‘héritage que la révolution Soilihiste a laissé aux Comoriens Elle doit être écrite et lue. En effet, beaucoup parmi nous considèrent que le projet soilihiste se justifie aujourd’hui plus hier. Le sens des responsabilités oblige à faire la part des choses et reconnaître les erreurs commises pour ne plus les répéter et apprécier les acquis pour mieux les développer.

    Mais ne nous trompons plus, la stratégie soilihiste ne peut être appliquée qu’à travers un mouvement fédératif clairement engagé à se battre pour la souveraineté du peuple, l’intégrité territoriale et le développement du pays en intégrant les limites de l’époque et les chances du devenir.
     

    ALI SOILIH est un Monument de l'histoire Comorienne
    Que l'on soit d'accord avec l'homme et ses actions ou pas
    il continue de faire couler beaucoup d'encre,
    voici quelques contributions, et quelques ouvrages



    Ali Soilih ou les limites de la lucidité - ''J'ai dit que nous voulons mener une révolution lucide''
    Ali Soilih 31 Mars 76,  La Révolution et la Radio - par Ismael Ibouroi - Article du journal AL WATWAN (aout 2005)

    3 AOUT 1975 - 3 AOUT 2005 : 30 ANS DEJA. par Salim Ahmed - Marseille (aout 2005)

    Les événements du 12 novembre 1975 et Séjour dans le camp des "MOISSIS" par mdjomba (mai 2004)

    Contribution à l'évaluation de Ali Swalihi Mtsashiwa (ASM) par Idriss MOHAMED (mai 2004)

    N'est pas Soilihiste qui veut, Une contribution de Said EL FATAHOU (sept 2003)

    ALI SOILIHI OU L'INDEPENDANCE DANS LA CITERNE" D'ELANIOU : UN MAUVAIS REQUISITOIRE CONTRE LE REGIME D'ALI SOILIHI Un article de Said Hassane DJAFFAR, Journaliste (Aout 2003)

    REPONSE DE Maître ELANIOU, auteur de ALI SOILIHI OU L'INDEPENDANCE DANS LA CITERNE
    Ali Abdou ELANIOU, Avocat (Aout 2003)


    Ces lien vous mènent à la rubrique LITTERATURE:
    Ouvrage "Pour" la politique d'Ali SOILIH : L'Elan Brisé
    ALI SOIHILI, L'ELAN BRISE ? (Youssouf Saïd SOILIHI, Elmamouni Mohamed NASSUR, L'Harmattan/Editions NDZE, 2000)
    Ouvrage "Contre" la politique d'Ali SOILIH :
    Ali SOILIHI ou L'indépendance dans la citerne (Elaniou, KOMEDIT, 2003, 158p)

    MweziNet 2005