Les Personnages
Politiques
 
Les sultans de Mohéli
Les sultans de Anjouan
Les administrateurs Français de Mayotte
Les Sultans et les résidents de Grande Comore
Djoumbe Fatouma
Prince Said Ibrahim
Said Mohamed Cheick
Said Mohamed Djaffar
Ali Soilihi
Ahmed Abdallah
Said Mohamed Djohar
Taki Abdoulkarim
Taki Abdoulkarim (2eme doc)
Décès de Taki
Tadjidine Ben said Masonde
Azali Assoumani 
Ahmed Abdallah Mohamed Sambi
 
En marge de l'histoire des Comores:

Ursule Salima MACHAMBA 1ère, Reine de Mohéli

Bob Denard

Jean Claude Vallée
Un siècle d'histoire
  • Les grandes dates de 1900 à nos jours
    Les Comores en Images d'Autrefois
    THE COMOROS "The Federation of the Quarrelsome Sultans"
    Pierre Cyril Pahlavi

    The Islands of the Moon
    (an historic summary)


    Retour sur le 3 août 1975

    12 Nov.1975 Entrée à l'ONU
     
    Galerie Historique des Comores à L'ONU
     
    The Post-Independence History of the Comoros
    and their Relations with South Africa between 1978 and 1990

    Martin Bohnstedt
     
    La Question de l'état Nation
    Par Thoueybat SAID OMAR

    L'autonomie interne, une restauration de la dignité Comorienne (1946-1975) par Jean Louis GUEBOURG
  • Chronique historique
    par Mahmoud Ibrahime

    Des premiers habitants à nos jours
     
    Les Comores avant la pénétration française
     
    De la colonisation à l'indépendance
     
    Archeologie et Archeologie Industrielle
  • Généralités
     
    Les Comores habitées avant Jésus Christ
     
    Sites Méconnus
    Chomoni 
    Iconi

    L'Industrie sucrière

    L'Industrie du Bois

    L'Industrie de la distillation et des épices
     
  • Les Comores la Mer et le Ciel...
  • Un recueil de sites et d'informations qui tournent autour des îles et de la mer
     
    La Marine Française aux Comores
     
    L'aviation aux Comores, les débuts, la genèse des aérodromes et des compagnies aériennes, les accidents d'avion
  • Ouvrages
    Tous les livres sur :
    Actualité économique et Politique
     
    Livres anciens
    Ouvrages de Chercheurs
     

    Histoire des Comores

    Mohamed TAKI ABDOULKARIM   (1936-1998)

    taki.jpg (13261 octets)

    Vous pouvez lire son portrait
    par Mahmoud IBRAHIME
    sur Masiwanet

    http://www.masiwanet.com/MasiwaNet/Histoire/Portraits/Taki.htm

    Mohamed Taki ou le parcours d'un gourou-ermite entre pouvoir et clandestinité

    Par Aboubacar M'CHANGAMA

    Ses partisans l'avaient surnommé "le bien aimé", mais à Mbeni, dans le nord-est de l'île de Grande Comore où il a vu le jour il y a 62 ans, le président Mohamed Taki Abdoulkarim, était simplement "l'enfant du village" qui lui portait une affection dépassant parfois l'entendement.

            Mbeni organisera samedi l'enterrement de ce fils, mort dans la nuit de jeudi à vendredi d'une crise cardiaque, malgré les pressions du gouvernement pour organiser des funérailles nationales à Moroni.

    Avec sa haute silhouette empâtée par les ans qu'il déplaçait sans grâce, Taki avait su créer autour de sa personne une aura quasi-mystique, de gourou-ermite enclin à s'enfermer souvent seul avec sa famille.

        Ses partisans se plaisaient à dire "on aime pour rien" ce piètre orateur, aussi croyant que superstitieux, et s'adonnant, selon des proches, à la sorcellerie.

           Plusieurs fois marié (pas moins de six mariages), le président Taki est père de six enfants. Une de ses filles est décédée en France en 1990.

            Né le 20 février 1936, Mohamed Taki est le premier Comorien diplômé de l'Ecole des Ponts et Chaussées. Il a débuté sa carrière à Anjouan comme chef de la subdivision des Travaux Publics avant d'en devenir Directeur Général.

        Après la proclamation unilatérale de l'indépendance de la France le 6 juillet 1975, Ahmed Abdallah Abderramane lui confie le portefeuille de l'intérieur. Moins d'un mois plus tard, Ahmed Abdallah est renversé par Ali Soilihi, et Mohamed Taki plonge dans la clandestinité. "Je me suis carrément enfermé de manière que personne ne puisse me voir", dira-t-il plus tard.

        Le 3 avril 1977, M. Taki, mêlé à une tentative de coup d'Etat contre Ali Soilihi, est arrêté, mais cherche la clémence en accablant ses amis, selon des témoignages.

    Il est libéré le 13 mai 1978 à la suite du coup d'Etat d'Ahmed Abdallah qui le nomme secrétaire général du directoire politico-militaire mis en place avec le soutien du mercenaire Bob Denard.

        Elu député, il devient président de l'Assemblée Nationale et est l'initiateur de la loi instituant le parti unique de l'époque, l'Union comorienne pour le Progrès. Il se fera aussi remarquer par sa fameuse doctrine politique sur le pouvoir des notables, l"Ubedjaya".

        En 1984, il rompt avec Ahmed Abdallah et se réfugie à Paris dans un exil qu'il qualifie
    de "volontaire".

        Après l'assassinat d'Ahmed Abdallah en novembre 1989, Mohamed Taki rentre aux Comores pour se présenter à l'élection présidentielle où il est battu par Saïd Mohamed Djohar qu'il taxe d'"usurpateur", élu avec la "complicité" de la France.

        Toutefois, c'est à nouveau à Paris qu'il s'enferme dans un exil qu'il quittera en novembre 1991 pour une "réconciliation sous serment" qui ne durera que quelques mois.

        Une fois de plus en septembre 1992, Mohamed Taki est impliqué dans une tentative de coup d'Etat qui tourne à la mutinerie et à la rébellion armée. Traité de "hérisson" par le président Djohar, un mandat d'arrêt international est lancé contre cet homme qui replonge dans la totale clandestinité pendant trois ans.

    Il refera surface à la faveur du coup d'Etat organisé par Bob Denard en septembre 1995, en devenant pendant 48 heures co-président d'un éphémère directoire politique mis en place par les putschistes.

    Le 16 mars 1996, Mohamed Taki est enfin élu président de la République avec 64,16% des suffrages. Sa présidence aura duré 32 mois.