Les Personnages
Politiques
 
Les sultans de Mohéli
Les sultans de Anjouan
Les administrateurs Français de Mayotte
Les Sultans et les résidents de Grande Comore
Djoumbe Fatouma
Prince Said Ibrahim
Said Mohamed Cheick
Said Mohamed Djaffar
Ali Soilihi
Ahmed Abdallah
Said Mohamed Djohar
Taki Abdoulkarim
Taki Abdoulkarim (2eme doc)
Décès de Taki
Tadjidine Ben said Masonde
Azali Assoumani 
Ahmed Abdallah Mohamed Sambi
 
En marge de l'histoire des Comores:

Ursule Salima MACHAMBA 1ère, Reine de Mohéli

Bob Denard

Jean Claude Vallée
Un siècle d'histoire
  • Les grandes dates de 1900 à nos jours
    Les Comores en Images d'Autrefois
    THE COMOROS "The Federation of the Quarrelsome Sultans"
    Pierre Cyril Pahlavi

    The Islands of the Moon
    (an historic summary)


    Retour sur le 3 août 1975

    12 Nov.1975 Entrée à l'ONU
     
    Galerie Historique des Comores à L'ONU
     
    The Post-Independence History of the Comoros
    and their Relations with South Africa between 1978 and 1990

    Martin Bohnstedt
     
    La Question de l'état Nation
    Par Thoueybat SAID OMAR

    L'autonomie interne, une restauration de la dignité Comorienne (1946-1975) par Jean Louis GUEBOURG
  • Chronique historique
    par Mahmoud Ibrahime

    Des premiers habitants à nos jours
     
    Les Comores avant la pénétration française
     
    De la colonisation à l'indépendance
     
    Archeologie et Archeologie Industrielle
  • Généralités
     
    Les Comores habitées avant Jésus Christ
     
    Sites Méconnus
    Chomoni 
    Iconi

    L'Industrie sucrière

    L'Industrie du Bois

    L'Industrie de la distillation et des épices
     
  • Les Comores la Mer et le Ciel...
  • Un recueil de sites et d'informations qui tournent autour des îles et de la mer
     
    La Marine Française aux Comores
     
    L'aviation aux Comores, les débuts, la genèse des aérodromes et des compagnies aériennes, les accidents d'avion
  • Ouvrages
    Tous les livres sur :
    Actualité économique et Politique
     
    Livres anciens
    Ouvrages de Chercheurs
     

    Histoire des Comores

    Ursule Salima Machamba 1ère, Dernière reine de Mohéli

    S. M. Ursule Salima Machamba 1ère reine de Mohéli qui abandonna son royaume à la France pour l’amour d’un gendarme s’est éteinte à Pesmes (Hte-Saône) à l’âge de 90 ans
    Article paru dans LE BIEN PUBLIC, 10/08/1964

    C’est avec une tristesse certaine — car tous la connaissaient, l’estimaient et la respectaient — que les habitants de Pesmes (Haute-Saône) comme du petit village côte-d’orien de Cléry, où elle résida pendant de longues années, ont appris le décès de Mme Camille Paule, née Ursule Salima Machamba 1ère reine de Mohéli.

    En novembre 1874 — il y a donc près de 90 ans — Ursule Salima Machamba venait au monde. Elle devait devenir reine de Mohéli, une des îles Comores, cet archipel de l’océan Indien, producteur de canne à sucre, de vanille, d’Ylang-Ylang, etc.

    Elle passa sa prime jeunesse à l’île de la Réunion, lie dans laquelle elle rencontra un gendarme qu’elle aima d’un amour sincère et qu’elle désira épouser.

    Le gouvernement lui fit alors savoir qu’on ne saurait être, à ce qu’il paraît, reine et femme d’un gendarme en même temps. Il fallut choisir. Et sans hésitation, la petite reine de Mohéli abandonna son île enchanteresse près de Madagascar pour épouser selon son coeur M. Camille Paule.


    SM. Ursule Salima Machamba 1ère, reine de Mohéli, à sa résidence fermière de Cléry (Photo M. C.)

    Salima Machamba 1ère, épouse obéissante selon le code Napoléon et amoureuse selon celui de son île parfumée, préféra suivre son mari dans ce beau pays qu’elle ne connaissait pas la France.

    Elle donna sa couronne a la France, et, en 1902, avec son mari, le gendarme Camille Paule, passé hors cadre, elle vint s’installer dans une résidence fermière à Cléry, petit village de la Côte-d’Or, situé aux limites du département en bordure de la Haute Saône. Elle lut nantie d’une pension royale calculée sur le coût de la vie en 1900.

    Là, la vie s’écoula doucement, la reine ayant quelquefois la nostalgie de son royaume, de son ils enchanteresse, mais elle s’adonnait aux menus travaux de la culture, du jardinage, de l’élevage de volailles, au milieu de ses enfants, la princesse Louise et les princes Louis et Fernand de Mohéli.

    L’ex-reine de Mohéli avait quitté sa résidence de Cléry où tant de souvenirs lui rappelaient le passé pour s’installer à Pesmes, dans la Haute-Saône.

    C’est là qu’elle s’est éteinte à l’âge de 90 ans.

    C’est là aussi qu’elle reposera à tout jamais.

    Les obsèques de S.M. Ursule Salima Machamba 1ère, reine de Mohéli, ont lieu ce matin, à 10 h 30, en l’église de Pesmes, sa paroisse.

    Le « Bien Public » prie ses enfants, petits-enfants et toute la famille d’a gréer l’expression de ses très vives et très sincères condoléances.

    M. COLLOT.


    Une reine en sabots
    Article paru dans LE COURRIER DE SAONE ET LOIRE, 24/01/2000

    Une récente manifestation à l’hôtel de la région Bourgogne destinée à faire mieux connaître les Comores -il s’agit de quatre îles situées dans l’Océan Indien, non loin de Madagascar: la Grande-Comore, Anjouan, Mohéli qui constituent aujourd’hui la République Fédérale Islamique des Comores, Mayotte, toujours collectivité territoriale française- a permis de faire revivre le souvenir d’une femme au destin exceptionnel : Ursula Salima Machamba, née en 1874, petite-fille du sultan de Mohéli, qui était lui- même le fils de Radama 1er, roi de Madagascar et des Mascareignes (Maurice et La Réunion). C’était l’époque où la République allait s’enraciner en France et poursuivre la construction d’un Empire colonial destiné à faire bénéficier le monde entier des valeurs républicaines.

    La France avait établi son protectorat sur les Comores et notamment l’île de Mohéli, alors que la jeune reine Salima avait douze ans : elle fut même couronnée en bonne et due forme, mais la plupart des décisions politiques furent prises alors par le Résident représentant la France.

    Le destin voulut que la jeune reine, en 1900, rencontre un gendarme venu de Bourgogne, Camille Paule, et en tombe éperdument amoureuse.

    En fait, le gendarme était natif de Cléry, en Haute-Saône, à la lisière de la Bourgogne.

    Cet idylle servait sans doute les desseins du Ministère des Colonies qui favorisa son heureuse issue : le mariage fut célébré en août 1901 à Saint-Denis de la Réunion.

    Le gendarme Paule dut démissionner mais reçut la médaille militaire et le grade de maréchal des logis chef.

    En outre, la République octroya à la reine une rente de 3000 F or et facilita le départ du couple pour la métropole.
    Lorsque la France annexa purement et simplement les Comores en 1910, le gendarme et sa reine n’étaient plus que des fermiers en Haute Saône, vivant au rythme des travaux des champs et des saisons. A la mort de son époux, la reine de Mohéli vint vivre ses dernières années à Pesmes : ce n ‘est qu’en 1964 qu’elle mourut à l’âge de 90 ans, mais il y eut dans son coeur jusqu’à sa mort, des souvenirs de palmiers et de frangipaniers sur lesquels se couchait un soleil rouge.

    PIERRE BODINEAU

     
    VU DANS NOTRE RUBRIQUE LITTERATURE
    (Ouvrage épuisé)

    A PESMES, en Franche Comté... UNE REINE OUBLIEE PAR L'HISTOIRE
    (Julienne NIVOIS, Dominique GUENIOT, 199.., ...p)

    A Saint-Denis de la Réunion, un jour de 1900, Ursula Salima Machamba, reine de Mohéli (Comores) effectuait une promenade. Son regard vint heurter l'extraordinaire moustache que le gendarme Paule, frais arrivé de Bourgogne, exhibait dans les tièdes avenues de la ville... Le coeur d'Ursulla se mit à battre follement pour ce fringant représentant de la garnison française... A son retour à Mohéli, Ursula fit part au Gouverneur de son intention d'épouser Camille Paule. Ce fut une affaire d'état... Le Gouverneur français lui donna à choisir entre l'uniforme et la couronne. Ursula abdiqua et épousa son gendarme. 21 coups de canon saluèrent l'événement. L'Etat français lui alloua alors une rente sur les revenus de sa propriété de Fomboni. Rente qu'elle ne toucha presque jamais... En 1902, les époux quittèrent les îles et rentrèrent en métropole. Etonnant parcours semé de gloires et d'embûches...


     

    Comme tout habitant de Pesmes, à l'époque, j'ai connu la reine Ursula et sa fille Louise. Après la mort de ses parents, la petite-fille m'a signalé tous les écrits et journaux entassés dans une malle par la reine pendant 60 années. J'ai trouvé qu'il fallait extirper ces documents de l'oubli, et pendant de longs mois, j'ai trié les lettres, repassé les articles de journaux, fait traduire ceux en danois, anglais et allemand, classé, etc... Il fallait le faire, cela en valait la peine, Alors autant que ce soit une Pesmoise qui le fasse ...

    Julienne NIVOIS