Internet

Evenement : 10 juillet 1998, Les Comores accèdent à Internet

Internet: les Comores On Line

Les Enjeux d'Internet aux Comores

Informatique
Le developpement de l'informatique aux Comores:
Un choix politique a faire
 

Le Salon Comorien de l'Informatique et des télécoms (SCIT) 

Le Salon 2ème édition : SIMKO 2005

Journal BASIM, Le journal des TIC
 
Télécoms

CHANGEMENT DU PLAN DE NUMÉROTATION TÉLÉPHONIQUE NATIONAL
A PARTIR DU 1er JUILLET 2008
 

Détachement de Mayotte du code 269 pour le 262

Qu’en est-il du 269 à l’heure de la privatisation

Le cauchemar des pannes de téléphone par Ali Mgomri

Ouverture du réseau mobile HURI

Plan de numérotation des Comores incluant
le portable HURI


Le Roaming est ouvert

Internet et les Télécom à Anjouan
 
Séparation de la Poste et des Télécoms

Les télécommunications de 1995 à 2006
 
Monographie des Télécommunications dans l'Océan Indien - Observatoire de PROTEL - octobre 2000
 
  

Divers

Le Télex
 

Internet / Informatique / Télécoms
Internet et les Télécom à Anjouan

Article extrait de COMORES-INFOS n°96 du 09/10/2003

La capitale anjouanaise presque sevrée d'Internet

L'accès à l'Internet est devenu un privilège quasi inaccessible pour les citoyens ordinaires de Mutsamudu, capitale de l'île autonome d'Anjouan, depuis que l'unique cybercafé de Mahamoud El-Arif, situé à Chitsangani, a fermé ses portes.

Ce commerçant autodidacte avait été à l'origine d'une "révolution technologique" dans la ville en offrant une connexion haut débit directement à partir d'un satellite, sans passer par l'unique fournisseur d'accès du pays: la Société nationale des postes et télécommunications (SNPT), qui jouit d'une situation de monopole pour les produits de télécommunications.

"C'était le paradis ici, dit un internaute plein d'amertume, tandis qu'un autre souligne que même des personnes qui avaient accès à l'Internet chez eux se rendaient chez El-Arif, tant c'était rapide.

Mahamoud El-Arif a dû fermer son cybercafé suite à la cessation d'activité de la société Anjouan Phone Plus. Cette société mixte, dont l'île autonome d'Anjouan détenait des parts, s'était vite mise à dos à la fois le gouvernement de l'île et la SNPT. Le premier l'accusait de malversations, et la seconde défendait son monopole.

Anjouan Phone Plus avait tenté de mettre en place un service de vente de cartes prépayées, ainsi qu'un éphémère réseau de téléphonie mobile et c'est elle qui offrait à Mahamoud El-Arif l'accès au satellite qui avait fait le bonheur des internautes de Mutsamudu avant qu'ils n'en soient sevrés.

Depuis la disparition d'Anjouan Phone plus, la SNPT est redevenue le passage obligé pour l'accès à l'Internet à Anjouan comme en Grande-Comore et à Mohéli. Mais à Anjouan, tous les usagers se plaignent de lenteurs inexpliquées et de coupures intempestives qui rendent la navigation quasiment impossible.

Des petits commerçants qui ont tenté de "vendre de l'Internet" ont vite abandonné, comme ce revendeur de vêtement de Fokudjuwu.

"J'avais voulu offrir un service Internet, mais j'abandonne parce que la ligne téléphonique est presque toujours saturée, il y a trop de coupures et puis le débit est trop lent", explique-t-il.

Résultat, il devient impossible d'envoyer le moindre e-mail à partir de Mutsamudu, sauf pour ceux qui ont leur propre équipement et leur propre ligne téléphonique, c'est-à-dire très peu de gens.

Mais d'ores et déjà, Mahamoud El-Arif pense à une "autre solution technologiquement satisfaisante" sur laquelle il ne veut pas s'étendre pour le moment.