Librairie

Histoire Actualité Politique et Culture

Economie Industrie Commerce

Contes, Romans, Poésie et théatre

Lexiques et dictionnaires

Guides Touristiques et Cartes Géographiques

Cuisine et gastronomie

Livres sur la nature, faune, flore, environnement

recueils de Photos et livres d'art

Livres et documents historiques

Publications du CNDRS

Livres pour enfants

also available in these pages when specified
Livres bilingues français/comorien
 

La langue comorienne
Rubrique Langue et Linguistique
 
Librairies et Bibliothèques aux Comores
La Bouquinerie d'Anjouan
(Mutsamudu)

Editeurs et Librairies
(Toutes nos adresses)
 
La Littérature Comorienne et concernant les Comores

La Littérature Comorienne
IIIème partie par Ahmed ABOUDOU

Bibliographie provisoire sur les Comores, 1992
 
Les Auteurs
Mohamed Toihiri, Premier Ecrivain Comorien
 

La Littérature Comorienne

Mahmoud IBRAHIME

 
La naissance de l'élite politique comorienne ( 1945 -1975 )

Paris, L¹Harmattan, coll. " Archipel des Comores ", sept. 2000, 204 pages

Le deuxième ouvrage de Mahmoud IBRAHIME analyse les raisons qui amènent l'État français à vouloir mettre en place une élite politique, et montre comment l¹État colonial installé aux Comores freine tout développement de la démocratie en s¹appuyant sur la notabilité locale, souvent au mépris des lois républicaines.
Cet ouvrage montre également que l¹élite politique qui apparaît aux Comores à partir de 1945 a pour modèle l¹État colonial, et en conserve les caractéristiques, au niveau de l¹exercice du pouvoir, mais aussi de la gestion de la démocratie.
Il montre enfin l¹ancienne puissance coloniale dans ses contradictions sur sa volonté d¹assurer le développement économique de l¹archipel, sur le développement de la démocratie, sur sa prétendue " mission civilisatrice ", sur l¹accession des Comores à l¹indépendance " dans l¹amitié et la coopération ", etc. En effet, à partir de 1945, la France des résistants, puis celle du Général de Gaulle prétend vouloir amener les Comoriens à s¹autogérer en créant les cadres nécessaires, pourtant, elle laisse l¹archipel dans un État misérable, et envenime les oppositions entre les îles. Elle promet une décolonisation " en douceur ", et préfère en fin de compte fermer les yeux sur le droit international pour garder son emprise sur l¹ensemble de l¹archipel après l¹indépendance.
L¹auteur met en évidence le manque de cohésion de la classe politique comorienne entre 1972 et 1975, ce manque de cohésion qui a contribué à la partition du pays.
L¹ouvrage montre également que les Comores d¹aujourd'hui portent les traces de ces hésitations de l¹État colonial, et des manques au niveau de l¹apprentissage de la démocratie.
En annexes, on trouve 47 petites biographies de personnalités, des notices sur les organisations et les partis politiques de l¹époque, ainsi qu¹un lexique sur certains termes comoriens, et une chronologie des principaux événements de 1945 à 1975.

" Depuis juillet 1997, l¹État comorien est plongé dans une crise institutionnelle. On pourrait dire que depuis l'indépendance en 1975, les Comores n¹ont pas réussi à trouver une forme constitutionnelle durable, et conforme aux aspirations démocratiques des Comoriens.
Comment comprendre que la démocratie ne réussisse jamais à prendre racine dans cet archipel après vingt-trois ans d¹indépendance ?
Faut-il imputer ces échecs à la manière dont l¹État colonial a dirigé le pays pendant plus d¹un siècle ? La question est d¹autant plus légitime que la plupart des hommes qui se succèdent aux hautes sphères du pouvoir ont tous ou presque été formés par cet État colonial, et que la France a pendant longtemps justifié sort maintien aux Comores par une volonté de former des cadres capables de prendre en main les destinées de leur pays.
Mahmoud Ibrahime étudie ici trente années (1945-1975) qui ont vu l¹émergence de l¹élite politique comorienne, et analyse ses caractéristiques afin de nous amener vers une meilleure compréhension de l¹État comorien actuel ".

L'AUTEUR
 
Mahmoud IBRAHIME
est né le 12 décembre 1970
à Moroni (Comores).

Après une maîtrise d¹Histoire à la Sorbonne Paris I et une Licence de Lettres Modernes à la Sorbonne Nouvelle Paris III, il est admis en 1995 à l¹Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) avec une allocation pour préparer le CAPLP2. Il réussit le concours et enseigne depuis le Français et l¹histoire géographie dans un lycée de la région parisienne.
Parallèlement, il poursuit les recherches historiques pour se spécialiser en histoire coloniale, et il choisit comme terrain de recherche les Comores de 1912 à 1975.
Après un DEA d¹Études Africaines à l¹INALCO (CEROI), il revient à l¹Université (Paris VII) pour préparer une thèse sur une figure emblématique des notables politiciens aux Comores Saïd Mohamed Cheikh (en cours).
Pour ses recherches, il a consulté les archives du Centre national de Documentation et de Recherches scientifiques (CNDRS) et une partie de celles de Radio-Comores, celles d¹Aix-en-Provence, de l¹Assemblée nationale française, et s¹est appuyé de nombreux témoignages d¹hommes politiques comoriens et de colons français.
Mahmoud IBRAHIME s¹investit aussi dans la communauté comorienne en France, dans le milieu associatif (politique, culture et sport) exerçant notamment les fonctions de journalistes dans certaines périodiques de la diaspora comorienne en France (Masiwa, Comores-Mag), etc. Il y écrit des articles sur l¹histoire des Comores, sur la culture, mais aussi sur la politique contemporaine aux Comores.
Son deuxième livre La naissance de l¹élite politique comorienne (1945-1975) a pour base un travail universitaire qui a obtenu une mention " Très bien ". En 1997, il a publié un autre livre sur l¹histoire des Comores : État français et colonisation aux Comores (L¹Harmattan).
Mahmoud IBRAHIME est également chercheur associé au CNDRS (Moroni). Il a d¹ailleurs collaboré au denier numéro de la Revue du CNDRS (Ya Mkobe), dans lequel il publie un article intitulé : " Quelques aspects de la colonisation française aux Comores (1912-1975) ".