L'Habillement Traditionnel
Les tenues traditionnelles vues par la philatélie 

Les tenues traditionnelles vues par les télécartes 
 
Les Stylistes actuels
 
Sakina M'SA
 
La Griffe, Film sur Sakina M'sa

Thouraya Mahamoud
 
Les Mannequins

Imany

Nassaf
 

Les Miss

Noura Mohamed

Nafouenta M'saidie

Lydia
 

Les Créateurs de mode / Les Gammes de vêtements 
Ali Massimia
Karthala, Moina, Massali, Cool
 
 
Com-Com 
 
BOM'ZE
 
Thug 
 
Comoria 
 

Comores Représente
 
Comoria allstarz - Konyo Nzima
 
KAMILOM


 

La mode Comorienne

Sakina M'SA mise à jour 03/03/2008

 Sakina est une jeune styliste de mode qui a su faire son trou et développer toute une collection à la fois originale et à la portée du plus grand nombre

Article de Jeune Afrique transmis par notre ami Ibrahim YAHAYA
Source :
http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp?art_cle=LIN10028sakinasmani0

Sakina M’Sa
FRANCE - 10 février 2008 - par JEAN-MICHEL DJIAN

Longtemps, elle a exprimé sa révolte à travers les vêtements. À 35 ans, la styliste comorienne a fini par se tailler une place dans la haute couture parisienne.

Ce petit bout de femme de 1,51 m, toute de sourires vêtue, semble naturellement dominer son monde. Comme le faisait naguère, du haut de son 1,82 m, son grand-père comorien en lui indiquant « d’un geste » la marche à suivre. De son océan Indien natal, Sakina M’Sa, trente-cinq printemps cette année, garde avant tout le souvenir de ce grand-père-là. Mais elle se souvient aussi de… la pluie. Quand elle y est retournée, en 2000, il pleuvait des cordes. Une chance. Car les huiles de bourrache et d’onagre, le bois de santal avec lequel on fabrique les masques de beauté, sans parler de la terre elle-même, se sont mis à dégager leurs effluves envahissants. Elle en avait besoin pour continuer à rêver. Aujourd’hui encore, elle enfouit dans la terre des morceaux de tissu aux quatre coins de la planète, pour les exhumer ensuite, gorgés d’odeurs et de couleurs. Cela l’inspire, dit-elle.?

Magicienne du textile
Quand sa famille quitte les Comores et s’installe à Marseille, Sakina a 7 ans. Son père est boucher, sa mère fait des ménages. La fillette passe le plus clair de son temps à crayonner dans son coin. Trente ans après, ses parents n’ont toujours pas compris pourquoi, à l’époque, faute de machine à coudre à la maison, elle chapardait une agrafeuse pour stopper un ourlet ou rapiécer un cotillon avec des chutes de molleton. La styliste perçait déjà sous la couturière, mais personne n’y voyait rien. Sauf peut-être la costumière Geneviève Sevin-Doering, directrice d’une école de mode marseillaise où Sakina finit par atterrir à l’âge de 15 ans.
La costumière devine rapidement que cette boule de nerfs a la passion de la création. C’est la toute fin de l’époque punk et Sakina adore ce style musical et vestimentaire. Elle en a conservé une manière bien à elle de cisailler en tous sens les couleurs et les tissus. De métamorphoser les guenilles. De torturer la toile cirée comme les fanfreluches. Son truc, c’est l’alliage des contraires. Cette styliste en devenir est déjà une magicienne du textile.
Maryline Vigouroux, alors femme du maire de Marseille et future patronne de l’Institut supérieur de la mode (dans cette même ville), ne s’y trompe pas, lors d’un défilé organisé dans l’école de Sakina. Mi-séductrice mi-opportuniste, la jeune Comorienne capte son attention. La voilà propulsée au firmament des couleurs, des textures et des formes. Là où, bien plus tard, elle trouvera son paradis : la haute couture.

D'Agnès B à Baudrillard
Mais à la différence des grands, qui ont tendance à s’agiter en circuit fermé dans les beaux quartiers de Paris, elle choisit délibérément le 18e arrondissement. « La Goutte d’Or, dit-elle, c’est mon ancrage, mon territoire. Je suis passée des murs graffés de Bagnolet à la rue des Gardes avec ce même sentiment d’être dans l’altérité totale. Vous connaissez cette définition de Baudrillard ? “L’altérité, c’est ce qui fait que personne ne peut se faire rire en se chatouillant soi-même.” Eh bien, moi, j’éprouve le plaisir d’exister de la même manière. Ici, j’ai pignon sur rue et les gens me comblent. » Isabel Marant, sa copine styliste, s’ébaubit. Agnès B la salue bien bas. Comment s’étonner que le sociologue et philosophe Jean Baudrillard se soit, à son tour, laissé séduire (même si elle fut d’abord repérée par Marine, son épouse) ? Ils sont devenus amis. Jusqu’à sa dernière heure, elle est restée la confidente de l’auteur du Système des objets.
Apparemment, Bertrand Delanoë a pris le relais. Depuis qu’elle a exposé, deux ans de suite, ses collections au Petit Palais, le maire (socialiste) de Paris ne jure que par elle. Il voit en Sakina le symbole de ce que sa ville est capable d’enfanter : une jeunesse métissée, incandescente mais généreuse… Des jeunes créateurs bourrés de talent, mais accessibles… Une mode ultraféminine mais qui n’hésite pas à afficher une dimension populaire…
La Redoute, le géant de la vente par correspondance, commercialise quatre de ses modèles, grâce auxquels il réalise un chiffre d’affaires de 300 000 euros. Parallèlement, Sakina a créé un atelier de couture « populaire » pour favoriser l’insertion professionnelle de femmes « qui en veulent ». L’opération est un franc succès.
Elle est tellement accrochée à cette « part d’humanité » qu’elle voudrait la voir s’incarner dans chacune de ses créations. « Derrière chaque étiquette, j’inscris la date de naissance du vêtement, explique-t-elle. Car chaque habit a une histoire qui le transforme en objet intime. Quelle que soit la femme qui le porte. Par ailleurs, à côté de mes deux collections annuelles, je vais, avec les jeunes de la Goutte d’Or, lancer un programme baptisé “ Décollons l’étiquette ”. À partir de chutes et de matériaux de récupération, nous allons nous faire plaisir en inventant des formes plus en phase avec leur génération. Et puis, avec les femmes, on crée cette année une ligne nommée Daika, financièrement plus accessible. »

« Le salaire de mon père ! »
En mai 2002, lors d’un défilé aux Galeries Lafayette de Berlin où elle figurait au côté de Vivienne Westwood, elle a découvert avec effarement que ses manteaux étaient vendus 700 euros pièce : « Le salaire de mon père ! » Elle ne s’en est pas encore tout à fait remise…
La gloire est aujourd’hui en train de la rattraper. L’an dernier, la Fédération française du prêt-à-porter l’a récompensée pour sa capacité entrepreneuriale. En novembre de la même année, elle a décroché le Grand prix de la création de la ville de Paris. Et, le 24 janvier dernier, elle a reçu le 1er prix du Trophée Version femina. Bref, elle assure ses arrières et garde les pieds sur terre. La terre, cette vieille obsession…
Pourtant, l’univers de la « Comorienne marseillaise de la Goutte d’Or » ne se limite pas au ballet des épingles, des patrons kraft et des cotons indiens. Elle cultive aussi le goût des mots. En août 2007, à l’occasion de l’exposition « L’Étoffe des héroïnes », au Petit Palais, elle a publié aux éditions Filigranes un recueil de poèmes. Stagiaires, élus locaux, salariés et consœurs ont ainsi découvert qu’elle était aussi habile à jongler avec les rimes qu’avec les ciseaux.
Groupie des cinéastes Jim Jarmusch et David Lynch, Sakina M’Sa rêve tout haut d’un monde où « les hommes et les femmes ne chercheraient qu’à donner le meilleur d’eux-mêmes ». D’une société où l’amour des autres ne serait pas feint, calculé. Pas dupe, elle sait qu’elle est en permanence exposée au risque de céder à la facilité. Et c’est à ce risque qu’elle se confronte quotidiennement. Dans le secret de l’écriture.
 

Extraits du site de la FONDATION DE FRANCE http://www.fondationdefrance.org/
Rubrique "Que sont ils devenus"

Sakina M’sa, 31 ans, styliste
Promotion 2000 des Prêts d’honneur aux jeunes de la FONDATION DE FRANCE

Sakina M’sa est aujourd’hui, grâce à une détermination hors du commun, une styliste reconnue et un chef d’entreprise émérite. A l’approche de son septième défilé, de l’ouverture du capital de sa société et de la confection d’une collection pour La Redoute, Sakina imagine, depuis sa boutique-atelier du 18ème arrondissement à Paris, ses prochaines créations. C’est à 14 ans qu’elle se découvre styliste.
 
Avec beaucoup d’imagination et de talent, elle réalise, à Marseille, son premier défilé de mode, auquel elle convie, la femme du maire, Maryline Vigouroux.
Celle-ci la prend sous son aile et lui permet d’intégrer l’Institut supérieur de la Mode. Les premières collections de Sakina tirent leur originalité d’une croyance comorienne transmise par sa grand-mère : enterrer quelque chose de précieux au moment de la perte d’un être cher…
A la mort de celle-ci, Sakina enterre ce qu’elle a de plus précieux, ses tissus. C’est alors qu’elle découvre par hasard une matière et une texture singulières à exploiter et qui lui valent par la suite d’être remarquée. En 2000, grâce au prêt d’honneur aux jeunes délivré par la Fondation de France, la jeune comorienne peut répondre à une 1ère commande émanant des Galeries Lafayette. « Ce coup de pouce tombe à point », il lui ouvre une porte dans le monde de la mode et lui « apporte un crédit certain et une valorisation de son travail ». Sakina va prochainement exporter sa marque à l’étranger en implantant des boutiques à Tokyo et Dubaï.
© Valérie Dayan http://www.fondationdefrance.org/

 

Mademoiselle Sakina M'Sa
31 ans
Domiciliée à Paris
Profession : styliste, dirigeante de la société TREVO
Originaire des Comores
Raison sociale : TREVO
SARL au capital de 10 000€
Dirigeant : Sakina M'Sa
Secteur d'activité : stylisme et la mode
A créé les marques de vêtement : Sakina'Msa et Sakina Room
Date de création : avril 2002
Nombre de salariés : 2
Née en 1972 aux Comores, SAKINA M'SA a 7 ans quand sa famille installe à Marseille (Bouches du Rhône). C'est dans cette ville que lui viendra très tôt la passion de la mode.
Elle suit des études de stylisme à l'Institut Supérieur de la Mode de Marseille, parrainée par Marilyne Bellieud Vigouroux, présidente de l'Espace Mode Méditerranée.
Après ses études, elle s'installe à Bagnolet (Seine-Saint-Denis) pour se perfectionner son savoir-faire. A Bagnolet avec le soutien de la municipalité, elle initie et lance des ateliers de stylisme dans les quartiers sensibles. Très vite, elle est récompensée par son dynamisme et reçoit la bourse Défi Jeune et le grand prix de la Biennalle international du Design de Saint-Etienne (Loire).
Distinctions qui l'encouragent à poursuivre son aventure entrepreunariale et la motivent à développer son envie de créer des passerelles transversales entre les disciplines de la mode. En juin 2000 Le prix Salavin Fournier (Fondation de France), lui apporte les moyens pour créer une entreprise individuelle.
Les Galeries Lafayette, des acheteurs japonais la remarquent et prennent commande. Un industriel portugais s'intéresse à ses activités dans le domaine de la mode et apporte son soutien financer qui lui permettra de développer ses activités pendant une année. Elle crée la société Trévo, et lance auprès des professionnels une ligne de vêtements sous la marque qu'elle a créée Sakina M'sa. En 2003, elle lance une seconde ligne de vêtement sous la marque Sakina Room. C'est une collection exclusivement vendue en appartement afin d'être plus proche des attentes de ses clientes. Son credo : réaliser des vêtements pour des " êtres humains ", afin qu'ils retrouvent leurs racines et leur mémoire.

L'EVENEMENT 2005 : UN FILM DOCUMENTAIRE SUR SAKINA M'SA
LA GRIFFE
Un film de Chantal Picault
CLIQUEZ ICI