La Faune terrestre

Roussettes ou Livingstone
Les Chauves-Souris
Mangoustes
Tenrec (Hérisson)
Oiseaux
Reptiles
 

La Faune marine
Tortues
Coelacanthe
Dauphins
Baleines
Holoturies
Requins
 
La Flore
Plantes médicinales
Orchidées
Vanille
Girofle
Muscade
Cannelle
Ylang
Le Manguier et la Mangue
 
Les sites naturels
Le volcan Karthala
Les Îlots de Nioumachoua
Les rivières et cascades

Voir MOHELI en vidéo sur ORANGE avec Noé

Voir MAYOTTE en vidéo sur ORANGE avec Noé
 
Espèces protégées
Liste complète des espèces protégées
 
Les lieux protégés
Parc marin de Mohéli
Parc naturel d'Anjouan
Parc Naturel de Grande Comore
Parc Naturel de Mayotte
 
Etudes sur la Nature et la biodiversité
Les travaux scientifiques, les missions actuelles, en cours et passées

Les Publications sur la Nature aux Comores (rubrique Littérature)
 
 
 

La Nature aux Comores

Les reptiles des Comores mise à jour 28/08/2005

Mwalimu Burale, élu trésor du mois par l'Africa Museum

L'Iguane des Comores a été élu comme animal du mois de mars par les Scientifique du Musée Royal d'Afrique Central de Tervuren (Belgique). Il s'agit d'un reptile endémique des Comores de nom scientifique Oplurus comorensis observé uniquement dans les falaise du nord de Ngazidja et communément connu sous le nom de Burale. Vous pourriez accédez à cette information et la photo de l'espèce sur http://www.africamuseum.be/museum/treasures/leguaan

Je reproduis recopie ci-dessous l'article pour ceux qui auront des difficultés d'accès a ce lien. Vous pourriez observer cette espèce sur les plaquettes de la biodiversité des Comores conçu par le MRAC et mise en distribution au CNDRS (reptile, oiseaux, orchidées) Merci de contribuer a la conservation de la biodiversité des Comores, riche et unique au monde.

Ne pas confondre le Burale et le Nguzi de Mchangama. Le premier est une espèce endémique des Comores, le deuxième est une espèce exotique récemment introduite aux Comores et constitue une grave menace pour la faune endémique. D'ailleurs les scientifiques du MRAC ont déjà tiré la sonnette d'alarme de cette menace.
Je pense que les soit disant Nguzi de Mchangama n'ont rien à nous honorer, plutôt ils sont de destructeurs du patrimoine biologique comorien

Yahaya Ibrahim

L'Iguane des Comores

Nom scientifique : Oplurus comorensis Angel, 1942

Répartition géographique: Grande Comore, océan Indien

Les iguanes ont une distribution remarquable. On les retrouve en Amérique du Sud et en Amérique centrale (dont l'Iguane vert en est le représentant le plus connu), mais aussi à Madagascar. Un autre groupe de lézards, les agames, se retrouve dans l'Ancien Monde, y compris l'Afrique, mais pas à Madagascar. Les agames ne sont vraisemblablement apparus en Afrique qu'après la division du continent ancestral (le Gondwana), de sorte qu'ils n'ont jamais atteint Madagascar ni l'Amérique du Sud, permettant ainsi aux iguanes d'y subsister.

Les iguanes malgaches sont considérés aujourd'hui comme une famille distincte. Dans cette famille, l'Iguane des Comores ou Oplurus comorensis est actuellement la seule espèce connue hors de Madagascar même. La série type de « Hoplurus sebae var. comorensis » se trouve au Muséum d' histoire naturelle de Paris. La présence de ce lézard singulier sur la Grande Comore était mise en doute jusqu'au moment où les expéditions zoologiques du MRAC ont pu, en 1989, observer l'espèce dans son biotope et même capturer quelques spécimens.

L'Iguane des Comores est farouche et assez difficile à trouver. Il vit sur les falaises qui bordent l'océan dans une partie restreinte de l'île de la Grande Comore. Les mâles atteignent une longueur totale de 50 cm. Ils sont plus facilement observables lorsqu'ils surveillent leur territoire depuis un endroit surélevé. Cet iguane montre des changements de coloration d'un gris uniforme jusqu'à un brun clair rougeâtre avec les joues légèrement bleuâtres. Ceci explique le statut d'animal-sorcier du bouralé dans les histoires animalières locales. Ce lézard est insectivore, comme en témoignent les restes d'élytres et d' ailes retrouvés dans ses excréments, mais il se nourrit aussi de fruits et probablement d'autre matériaux végétaux.

Récemment, les chercheurs du MRAC ont signalé une menace importante pour cette espèce. Dans les environs de Moroni, la capitale située de l'autre côté de l'île, des agames africains, échappés en 1998, ont formé une population qui se développe rapidement. Le passé, évoqué plus haut, de concurrence entre ces deux groupes de lézards laisse craindre le pire pour la survie du bouralé, espèce unique. Lorsque des espèces étrangères envahissent une faune, toute action visant à la protéger devient très difficile à accomplir.

Cette espèce n'est pas exposée dans les salles publiques.

Pour avoir des informations supplémentaires, consultez : MEIRTE, D., 2004, « Reptiles » dans LOUETTE, M., D. MEIRTE et R. JOCQUÉ (éds), La faune terrestre de l'archipel des Comores, Studies in Afrotropical Zoology (MRAC, Tervuren) n° 293, p. 199-220.