La Faune terrestre

Roussettes ou Livingstone
Les Chauves-Souris
Mangoustes
Tenrec (Hérisson)
Oiseaux
Reptiles
 

La Faune marine
Tortues
Coelacanthe
Dauphins
Baleines
Holoturies
Requins
 
La Flore
Plantes médicinales
Orchidées
Vanille
Girofle
Muscade
Cannelle
Ylang
Le Manguier et la Mangue
 
Les sites naturels
Le volcan Karthala
Les Îlots de Nioumachoua
Les rivières et cascades

Voir MOHELI en vidéo sur ORANGE avec Noé

Voir MAYOTTE en vidéo sur ORANGE avec Noé
 
Espèces protégées
Liste complète des espèces protégées
 
Les lieux protégés
Parc marin de Mohéli
Parc naturel d'Anjouan
Parc Naturel de Grande Comore
Parc Naturel de Mayotte
 
Etudes sur la Nature et la biodiversité
Les travaux scientifiques, les missions actuelles, en cours et passées

Les Publications sur la Nature aux Comores (rubrique Littérature)
 
 
 

La Nature aux Comores

Les Tortues
mise à jour 01/09/2009

Les tortues vertes

C'est surtout dans l'île de Mwali que l'on trouve des tortues en abondance, dans la région d'Itsamia par exemple.

Cette espèce amphibie se trouve sur les récifs coralliens. Elles sont plutôt solitaires mais se rencontrent sur les herbiers sous marins. Elles font parfois de grandes migrations entre les aires d'alimentations et les pages de ponte.

Elles mesurent environ 1m10, la maturité sexuelle se situe entre 25 et 40 ans. Pour pondre, elles creusent des nids de 50cm de profondeur dans le sable et donnent 40 à 200 oeufs. La durée d'incubation est de 45 à 70 jours.

Pour en savoir plus, allez voir le site de Terre-et-faune

http://www.terre-et-faune.org/projets/comores.php


Article sur le même sujet :

2006, année de la tortue
Al-Watwan n° 939 – avril 2006

La tortue marine est une des espèces protégées par la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES)

Les Comores ont ratifié cette convention parce qu'elles abritent un des sites de ponte des tortues marines les plus importants de l'océan indien et le 10ème dans le monde

2006 est déclarée année de la tortue par l'organisation internationale qui regroupe les pays de l'Océan Indien et du Sud Est Asiatique (OISEA) pour la gestion des tortues marines.

Ces pays ont signé un accord intergouvernemental pour la  protection, la  conservation, et la reconstitution des populations de tortues marines. La communauté scientifique accorde un intérêt  particulier à la préservation de ces espèces et en plus d'OISEA, d'autres organisations pour la protection des tortues marines existent notamment le Réseau d'Information sur les Tortues Marines d'Outre mer (RITMO) qui oeuvre en faveur des tortues marines en France et en outre mer ainsi qu'en Afrique occidentale

La tortue marine est une des espèces protégées par la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Les Comores ont ratifié cette convention parce qu'elles abritent un des sites de ponte des tortues marines les plus importants de l'océan indien et le 10ème dans le monde. Elles ont également signé cet accord depuis 2001 et participent activement aux manifestations organisées par OISEA. C'est ainsi qu'elles ont été représentées à la dernière conférence tenue à Oman en mars 2006, réunion qui avait entre autres objectifs le lancement des activités de l'année de la tortue.

La tortue marine joue un rôle capital dans la préservation des herbiers marins dont se nourrissent les poissons récifaux que les Comoriens préfèrent aux poissons pélagiques.

Dans le souci de s'acquitter des engagements au titre de la CITES et de la convention sur la Diversité Biologique, le pays a crée le Parc Marin de Mohéli (PMM) en 2001. Un plan d'action pour la conservation des tortues marines a été adopté.

Des initiatives et des mesures réglementaires ont été également prises pour la protection des ces espèces notamment :

-un arrêté interministériel du 8 Mars 1992 qui porte interdiction absolue de la pêche, la capture et la commercialisation de certaines espèces marines, ainsi que la dégradation du littoral.

-Un arrêté du 14 mai 2001 portant protection des espèces de faune et de flore sauvages des Comores.

-Un bulletin " Mwana wa gnamba " édité régulièrement.

-Une maison  de la tortue (gnumba ya nyamba) construite à Itsamia Mohéli.

-Deux bungalows construits également à Itsamia dont les revenus contribuent entre autres à la protection des tortues.

-Un suivi des tortues assuré par les écogardes au niveau du PMM et les tortues sont marquées (bagues) avec l'appui du Centre d'Etude et de Découverte des Tortues Marines de l'île de La Réunion (CEDTM).

-Une base de données sur les tortues marines mise en place au niveau du PMM.

Malgré ces efforts, les cinq espèces qui existent dans nos eaux sont menacées par une forte exploitation qui risque à terme de les faire disparaître. Entre les captures accidentelles, les captures intentionnelles, la destruction de aires d'alimentation, de ponte et repos, la pollution marine, la subsistance des tortues marines révèle de l'exploit.

Il convient de rappeler que depuis des années, des herpétologistes (spécialistes des reptiles) et scientifiques se penchent sur la conservation des tortues marines. Des associations se créent régulièrement aux Comores et dans le monde pour surveiller les plages de ponte, marquer les femelles et mener des activités de recherche et de sensibilisation pour une meilleure protection des ces espèces. Nous invitons la population à se joindre à nous pour célébrer l'année de la tortue et à entreprendre des actions de protection de ces espèces.

F
atouma Abdallah, Chef de département Environnement, Direction Nationale de l'Environnement