La Faune terrestre

Roussettes ou Livingstone
Les Chauves-Souris
Mangoustes
Tenrec (Hérisson)
Oiseaux
Reptiles
 

La Faune marine
Tortues
Coelacanthe
Dauphins
Baleines
Holoturies
Requins
 
La Flore
Plantes médicinales
Orchidées
Vanille
Girofle
Muscade
Cannelle
Ylang
Le Manguier et la Mangue
 
Les sites naturels
Le volcan Karthala
Les Îlots de Nioumachoua
Les rivières et cascades

Voir MOHELI en vidéo sur ORANGE avec Noé

Voir MAYOTTE en vidéo sur ORANGE avec Noé
 
Espèces protégées
Liste complète des espèces protégées
 
Les lieux protégés
Parc marin de Mohéli
Parc naturel d'Anjouan
Parc Naturel de Grande Comore
Parc Naturel de Mayotte
 
Etudes sur la Nature et la biodiversité
Les travaux scientifiques, les missions actuelles, en cours et passées

Les Publications sur la Nature aux Comores (rubrique Littérature)
 
 
 

La Nature aux Comores

La Vanille des Comores
mise à jour 01/01/2007

La Vanille

C'est toujours une surprise de le découvrir, mais la Vanille est bien une orchidée. Elle appartient à cette famille prestigieuse des Orchidacées. C'est aussi une liane ; cette particularité apparaît plus évidente à l'observation de cette plante.
Elle donne des fleurs très éphémères qui s'épanouissent en grappes et doivent être fécondées une à une pour donner ensuite le fameux `' bâton `', ou gousse, qui en constitue le fruit. Le vanillier est essentiellement cultivé pour sa gousse, qui contient un principe aromatique, la vanilline. Ce fruit nécessitera une durée de 7 mois pour arriver à maturité et atteindre, pour les plus remarquables d'entre eux, une longueur de près de 20 cm et la grosseur d'un petit doigt. De couleur verte et de consistance rigide dans sa première phase, le `' bâton `' devient noir, souple et odorant au bout de 6 à 8 mois de `' traitement `'. Un traitement qui consiste en échaudages, étuvages et séchages de façon alternée, au soleil et à l'ombre, et dont la manipulation est dévolue au doigté expert du préparateur. 1 kg de vanille verte correspond approximativement à 80 gousses et 1 kg de vanille préparée à, environ, 300 gousses.
La première utilisation connue de la vanille remonte aux Aztèques qui l'utilisaient pour parfumer leur chocolat. C'est au XVIIe siècle que des navigateurs français l'introduisirent dans les îles de l'Océan indien et dans celles du Pacifique, des milieux où cette plante trouva des conditions idéales d'adaptation et d'épanouissement. La vanille naturelle fut, pendant très longtemps, reine du marché ; au cours de ces dernières décennies la vanille de synthèse a eu tendance à se substituer à elle. De la vanille on extrait la vanilline très recherchée en parfumerie et en pâtisserie pour son odeur et sa puissante saveur.
La vanille des Comores a une réputation de bonne qualité (certains lui attribuent le `' titre `' de meilleure vanille du monde) et son label biologique, allié aux méthodes traditionnelles de culture, constitue un atout qui devrait être encore mieux valorisé.
Méthodes culturales et exigences écologiques
La vanille a besoin de températures uniformes, celles comprises entre 20 et 30° lui conviennent parfaitement ; elle n'aime pas les grandes amplitudes diurnes/nocturnes. Elle exige des pluies abondantes (2 à 3 m d'eau/an) et une forte hygrométrie ; néanmoins, un peu de sécheresse, au moment de la floraison ne peut que lui être favorable. Son besoin en lumière douce est favorisé par l'ombrage (30 à 50 %) que lui procure le couvert végétal sous lequel elle est cultivée. Elle a besoin de sols légers, bien drainés, en particulier ceux provenant de la décomposition de roches volcaniques. 700 à 800 m constituent une limite altitudinale qu'il vaut mieux ne pas dépasser pour rester dans des conditions idéales. Autant de conditions que l'on retrouve au maximum de leurs niveaux aux Comores, en particulier à Anjouan et en Grande Comore. La culture est pratiquée à l'aide de tuteurs vivants espacés. Le pignon d'Inde étant le tuteur le plus utilisé aux Comores. En plantation bien conduite on obtient 600 à 800 grs de vanille verte par tuteur. A Ngazidja, la vanille est très souvent associée aux cultures vivrières, sous les cocotiers ou accrochées à des haies de pignon d'Inde qui délimitent les champs de culture. Les fleurs doivent être fécondées à la main (on dit aussi `' mariées `'). La vanille, une fois récoltée, est ébouillantée, essorée, exposée chaque jour au soleil et ce pendant deux semaines, puis mise en maturation et calibrée pour l'exportation.
Données chiffrées
La production 2000 fut de l'ordre de 140 t. production équivalente à celle de 1999 ; la production mondiale pour cette même année 2000 étant estimée 1100 t. (à titre de comparaison, la production malgache, en production normale, c'est à dire hors influence négative des éléments naturels, est environ dix fois supérieure à la production comorienne). Cette production est arrivée sur un marché international déficitaire du fait des cataclysmes subit par l'autre grand producteur qu'est Madagascar qui n'a pu livrer que 800 t. Le prix d'achat aux producteurs a débuté aux alentours de 2500 fc le kg pour atteindre 5000 fc en fin de campagne (comparativement en 1999 ces prix étaient respectivement de 1000 et 1500 fc). L'Indonésie et les Comores ne disposent plus de stocks et devront attendre la production de cette année pour effectuer de nouvelles livraisons ; en conséquence, et d'après les analystes économiques, les prix devraient se stabiliser au cours de l'an dernier ou même augmenter encore. L'Inde de son côté serait en train de finaliser un plan d'extension de cette culture dans ses zones de cocoteraies.
Utilisations
La vanilline est utilisée dans la confiserie, la pâtisserie, la parfumerie, la chocolaterie, dans la fabrication de liqueurs fines (il est aussi un ingrédient apprécié du fameux '' rhum arrangé '') et de produits pharmaceutiques, en droguerie. Les Américains l'utilisent de façon intensive pour la fabrication de crèmes glacées. Dans certaines régions de production, ses feuilles sont utilisées pour guérir des plaies.