La Faune terrestre

Roussettes ou Livingstone
Les Chauves-Souris
Mangoustes
Tenrec (Hérisson)
Oiseaux
Reptiles
 

La Faune marine
Tortues
Coelacanthe
Dauphins
Baleines
Holoturies
Requins
 
La Flore
Plantes médicinales
Orchidées
Vanille
Girofle
Muscade
Cannelle
Ylang
Le Manguier et la Mangue
 
Les sites naturels
Le volcan Karthala
Les Îlots de Nioumachoua
Les rivières et cascades

Voir MOHELI en vidéo sur ORANGE avec Noé

Voir MAYOTTE en vidéo sur ORANGE avec Noé
 
Espèces protégées
Liste complète des espèces protégées
 
Les lieux protégés
Parc marin de Mohéli
Parc naturel d'Anjouan
Parc Naturel de Grande Comore
Parc Naturel de Mayotte
 
Etudes sur la Nature et la biodiversité
Les travaux scientifiques, les missions actuelles, en cours et passées

Les Publications sur la Nature aux Comores (rubrique Littérature)
 
 
 

La Nature aux Comores

L'Ylang-ylang des Comores
mise à jour 01/01/2007

l'ylang-ylang

En guise d'introduction à l'ylang-ylang, plante reine des fragrances, quelques rappels historiques sur la saga des parfums L'histoire des parfums a commencé avec les Grecs qui, les premiers, utilisèrent la myrrhe pour chasser les odeurs de pied, la menthe s'affranchir des odeurs des dessous de bras, l'origan pour les cheveux et l'huile de palme pour le visage.
Les Egyptiens et les romains poursuivent dans cette voie, en faisant une abondante utilisation des pétales de fleurs. Les Germains, quant à eux, prirent le contre pied de cette mode en bannissant toute utilisation d'artifices et en favorisant le retour des odeurs ; c'est le " parfum d'oignon " qui avait leur préférence ! A l'instar des Dogons, ce peuple des falaises de la région de Bandiagara au centre de Mali, qui se signalent depuis la nuit des temps par l'utilisation de ce légume pour parfumer leur corps. Mais les grands découvreurs des parfums furent les Arabes qui utilisèrent de très nombreux ingrédients ; d'abord ceux du monde végétal (fleurs, bien sûr, mais aussi, feuilles, racines tiges fruit, écorces, mousses...), puis ceux du monde animal (l'ambre, le musc...). Le phénomène s'accéléra à partir du XVIè siècle, période au cours de laquelle la fleur d'oranger commence à être distillée à Grasse dans le Midi de la France. C'est alors la mode du gant parfumé.
Sous Louis XIV, et particulièrement dans son palais, l'absence de commodité fait que l'on se lave peu ; par contre on se parfume abondamment : la vanille et la violette ont les préférences des belles de l'époque ; sous Louis XVI c'est l'explosion des parfums floraux. Joséphine de Beauharnais, la célèbre compagne de Napoléon, multiplie les expériences avec un parfum distinct pour chacune des parties de son corps : la rose, la noisette, le bois d'aloès, le jasmin, l'héliotrope. L'eau de Cologne fait fureur à cette époque. Au XIXè siècle apparaissent les parfums volatils et les produits de synthèses. Entre la Première et la Seconde Guerre mondiale certains des grands noms de la parfumerie d'aujourd'hui (Balenciaga, Nina Ricci, Lanvin...) commence à être connus ; c'est l'époque de la mode du santal ; puis les grands couturiers s'en mêlent : Givenchy, Rochas, Chanel Dior, Laroche... avant d'être rejoints par d'autres noms devenus désormais familiers : Cartier, Hermès, Armani, Mugler, Kenzo. La suite devient une affaire de gros sous.
L'ylang-ylang (ou cananga odorata pour les scientifiques) appartient à la famille des annonacées. Encore un végétal originaire des Moluques où il est connu depuis l'antiquité ! mais c'est au XIXè siècle qu'il a été introduit aux Comores avec le bonheur que l'on sait. Parmi les nombreuses espèces existantes c'est la variété genuina qui est la plus économiquement intéressante. Son écologie est très particulière ; c'est arbre exige une température élevée, un climat humide, de faibles altitudes ; il redoute les vents violents et les eaux stagnantes, par contre il affectionne les sols perméables ; mais il n'est pas hostile aux terrains pierreux ; il accepte aussi des cultures vivrières. Ces divers éléments sont réunis aux Comores, pays arrosé, caillouteux et au sol très poreux. La première floraison a lieu vers deux ans, mais la floraison utile se développe vers 4-5 ans ; la production est bonne jusqu'à 20 à 25 ans, âge à partir duquel on procède au recépage ou à l'arrachage ; mais l'ylang-ylang peut atteindre l'âge de 50 ans. L'arbre peut pousser jusqu'à 30 mètres de haut, mais les nécessités de sa cueillette manuelle, tâche traditionnellement dévolue aux femmes, ont conduit à l'écimer pour limiter sa taille, contribuant à lui donner cet aspect torturé si caractéristique.
Chaque arbre produit environ 5 kg de fleurs. Ce sont ses fleurs, si facilement reconnaissables, par leur odeur et leur forme de grande étoile jaunâtres, qui donnent après distillation, l'essence d'ylang-ylang ou huile de cananga, très recherchée comme fixateur en parfumerie.
Les cueillettes ont lieu deux fois par an : de mai à juillet et de novembre à décembre. Même si les fleurs fleurissent toute l'année, les meilleures apparaissent avec les pluies. La qualité du futur produit réside dans le choix des fleurs matures, la rapidité de la cueillette et la rapidité de l'acheminement vers les distilleries. La distillation, étape décisive dure environ 12 heures, les meilleures fractions étant recueillies dans les deux premières heures. On compte 100 kg de fleurs pour faire 20 kg d'essence. Les Comores sont vraiment la terre de prédilection de l'ylang-ylang, à défaut d'être sa terre d'élection. Au moment de la splendeur de sa production, chaque hectare donnait en moyenne 2250 kg de fleurs. Aujourd'hui les rendements ont baissé. L'huile de distillation est recueilli en quatre, voir cinq fractions, correspondant chacune à autant de catégories : extra supérieure et extra normale, ainsi que première pour la parfumerie de luxe, les deuxième et troisième étant destinées aux cosmétiques, aux savons et aux détergents. La concurrence, ici comme dans bien d'autres domaines, joue à plein aujourd'hui au détriment des Comores.
La côte d'Ivoire a des projet de développement de plantations d'ylang ; les grandes maisons de parfumerie ont tendance à diversifier leurs sources d'approvisionnement : Haïti, pays d'Asie. Les produits de synthèses s'en mêlent aussi. Aujourd'hui et d'après J.P Guerlain, rares sont les parfums qui intègrent plus de 50% de produits naturels dans leurs compositions ; ce phénomène explique évidement la mévente, plus ou moins chronique enregistrée sur ce type de produit au cours de ces dernières années. Dans les années 50, années de gloire, qui voyaient la société Bambao au firmament de sa réputation et de sa production, toutes les essences étaient acheminées vers Anjouan pour y être traitées par des ingénieurs chimistes ; aux côtés de l'ylang, elle avait introduit d'autres plantes à parfum : le vétiver, le jasmin... entre autres. Une époque aujourd'hui révolue... mais qui sait !
La production annuelle d'ylang-ylang oscille autour de 50 à 70 T, donnant très largement aux Comores le premier rang mondial (à titre comparatif, la production malgache se situe dans une fourchette de 15 à 20 t. par an). Au cours des années 70 et 80 cette production a varié de 32 T. en 1980 à 64 deux ans plus tard. Au cours de cette fin de siècle, la production moyenne est de l'ordre d'une centaine de tonnes par an, dont la grande majorité provient d'Anjouan. En 1999 une production d'une cinquantaine de tonnes a été enregistrée, contre 68 un an auparavant. Selon les années cette production représente entre 10 et 15% des ventes à l'étranger et la moitié des recettes à l'exportation. La production comorienne représente 80% de la production mondiale. En quelque sorte un record mondial très parfumé !