Poésie

KARO LE PAS 

Said Ahmed SAID YASSINE

NOFUMU MMIDJINZE 

K.A.
 

Ahmed ABOUDOU 

Sadani 

Mara 

Reno 

MAB Elhad 

Kassim MOHAMED SOYIR
 
Ali Mroivili (NAPALO)
 

Nassuf DJAILANI
 
Rolande GALAZZO
 
ANSSOUFOUDDINE Mohamed
 
Mlozi KARIBAHARI
 
Hassane MSAIDIE

Mahamoud M'SAIDIE
 
Adjmaël HALIDI
 

Saniati ZENABOU

Ben Said Issouf EL FAROUK
 
Hadji Mbaé Madi
 
Soulé Abdou Oumouri

Abdoul Aziz Fadhuili

Abdelfatah Nadjloudine

Balwan

Fred Dharma

René Joomun

Daoud Djalim

Abdou Djohar

Hassani Soulé

La poésie dans la presse
 

La Poésie Comorienne

Abdoul Aziz Fadhuili  mise à jour 21/04/2007

L'Auteur
Pas d'infos disponibles actuellement

E-mail: fazuil@hotmail.com

 

ntsilengé tsidjwa wandru wandjuwa

tsidjwa wale tsidjwa wafupvi

tsi rambuwa beyi

tsi rambuwa djuzo

tsidjwa thamani

tsidjwa yamwinyi hindri ne wuchilo

naragu ze anlama izo zikawuha

ko guwo yivulwawo yemwinyi

komlendjé wadja chiwari

ko madji yatsawulwawo namadji

nandapvo mwana harawo hozalwa

Abdoul Aziz f.
Dakar Sénégal
 
Ma lettre de nuit

C’est l'enveloppement d'un ciel du soir
autour des épaules de l'horizon
puis l'ombre se cristallise en braises
d'où germe un rosier de flammes
qui lèchent et carbonisent la forêt

C'est une agitation de bannières
devant les sillons qui se tordent

sous la fumée des feuilles mortes
roulement de vagues mouillées

dans le chuchotement de l'automne

C'est une rafale de neige
douce comme une caresse
au long des jambes du paysage
qui se blottit au creux du lac
entre les portes des glaciers

C'est une étole de cristaux

taillés en écailles si fines
qu'elles ruissellent sur les yeux

au moindre pas le long des falaises
dans le vertige des embruns

C'est une coulée de métaux
qui rejaillit sur les rocs
pour s'engouffrer dans les ravins

en grappes et lianes
entre les seins des cariatides

C'est un collier de lessive
sur le torse du torrent
entre les berges d'anthracite
aux noeuds d'acajou
dans la gifle de l'ail et du benjoin


Ce sont des bras qui se referment
autour du cou des choses
palpant leur fuite
et s'entrouvrant pour les lâcher
vers un siècle d'essor

Abdoul Aziz f.
Dakar Sénégal
 

J’AI VIDE MON TONNEAU D’EAU

Quand j’ai découvert l’amitié
Aux premiers jours d’adolescences
Par les soirs de grands virées
Dans mon joli pays les Comores
Quand mon premier amour d’été
S’en est allé sous d’autres cieux
Pour une autre facilité
Ma laissant triste et malheureux
J’ai vidé mon tonneau d’eau

Puis quand je me suis marie
Apres cinq années de fiançailles
Sans savoir ce qui m’attendait
Le lendemain des épousailles
Quand mon premier enfant est né
Comme cadeau du ciel
Venu un jour nous enchanter
Apres notre lune de miel
J’ai vidé mon tonneau d’eau

Quand ma femme s’est en allée
Apres vingt ans de vie commune
Me laissant seul abandonné
Avec mes rancoeurs, mes rancunes
Et puis quant elle est revenue
Un soir pour mon plus grand malheur
Apres quelques amours déçus,
Le cœur meurtri, les yeux  en pleurs
J’ai vidé mon tonneau d’eau

Quand les docteurs m’ont prévenus
Que la mort allait arrivée
Comme un visiteur imprévu
Venu soudain pour m’achever
Et puis quand il ne me resté,
Que mes deux yeux pour pleurer,
Devant ce gouffre noir immense,
J’ai vidé mon tonneau d’eau

Abdoul Aziz f.
Dakar Sénégal