Poésie

KARO LE PAS 

Said Ahmed SAID YASSINE

NOFUMU MMIDJINZE 

K.A.
 

Ahmed ABOUDOU 

Sadani 

Mara 

Reno 

MAB Elhad 

Kassim MOHAMED SOYIR
 
Ali Mroivili (NAPALO)
 

Nassuf DJAILANI
 
Rolande GALAZZO
 
ANSSOUFOUDDINE Mohamed
 
Mlozi KARIBAHARI
 
Hassane MSAIDIE

Mahamoud M'SAIDIE
 
Adjmaël HALIDI
 

Saniati ZENABOU

Ben Said Issouf EL FAROUK
 
Hadji Mbaé Madi
 
Soulé Abdou Oumouri

Abdoul Aziz Fadhuili

Abdelfatah Nadjloudine

Balwan

Fred Dharma

René Joomun

Daoud Djalim

Abdou Djohar

Hassani Soulé

La poésie dans la presse
 

La Poésie Comorienne

Asinum fricat asinus...watsahana, wahondrana..awandwa'.... par SADANI

" ....Les traditions sont féroces
Les noces sont de sang
Jusqu'à marcher sur la tête
Sur l'archipel aux 100.000 mosquées

Les divisions sont nombreuses
Entre le clan des Maîtres et celui des guerriers va-nu pieds armés du verbe de l'injure Qui s' réclament eux aussi de l'orgueil insulaire

Les coutumes sont tenaces
Qui consument à petits feux
Le corps de Sania sans le plaisir de l'abandon
-Elle attend dans son msutru d'humidité et de sueur-
Un serpent de mer intrônisé par les étoiles et les planètes d'une lignée de saigneurs

"Hadja ka djahomo hudja..."
Moïse incandescent guidant une errance de souffrances

Les coups d'état pleuvent comme des mangues
A la saison où même les chauves-souris se rient de nos veillées -Le peuple est mort, le peuple creuse sa tombe- Il râtera les grandes cérémonies de Grand Mariage Qui ne sont pas des jours de fête Mais de scène de défi
Pour le plus grand prochain Grand Mariage
D'un fils de son île
Et pour le grand malheur du bétail

Les couteaux sont aiguisés et Ngazidja dans son vacarme putatif Sourd sous une nuée de corrbeaux Rejoint les ténèbres d'un carnage futur

Haines réminiscentes !
Eclairs meurtriers !

Il en est ainsi d'une île
Qui couve l'incendie sous ses pieds
Et qui, en sautillant fait du surplace
Et se brûle la cervelle

-Mgodro militera b'wa zeye- !
Nous finissons nos danses dans la précipitation
En tournant le dos à l'arène qui nous élira vainqueurs ou vaincus Nous n'en avons que faire "Nous sommes les meilleurs"

Les lamentations suivent les cris de victoire

ss*

*Toute ressemblance avec des faits constatés ou rêvés est pure rigolade

                     SADANI 04/10/2003