Poésie

KARO LE PAS 

Said Ahmed SAID YASSINE

NOFUMU MMIDJINZE 

K.A.
 

Ahmed ABOUDOU 

Sadani 

Mara 

Reno 

MAB Elhad 

Kassim MOHAMED SOYIR
 
Ali Mroivili (NAPALO)
 

Nassuf DJAILANI
 
Rolande GALAZZO
 
ANSSOUFOUDDINE Mohamed
 
Mlozi KARIBAHARI
 
Hassane MSAIDIE

Mahamoud M'SAIDIE
 
Adjmaël HALIDI
 

Saniati ZENABOU

Ben Said Issouf EL FAROUK
 
Hadji Mbaé Madi
 
Soulé Abdou Oumouri

Abdoul Aziz Fadhuili

Abdelfatah Nadjloudine

Balwan

Fred Dharma

René Joomun

Daoud Djalim

Abdou Djohar

Hassani Soulé

La poésie dans la presse
 

La Poésie Comorienne

Décès de Mmadi Moegni
par Said Ahmed Said Yassine

LA PERTE TRAGIQUE D’UN ENFANT DE LA NATION COMORIENNE

Loin, je suis, je n’ai pas pu participer à la foule nombreuse qui t’a rendu le dernier Adieu, mais ici, je fais aussi la prière.
La prière pour toi, enfant prodigue.
C'est une perte tragique qu'a connu l'archipel de la lune. Moi comme les autres je prie Dieu. Je prie Dieu pour qu’il te réserve une place de choix dans son paradis. Ô toi, Mmadi moegni, tu es parti si tôt et si jeune, même si chez le très haut ce qui compte c’est l’heure. Tu es parmi ceux qui ont laissé des orphelins. Orphelins familiaux, orphelins moraux.
Toi qui as servi infatigablement à ta jeune nation.
Toi qui as secouru plusieurs dizaines de milliers de têtes menacées de l'ignorance. Parmi elles, la mienne.
Toi qui as accompli tes tâches de façon aussi noble.
Tu es dans ta demeure éternelle et tu l'occupes pendant longtemps. N'est-ce pas toi, Mmadi moegni, un des artisans de ma plume ?
N'est-ce pas toi Mmadi moegni qui salissais mes pages avec l'ancre rouge ?
N'est-ce pas toi Mmadi moegni que j'ai énervé un jour dans le modeste, mais noble lycée. Lycée said Mohamed Cheick de Moroni devant le tableau noir ?
N'est-ce pas toi Mmadi moegni qui m'as dit :"tais-toi idiot, machine à rire?"
Ce tendre grondement du père et fils ne m’avait pas fragilisé. J’avais continué mes rires, mais tu ne savais pas à cause de quoi je riais. Sinon un des amis avec lesquels j’ai usé mon pantalon sur le banc savait pourquoi je riais ce jour là.
N'est-ce pas toi Mmadi moegni qui m'as fait peur avec le torse d’un homme fort, sportif de haut niveau et fini par me conseiller de suite ?
N'est-ce pas toi Mmadi moegni qui fabriquais mes vers, mes proses, mes sonnets, mes strophes...?
N'est-ce pas toi Mmadi moegni qui m'as dit que mon père t'était bien connu depuis longtemps et il t’a dit…? Mmadi moegni, dans ton château de paix et de tranquillité, permets moi de verser une bonne quantité de larmes. Larmes de crocodile même, l'armes d'un orphelin dont l’espoir est attenté.
Je te connaissais déjà, mais je ne savais pas que tu allais partir si tôt comme ça. Pourquoi tu ne nous as pas dit que ta feuille t'avait averti ? Dommage, la décision de ton départ a été écrite et prise par le très haut. Dommage, nos interventions n'auraient rien fait. Dommage Mmadi moegni, pleurer, prier, gémir sont également lâches. Si c’est lui qui décide l’heure, elle est incontestable. N'est-ce pas ? Le petit peuple, peuple miséreux avait besoin de toi, il pense toujours à toi. Tes oeuvres n'ont pas été achevées, mais celles que tu as accomplies sont aussi nobles. Mon professeur, les comoriens te connaissent. Certains te connaissent journaliste, d'autres, ministre mais moi et mes amis avec lesquels j'étais victime, étant sacrifiés par le pouvoir gendrocratique, te connaissons professeur, pédagogue, sauveur, bienfaiteur... Plein de beaucoup de pitié, de patriotisme, de civisme, de dynamisme... sociable, généreux de cœur, agréable à fréquenter sans complexe.
Tel est le Mmadi moegni que nous connaissions et qu’on ne va jamais oublier. Ton arrachement dépasse mon imagination. Mmadi moegni, je n'ai pas oublié. Je te dois beaucoup. Même si tu es parti avant que je m'acquitte de la dette, mais j'en suis reconnaissant.
Je suis reconnaissant de l'ajustement que tu as fait à mon navire. Mon petit journal local "Bishio" ne t'a pas connu arrogant, ne t'a pas connu égoïste... Sur les bancs du lycée Saïd Mohamed Cheick, au moment où tu salissais tes mains de la couleur de sombre avec la poudre de plusieurs couleurs, tu m'étais si proche.
N'est-ce pas toi Mmadi moegni qui m'a appelé souvent Ô "fisse" ( qui rit beaucoup ) à cause de mes éclatements de rire qui gâtaient souvent tes discours, lors de tes séjours devant le tableau ? Tu m'étais patient, tolèrent et un bon conseilleur. Mes rires étaient l’unique défaut que tu m’avais attribué, mais ils ne t’avaient pas découragé.
Je ne t'oublierai jamais.
Et il est certain que mes amis aussi, mes anciens collègues avec lesquels j'étais sacrifié à cette époque là ne t'oublieront jamais. Au revoir mon professeur Mmadi moegni en te disant que ce que je n'ai pas pu dire ce jour-ci, je le dirai prochainement. Paix à ton âme mon professeur.

said ahmed SAID YASSINE
( Yassine ) Lyon