Poésie

KARO LE PAS 

Said Ahmed SAID YASSINE

NOFUMU MMIDJINZE 

K.A.
 

Ahmed ABOUDOU 

Sadani 

Mara 

Reno 

MAB Elhad 

Kassim MOHAMED SOYIR
 
Ali Mroivili (NAPALO)
 

Nassuf DJAILANI
 
Rolande GALAZZO
 
ANSSOUFOUDDINE Mohamed
 
Mlozi KARIBAHARI
 
Hassane MSAIDIE

Mahamoud M'SAIDIE
 
Adjmaël HALIDI
 

Saniati ZENABOU

Ben Said Issouf EL FAROUK
 
Hadji Mbaé Madi
 
Soulé Abdou Oumouri

Abdoul Aziz Fadhuili

Abdelfatah Nadjloudine

Balwan

Fred Dharma

René Joomun

Daoud Djalim

Abdou Djohar

Hassani Soulé

La poésie dans la presse
 

La Poésie Comorienne

Nassuf DJAILANI
mise à jour 02/07/2008


Ci dessous un extrait
de son recueil

L'Auteur
Nassuf Djailani, poète, nouvelliste et journaliste

(Prix Bayard), l’auteur est né à l’île de Mayotte dans l’archipel des Comores. Il est journaliste pigiste pour la radio, la télé et la presse écrite. Après des études secondaires jusqu’au bac, une classe préparatoire spéciale IEP au lycée Thiers à Marseille, il entreprend des études d’histoires à Bordeaux tout en préparant des études de journalisme à l’IUT de Journalisme de Bordeaux. Il travaille ensuite pour RFO Paris et RFO Mayotte… Il a collaboré à l’émission Là-bas si j’y suis de Daniel Mermet pour une série de reportage sur l’immigration clandestine entre les Comores indépendantes et Mayotte (Mayotte un confetti explosif) pour France Inter.

Il est également journaliste reporter d’images, diplômé de l’Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine. Depuis deux ans, il collabore à des revues littéraires en France (notamment Riveneuve Continents et Ubu). Auteur édité, il est  lauréat du Grand Prix littéraire de l’Océan Indien, ainsi que du premier Prix de la poésie 2005, pour Roucoulement.

Il a publié Spirale (poésie) aux éditions Les Belles pages à Marseille en 2004, ensuite Une saison aux Comores, aux éditions Komédit en 2005, réédité en 2006, et Roucoulement, poésie, aux éditions Komédit en 2006.

L’un de ses textes dramatique comme La vertu des ombres (inédits) sont joués à Mayotte, lors des Rencontres du théâtre populaire qui ont lieu tous les ans.

 

Œuvres principales :
Romans
:
- Te bâtir, à paraître
- à l’embouchure du diamant rouge (à paraître)
Nouvelles:
- Une saison aux Comores, Komedit, 2005, réédité 2006
- Marche ou crève, (à paraître)
- Sous le parvis de la pleine lune, (à paraître)
Poésie:
- Roucoulement, Komedit, 2006
- Spirale, Les Belles pages, 2004
- Les îles rebelles,  ouvrage collectif, éditions de l’UDIR, 2005

Publications en revue :
- Dans le vertige du trumba
, poésie, Riveneuve Continents, juin 2005
- Le théâtre mahorais part à la rencontre du monde, Riveneuve Continents, 2006
- Moisson de lettres indianocéanes, Riveneuve Continents, juin 2006
- « Echanger en changeant, sans se perdre », Ubu-Scène d'Europe, juillet 2006
 
ROUCOULEMENT
, KOMEDIT, 2006, 52p)
    
UNE SAISON AUX COMORES, KOMEDIT, 2005, 102p
réédité en 2006

SPIRALE, Les Belles Pages, 2004, 144p
 

Préface
Nous nous sommes croisés en 1996.
Tel un papillon de nuit attiré par la lumière, il était finalement venu se joindre au groupe d'élèves intéressés par la conception et la rédaction de « TAM-TAM », le journal du collège. Il était un parmi les autres, souriant mais plutôt en retrait, ne cherchant surtout pas à se mettre en évidence.
Aussi, ne le connaissant pas par ailleurs, je ne l'ai pas remarqué.
C'est en 1997 qu'il est sorti de sa réserve en créant « ex nihilo » le premier journal de « brousse », le mensuel « LISEZ-MOI ». Vous avez bien lu « brousse », un vocable qui invite à l'Afrique. C'est d'une Afrique particulière qu'il s'agit puisque nous sommes à Mayotte, une terre comorienne à la croisée des courants marins et humains avec tout ce que cela comporte d'apports successifs. Et il ne faut pas considérer ces apports en tant que strates : les agissements humains ne sauraient se comparer au processus physique de sédimentation. Entre confrontations, métissages et syncrétismes, en s'affranchissant d'un certain ordre établi, en osant affronter les réactions mesquines, jalouses ou passéistes des uns ou de certains autres, afin aussi d'inscrire sa vie et le parcours de son île dans un destin planétaire, il revendiquait et usait d'un droit à la parole d'un côté, d'un droit à l'information de l'autre.
Dans une indifférence générale confinant au mépris, j’ai apporté ma pierre, bien modestement. Nous avons fait connaissance presque exclusivement autour de cette exigence de modernité pour Mayotte, son parcours personnel ne se dévoilant que par bribes aussi brèves que discrètes.
Il a fallu l'exil, l'arrachement, le déracinement - comment nommer en effet ce grand départ pour d'autres cieux quand on s'envole de son île tropicale pour le ciel changeant de la métropole ? – pour que l'homme en devenir dévoile l'enfant révolté, l'adolescent perturbé qu'il fut tour à tour.
Cet homme en devenir couche ses blessures sur le papier pour mieux les apprivoiser. Les aigris rappelleront que « le moi est haïssable », excusez-moi de penser que ce « moi » est admirable s'il se rapporte à Montaigne, excusez-moi d'avancer que ce « moi » reste en tous points respectable s'il se rapporte à tout homme quel qu'il soit, pourvu qu'il soit capable d'avouer – il ne s'agit pas d'étaler - sa fragilité intime.
En littérature, la poésie est le support le mieux adapté lorsqu'on dévoile son questionnement secret et ses cicatrices personnelles. Au-delà des prétentions potentielles, il y a le partage avec ceux qui ressentent ainsi, ceux qui n'oseraient pas en parler et ceux qui sont empêchés de dire. Il s'agit juste de communier, cela rassure et permet de continuer la route...
Bon vent Nassuf, ami et petit frère chez les humains... Un homme seul est une humanité entière...
J.F.DEDIEU.

" Tout mettre là, tout les possibles, les plus inaccessibles, tout. Laisser barboter-là, tous ces personnages sur la blancheur insolente de la feuille blanche. Je griffonne les premiers mots de ces récits alors que les bruits de bottes se font de plus en plus lancinant du coté de l’archipel des lunes éteintes.

J’entends les sifflements de balles qui déchirent la nuit. J’entends les craquements des armes qu’on charge et déchargent. J’entends le déchirement des lambas qu’on rompt à force de tiraillement…

         Décidément l’écriture ne peut rien contre la folie meurtrière…

J’écris cette folie avec la délicate attention d’une mère qui s’occupe de cet enfant qui s’en va son bonhomme de chemin, loin hors de moi. De plus en plus loin. Puis revient. Il flotte, sourit, comme heureux de replonger, familier, dans le ventre chaud de ce récipient. Je le lave longuement dans l’eau tiède contenue dans cette bassine bleue rongée par le temps.

C’est devenu comme un rituel qu’on accompli à deux. C’est notre instant à nous après le long voyage dans la mare placentaire. Il n’est plus question de coup de pied quand le repas que j’ingurgite lui déplait. Il n’est plus question non plus d’acrobaties périlleuses pour creuser son chemin de la délivrance. Il s’agit plutôt d’instant de joie, de ces instants de plus en plus rares remplies d’émerveillement, de deux bouts de chairs, debout, joyeux de se découvrir et de se surprendre.

Extrait de Rouge Bordeaux, récit à paraître