Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique
Déclaration du Collectif des Travailleurs et Cadres Comoriens mise à jour 11/01/2006

Déclaration du collectif des travailleurs et cadres Comoriens en France

La conférence des bailleurs de fonds réunie le 8 Décembre dernier à l'île Maurice a été l'occasion pour les partenaires des Comores de manifester une nouvelle fois leur solidarité agissante.

Un immense espoir a accueilli en effet l'annonce d'une aide financière estimée à 200 Millions de dollars.Pour peu que les dirigeants Comoriens fassent montre de bonne gouvernance et de rigueur dans la gestion des affaires de l'Etat et des finances publiques, elle devrait aider à réduire sensiblement le fléau de la grande pauvreté dans notre pays.

Face à cet élan de générosité, le collectif des travailleurs et cadres Comoriens en France , réunis à Paris le 15 Décembre, exprime ses remerciements les plus chaleureux à toutes les organisations internationales et à tous les pays voisins et amis qui se sont tant déployés pour la réussite de ce sommet. Dieu sait ô combien est précieuse la contribution apportée par des institutions comme l'Union africaine , l'Union européenne, l'Organisation internationale de la francophonie ou de la ligue arabe, aussi bien que celle de l'Afrique du sud et la République de Maurice Il faut enfin et surtout mentionner le rôle d'impulsion joué par notre partenaire privilégié, la France, dont on sait qu' il a été pour beaucoup dans le succès de cette conférence.

Pour tirer le meilleur parti de la bonne volonté et de la solidarité de la communauté internationale et casser la spirale du sous-développement, il appartient maintenant au pouvoir et aux acteurs politiques de toute obédience que ce soit,de faire preuve de sérénité et de sens de responsabilité. Voilà pourquoi nous prenons acte et nous félicitons de l'engagement pris solennellement par le colonel Azali d'œuvrer pour que<< l'alternance prévue dans quelques mois, se déroule dans les délais impartis, dans la liberté et la transparence, afin que les nouvelles autorités aient la légitimité nationale et internationale requise>>.

Parce que du respect de l'alternance dépend la concrétisation des engagements souscrits par nos partenaires, ce serait porter gravement atteinte à la crédibilité internationale de l'Etat que de faire obstruction à la tenue régulière des élections. La mise en place par décret présidentiel d'une commission électorale constitue donc un gage de bonne foi. Ce dispositif fondé sur l'article 13 de la constitution devrait mettre fin aux spéculations et manœuvres dilatoires cherchant à accréditer l'hypothèse d'une remise en cause de la constitution.

Notre défi majeur étant de parvenir à restaurer la stabilité politique en consolidant la réconciliation nationale, la démocratie et l'Etat de droit,tout le monde doit prendre ses responsabilités pour que ,face à ce nouveau rendez- vous avec l'histoire, seuls puissent prévaloir les intérêts supérieurs du pays.

Le CTC