Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique

Déclaration de l'Alliance Islamique de Bienfaisance (Rabitat Al-Hairiyat Al-Islamiya)
sur l'Attentat aux moeurs aux Comores

 

L'Alliance Islamique de Bienfaisance (A.I.B), une Organisation Non Gouvernementale oeuvrant pour la contribution et l'amélioration des conditions socio-éducatives du citoyen comorien ainsi que la préservation des moeurs culturelles et religieuses des Comores, déplore avec fermeté les actes malsains perpétrés dans notre pays, plus particulièrement les pratiques de pornographie, pédophilie et prostitution dont les acteurs sont des jeunes comoriennes et comoriens patronnés par des coopérants français.

Sans nul doute, cet événement malheureux est un défi sans précédent aux
valeurs et moeurs comoriennes, ainsi qu'aux principes de l'Islam. L'AIB considère que l'objectif des actrices et acteurs de ces actions blasphématoires est la propagation volontaire de la débauche et les moeurs incompatibles à la religion et à l'éducation authentique comorienne.

Par ailleurs, l'AIB saisit cette triste occasion pour dénoncer vigoureusement la mondialisation qui vise à porter préjudice aux cultures et valeurs ainsi qu'aux religions des nations en diffusant la débauche dans le monde à travers les moyens de communications en vue d'absorber les peuples faibles au profit des nations puissantes sans raison aucune. Elle reconnaît, en revanche, la mondialisation qui préserve les cultures et les religions des peuples et diffuse le savoir et l'art qui respecte la culture d'autrui, ainsi que la science, la technologie, la lutte contre la pauvreté et l'égalité entre les peuples devant les instances internationales.

L'AIB considère que l'affaiblissement de l'éducation de la famille, noyau principal de la société, est la cause principale de ses malheurs. Le rôle des parents est de garantir une éducation saine de leurs enfants et de les protéger contre les invasions et agressions culturelles extérieures. Quant à l'éducation, celle-ci se trouve dans une situation déplorable. Le système éducatif, malgré les recommandations issues des états généraux n'arrive jusqu'à présent à combler le vide entre les informations communiquées et l'éducation civique et religieuse qui devrait accompagner le cursus scolaire. L'enseignement coranique reste précaire et dépourvu des moyens et méthodes permettant de produire des résultats positifs au développement de notre société. La libéralisation et le laxisme observés dans les émissions de nos radios et télévisions nationales ou privées contribuent également à la dégradation de nos moeurs. L'AIB reconnaît que la misère qui pèse sur la majorité de la population comorienne joue un rôle non négligeable à la dégradation de nos moeurs. Toutefois, elle voudrait rappeler que les Comoriens ont jadis exprimé que la pauvreté n'est pas une raison d'outrage aux bonnes moeurs. D'où la nécessité de renforcer la cohésion sociale des comoriens pour qu'ensemble puissions relever les défis qui frappent notre société.

Par conséquent, l'AIB lance un appel à tous les comoriens : parents,
enseignants, politiciens ou administrateurs, chacun dans son domaine à se mobiliser et à tout mettre en oeuvre pour barrer la route aux fléaux socio-économiques qui frappent notre pays. Et cela pourrait être réalisé par le renforcement du rôle de la famille dans l'éducation des enfants, le respect de la spécificité culturelle et religieuse dans tous nos établissements scolaires et le rehaussement du sens du civisme dans notre société. La responsabilité des autorités politico-administratives dans le maintien de l'ordre, l'orientation des programmes diffusés dans nos médias et le contrôle du flux de l'information à travers les moyens modernes de communication n'est pas la moindre.

Enfin, l'AIB salue les efforts inlassables déployés par la police
comorienne, malgré ses moyens limités, pour mettre la main sur les acteurs de ses actes malsains et souhaite que la justice mène sa mission d'une façon sereine et impartiale pour que d'autres conséquences graves ne se reproduisent dans notre société. Sachant le rôle non négligeable des religieux dans notre pays, l'AIB exprime sa disponibilité à accompagner les autorités ainsi que les chefs coutumiers afin que des mesures adéquates soient prises pour préserver la dignité de notre société et les valeurs
culturelles et religieuses qui les incarnent.

Moroni, le 22/07/2002

Le Président de la Ligue Islamique de Bienfaisance

Said Mohamed Charif Said Ahmed