Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique
déclaration N°3 du président de la Ligue Amicale pour la recherche scientifique
mise à jour 20/08/2006

Le 13 mai 2006
Déclaration 
3
Unité - Justice - Progrès
===================

Élections présidentielles séparatistes au Comore
La République de Comore

Etat démoli * Peuple déchiré * Islam trahi

Le Comore : est un seul pays composé d’un seul peuple comorien vit dans quatre îles : Maoré, Mwali, Ndzouwani et Ngazidja, uni par une seule langue, une seule culture et une seule religion qui est l’Islam.

Le Comore traverse une crise constitutionnelle sans précédente depuis 1997. Des mouvements séparatistes ont bouleversé le pays sans que personne n’ose parler des vrais problèmes ou n’ose proposer des solutions adéquates. Des plusieurs tentatives ont vu le jour sans succès, car les solutions proposées à cette crise ne sont pas des initiatives provenant des comoriens eux-mêmes, mais ce sont des solutions provenant de l’extérieur et imposées aux comoriens contre leur gré.

Les grands problèmes qui secouent et menacent l’Unité Nationale de l’Etat Comorien :

1-       La corruption générale de l’administration de l’Etat Comorien avant et après l’indépendance.

2-       La mauvaise foi de tous les dirigeants comoriens, présidents, Ministres, Députés et administrateurs, qui ont dirigé l’Etat Comorien depuis l’indépendance, qui ne pensent qu’en l’enrichissement personnel au détriment de notre pays (à l’exception du Président Ali Swalihi et le Président Mohamed Djohar).

3-       L’indifférence du peuple comorien devant cette situation déplorable en raison de la misère, de la pauvreté, des maladies et de l’ignorance qui font que chaque comorien n’a pas le temps que de penser à son pain et à son sort.

4-       La dépendance totale et aveugle de la vie de comoriens dans tous les domaines : administration, éducation et enseignement, alimentation, soins médicaux, infrastructures, etc.

Depuis l’indépendance, l’Etat Comorien est dirigé par cinq Présidents  :

1-       Le Président Ali Swalihi a dirigé l’Etat Comorien durant une période de deux ans et dix mois ;

2-       Le Président Ahmed Abdallâh a dirigé l’Etat Comorien durant une période de onze ans ;

3-       Le Président Saïd Mohamed Djohar a dirigé l’Etat Comorien durant une période de cinq ans ;

4-       Le Président Mohamed Taki a dirigé l’Etat Comorien durant une période de deux ans et demi ;

5-       Le Président actuel le colonel Athouman Azali a dirigé l’Etat Comorien durant une période de six ans.

A l’exception du Président Ali Swalihi, qui nous a laissé environ 70 Moudiryats (communes) transformés après sa mort, par le Président Ahmed Abdallâh des collèges ; aucun des dits présidents n’a servi que ses intérêts, ceux des ses proches et ceux des ses gouvernements et de leurs amis.

Le Président Ahmed Abdallâh qui a dirigé l’Etat Comorien durant une période de onze ans était la personne la plus riche de l’océan indien ; Il n’a pas mis sa richesse au profit de l’île de Ngazidja.

Les manipulateurs du mouvement séparatiste prétendent que la richesse de l’Etat Comorien n’avait servi depuis l’indépendance que l’île de Ngazidja.

Par conséquent, il est important de rappeler à tous nos concitoyens comoriens et d’expliquer aux autres les sources du développement de cette île :

La population de l’île de Ngazidja s’organise à l’intérieur comme à l’extérieur dans le carde de regroupements ou des associations villageoises dans le but d’une solidarité sociale en collectant de l’argent pour le développement de leurs villes et de leurs villages, en assumant la responsabilité de construire des : Mosquées, des rues, des centres médicaux, des foyers communs réservés à l’organisation des cérémonies et des fêtes des habitants de la ville ou du village ; construire des marchés, des installations électriques, d’organisation des funérailles et des obsèques de leurs morts ou de les rapatrier au Comore … etc. Ce genre de regroupement et solidarité n’existent aucunement au sein de nos frères issus des autres îles de Comore.

Les recettes de l’Etat Comorien proviennent essentiellement de frais des douanes de Moroni. Ces recettes sont partagées  entre les trois îles : Ndzouwani, Mwali et Ngazidja, qui forment l’Etat Comorien.

Le port international maritime comorien se trouve à l’île de Ndzouwani. Ses recettes ne sont pas partagées entre les trois îles, elles appartiennent à l’île de Ndzouwani toute seule.

Où sont-t-elles, alors, les richesses qui serrent seulement l’île de Ngazidja ?

Nous rappelons, nos frères concitoyens de Mwali et de Ngazidja  que le Mouvement séparatiste de Ndzouwani a mobilisé les Wandzouwani par l’organisation des manifestations de soulèvement populaire à Ndzouwani pour faire pression sur les deux autres îles dans le but d’imposer la mise en place de cette Constitution séparatiste actuelle au Comore.

Ce Mouvement séparatiste de Ndzouwani nous a fait croire que cette constitution destructive représente la seule issu de la crise Constitutionnelle comorienne qui lui ramènera à l’Unité Nationale de l’Etat Comorien.

Le Mouvement séparatiste de Ndzouwani n’a pas tenu ses promesses, il a continué dans la voie séparatiste :

1-       Une indépendance séparatiste est proclamée par ce Mouvement depuis le 03 août 1997  jusqu’à ce jour ;

2-       Un gouvernement séparatiste dirige l’île de Ndzouwani depuis le 03 août 1997 jusqu’à ce jour ;

3-       L’île de Ndzouwani n’a pas participé aux élections présidentielles organisées en 2001 au sein des îles de Ngazidja et Mwali qui forment l’Union de l’Etat Comorien, selon les dispositions de la Constitution séparatiste actuelle, sous prétexte que cette île est devenue indépendante depuis le 03 août 1997 ;

4-
       Le Drapeau National de l’Etat Comorien n’a jamais flotté un jour sur l’île de Ndzouwani depuis le 03 août 1997 jusqu’à ce jour sous prétexte qu’elle est indépendante ;

5-
       Aucun bureau à Anjouan (Ndzouwani) ne représente l’administration de l’Union de l’Etat Comorien ;

6-       Le Mouvement séparatiste de Ndzouwani  a continué à fêter son indépendance séparatiste tout le 03 août de chaque année ;

7-
       Aucun fonctionnaire de l’Etat Comorien issu de Mwali ou de Ngazidja n’a le droit d’exercer sa fonction à Ndzouwani ;

8-
       Le Mouvement séparatiste de Ndzouwani ne regarde les deux îles de Mwali et de Ngazidja que par l’œil d’intérêt comme des marchés commerciaux rentables et lucratifs, des entreprises bénéfiques pour leurs marchandises.

Par conséquent, il n’est pas acceptable, en aucune manière, qu’un président issu du mouvement séparatiste ou qui le soutien par ses actes ou par ses paroles ou bien par son silence, peut devenir président de la République Comorienne ou président de l’Union de l’Etat Comorien !

Toute personne issue de l’île de Ndzouwani, qui est actuellement indépendante, n’a aucune légitimité de diriger l’Union de l’Etat Comorien, il ne mérite auprès de la population comorienne que la désobéissance jusqu’à ce que l’île de Ndzouwani revienne au sein de l’Union de l’Etat Comorien.

Pour résoudre la crise comorienne, tous les Comoriens doivent engager une lutte contre les problèmes majeurs qui secouent et anéantinssent l’Unité Nationale du peuple Comorien et menacent l’existence de Comore :

1-       L’annulation pure et simple de la Constitution séparatiste ;

2-       L’annulation pure et simple de l’indépendance séparatiste de l’île de Ndzouwani ;

3-       La mise en place d’une Constitution fédérale pour les quatre îles comoriennes qui donnera le droit d’avoir un Président de l’Etat fédéral élu au suffrage universel direct des quatre îles, des Gouverneurs élus au suffrage universel direct dans chaque île ;

4-       Lutter contre  la Corruption Générale de l’administration de l’Etat Comorien par : Des mesures de contrôle décisives de biens de l’Etat et  le contrôle décisif aux dépenses du gouvernement, des fonctionnaires et  de leurs directions.

5-       Lutter contre la mauvaise foi des dirigeants comoriens, présidents, Ministres, Députés et administrateurs, en fixant le délai minimum de la destitution du Président de la République en cas d’ abus de biens sociaux de l’Etat Comorien en  s’occupant seulement de ses intérêts personnels.

6-       Lutter contre l’indifférence du peuple comorien devant les situations déplorables qui frappent le pays en l’accordant la liberté des critiques constructives aux dirigeants comoriens.

7-       Lutter contre la dépendance totale et aveugle de la vie comorienne de l’étranger dans tous les domaines : administration, éducation et enseignement, alimentation, soins médicaux, infrastructures…etc. en développant les richesses comoriennes : agriculture, pêche, élevage et nourrissage du bétail ainsi que le développement des services sociaux : constructions des hôpitaux, des écoles, des routes sécurisées, organiser l’urbanisme et supprimer les bidonvilles en construisant des maisons équipées de tous les moyens humains.

8-       Sauver l’économie nationale qui parte à l’étranger pour soigner nos concitoyens et assurer l’enseignement de nos enfants, en édifiant des hôpitaux, des écoles secondaires et supérieures.

9-       L’Union c’est comme un mariage qui a besoin d’amour mutuel. Nous sommes d’accord avec l’Union Nationale des îles comoriennes, mais nous sommes totalement contre que l’île de Ndzouwani proclame une indépendance de leur île et veut encore partager le pouvoir de l’Union de l’Etat Comorien qu’elle n’ y est pas et ne fait pas partie.

Vive l’Unité Nationale de Comore ; Vive l’Intégrité territoriale de l’archipel de Comore

(Maoré * Mwali * Ndzouani * Ngazidja).