Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique

Déclaration du Parti pour le Salut national ( PSN)
 

Le 23 décembre prochain, le peuple comorien sera consulté sur le projet de constitution du Nouvel Ensemble Comorien. En effet, si l’on se réjouit du consensus obtenu par l’ensemble de la classe politique comorienne ayant permis son élaboration, beaucoup de manques et de contradictions subsistent. Dans le fond comme dans la forme, par les incertitudes qui pèsent sur son applicabilité en raison de son incohérence et tenant compte des expériences récentes vécues en la matière, ce texte est inacceptable. Il ne peut être adopté en l’état.  
Le changement de la dénomination de l’Etat et la rupture avec les symboles nationaux qui ont fait la fierté de notre pays et celui du combat pour l’indépendance nationale ne sont que des manifestations gratuites d’une volonté délibérée de faire table rase avec la mémoire de notre pays.
La multiplication des centres de décision, sans possibilité de contrôle, donc de sanctions, prédispose l’Etat à des conflits permanents quine pourront que déboucher sur la scission définitive entre les îles.
Et, l’argumentation selon laquelle, il suffirait de voter« Oui » au référendum pour se débarrasser du pouvoir militaire n’est qu’un raisonnement absurde ne pouvant justifier en aucune manière le soutien à une constitution dont l’issue est la balkanisation inéluctable des Comores.  
Aussi, pour toutes ces raisons, le PSN appelle à voter« Non » au referendum constitutionnel du 23 décembre.
Le PSN propose le report du référendum afin de réviser le texte du présent projet de constitution du NEC. À défaut, le PSN propose que : une fois que le présent projet sera repoussé par le peuple, il soit procédé à l’élection d’une Assemblée constituante sur la base des lois électorales existantes, afin d’élaborer un nouveau texte, en prenant comme modèle la constitution de 1978 et l’Accord-cadre de Fomboni, du 17 février2001.

Fait le 11 novembre 2001

Le Secrétaire Général

Said AliMohamed.