Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique

Hassan Mohamed Djalim

Chef Protocole à la  Primature

_____________________________

Moroni le 18 janvier 2002.

 A Son Excellence Monsieur le Premier ministre

 

Excellence,

Permettez-moi, même si l’objet de cette lettre et les circonstances qui l’ont motivée ne s’y prêtent pas, de vous présenter mes félicitations pour votre reconduction au poste de Premier ministre. Diriger les destinées d’un pays en ce moment crucial de son histoire, être à la tête d’un Gouvernement consensuel d’union  nationale est une preuve encore plus éclatante de votre dévouement au service de votre pays et une reconnaissance de votre sens de responsabilité et du chef de l’Etat et des parties comoriennes impliquées dans le processus de réconciliation nationale.

Depuis près d’un an, j’ai travaillé dans votre cabinet en qualité de chef du protocole. Vous m’avez choisi d’être à vos côtés et j’ai hautement apprécié vos qualités d’homme. Soyez rassuré que je garde de souvenirs inoubliables.

Membre du parti Shawiri, parti politique qui a opté de concourir aux suffrages lors des élections présidentielles en présentant un candidat, en la personne de son excellence Mahamoud Mradabi, j’ai décidé de m’investir dans cette campagne.

Vous n’êtes pas sans savoir que les pratiques et traditions de notre pays sont encore loin de faire la part de choses, entre poste de responsabilité et engagement politique. Je suis convaincu que vous comprendriez, que pour des raisons de moralité et de responsabilité, il serait indigne de ma part de continuer à occuper ce poste de chef du protocole, un poste éminemment politique. 

En conséquence, je vous soumets avec beaucoup de regret ma démission. Je porte l’espoir que le gouvernement de transition que vous dirigez, veillera à garantir, à travers sa neutralité, l’équité et la paix.

En vous souhaitant pleins succès dans la gestion des affaires de l’Etat, je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, à l’assurance de ma très haute considération.

Hassan Mohamed Djalim