Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique
Communiqué de la DIASCOM sur la visite du Président AZALI mise à jour 20/08/2005


Coordination des Associations de la Diaspora Comorienne

VISITE DU PRESIDENT AZALI EN FRANCE

 COMMUNIQUE DE LA DIASCOM

Le Président Azali Assoumani est en France où il effectue une visite officielle du 31 janvier au 2 février 2005. Présentée comme la première du genre depuis l’indépendance partielle des Comores en 1975 (Mayotte est toujours sous administration française), cette visite est placée « sous le signe de la normalisation » selon des sources autorisées des deux pays. Nombreux sont les compatriotes et amis des Comores qui placent beaucoup d’espoir sur ce voyage du chef de l’Etat comorien en France.

Dans le cadre de cette visite, la Coordination des Associations de la Diaspora Comorienne (DIASCOM) a été contactée par les services protocolaires du Chef de l’Etat afin d’examiner avec eux, la possibilité d’une rencontre entre la diaspora et le Président de la République lors de son passage à Lyon où il devait être reçu par les autorités locales mercredi 2 février 2005.

Malgré les échanges établis, la DIASCOM n'a pas pu s'entendre avec l'entourage du président AZALI sur les modalités de la dite  rencontre, souhaitée des 2 parties, entre d'une part la DIASCOM, d’autres représentants de la société civile, et d'autre part le chef de l'Etat comorien.

Nous regrettons qu’il en fut ainsi car cette rencontre aurait été l'occasion de rappeler les questions qui préoccupent la diaspora comorienne dans son ensemble depuis des décennies, en matière de :

-
droits civiques (exercice de la citoyenneté notamment la participation dans les processus électoraux aux Comores à l’instar d’autres diasporas notamment africaines, la représentation de la diaspora à l'Assemblée nationale de l'Union des Comores, la question du visa d’entrée à Mayotte imposé par la France aux Comoriens des trois autres îles de l’Archipel et ses conséquences désastreuses ...).

- économique (facilitation des projets de développement, transferts de fonds de la diaspora, droits de douanes, rôle d'expertise des cadres et techniciens de la diaspora ...).

- sociale et culturelle (Transports aériens, la question de l’étudiant comorien à l’étranger, le rôle des artistes et talents comoriens de la diaspora comme ambassadeurs de notre culture dans le monde, la maison des Comores en France ...).

La DIASCOM réitère toutefois sa volonté de coopération avec l’Etat comorien notamment sur les projets de développement à destination des Comores et reconnaît les efforts déployés récemment par les autorités de Moroni, pour faire avancer certains de nos dossiers.

Enfin, nous nourrissons l’espoir de voir un jour nos autorités prendre sérieusement en compte les doléances de la diaspora – reconnue comme l’un des principaux bailleurs du pays, 16 % du PIB - et permettre ainsi un climat de confiance entre l’Etat comorien d’une part et sa diaspora d’autre part, afin de faire émerger la complémentarité nécessaire à la construction de notre nation.

Le Bureau national

Fait à Lyon, le 01 février 2005