Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique
Jeunesse des Comores, quel avenir ? mise à jour 30/08/2005

Ce document est issu d'une contribution de ZAID, publiée dans notre forum HABARI le 29/03/2005

A l'observation de la jeunesse comorienne, deux évidences se font jour :

D'abord, le désoeuvrement d'une grande partie de celle ci, l'absence totale de perspective, la marginalisation sociale et sans doute, l'angoisse inhérente à la nécessité de s'inclure dans la perspective sociologique culturelle, alors qu'on n'en a pas les moyens ?

D'un autre côté, la fuite en avant des familles et de ceux qui le peuvent vers l'obtention du baccalauréat et la poursuite d'études supérieures au pays ou ailleurs .

Un observateur non comorien se demanderait vite pourquoi tous les élèves comoriens veulent absolument devenir des "cols blancs" et pourquoi on ambitionne de ne former que des "cadres". La question est saugrenue , car tous ces élèves s'engouffrent-ils dans ce cursus parce que rien d'autre n'existe ?, ou plus prosaïquement, on n'a imaginé rien d'autre parce que les seules aspirations de la jeunesse sont celles là ? car voilà bien la question !

Il ne fait de doute pour personne que l'état comorien sera incapable d'absorber tous ces diplômés et que ceux ci devront rejoindre le clan des chômeurs ou des corrompus et collaborateurs des pouvoirs toujours candidats à pratiquer népotisme et favoritisme, à moins qu'ils ne soient obligés de s'expatrier. Car des vraies formations professionnelles, devant déboucher pratiquement sur des activités créatrices de richesse, d'emplois, on n'y a même pas pensé! on préfère former des diplômés inutiles et souvent hélas dévalorisés sur le plan international! On mesure l'énorme erreur stratégique qui a consisté à privilégier la création d'une université qui ira encore grossir les rangs des frustrés inemployés mais dûment diplômés alors que des secteurs économiques entiers seront inexploités. Par exemple, on apprend que des français viennent d'installer des fermes aquacoles à Mayotte pour y élever , et exporter des poissons exotiques à gros potentiel de croissance! n'était ce donc pas possible dans les îles de l'Union ? il aurait été préférable de former des techniciens de cet ordre plutôt que des docteurs en droit . De la même façon, seraient infiniment plus profitables des électromécaniciens, des mécaniciens, des agents de maintenance, etc, de vrais cordonniers, électriciens autos, coiffeurs, ajusteurs, tourneurs, menuisiers, ébénistes, etc.. etc... capables de créer des petites unités qui en générant des richesses généreraient par la même occasion leurs propres clients . Certes, pour l'état il est plus profitable de laisser se développer le commerce et l'importation de produits finis qui engraissent la douane plutôt que des unités de fabrication. Va-t-on continuer longtemps à croire que tout le monde veut être un agent de l'état alors que celui ci n'est même pas capable de payer ses fonctionnaires, ou d'une société d'état alors qu'elles sont, hors la SNPT, presque en situation de cessation de paiement .?

non, en réalité la seule chose que notre nation promet à ses jeunes, ce sont des diplômes, encore des diplômes qui ne serviront à rien . Il vaudrait mieux qu'elle leur offre l'accès à des métiers qu'ils pourraient exercer !, Sinon, nous verrons encore toutes les forces vives du pays, s'expatrier, se désespérer, et les aventuriers politiques survenir qui sauront encore leur faire croire, qu'il y a un bouc émissaire à combattre et nous savons tous ce qu'il advient ensuite ...