Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique
Message au président Mohamed BACAR mise à jour 28/08/2005

Monsieur MOHAMED BACAR
Président de l’ile Autonome de Ndzouani


Monsieur le Président
Cher Ami


Depuis 2001 Anjouan est tombée dans une somnolence tropicale ,elle n’avance pas ,immobile,elle attend,oui mais quoi ? Aide toi le ciel t’aidera nous ont toujours dit nos ancêtres. Réveillez vous Monsieur le Président ,réveillez Anjouan et les anjouanais ,sortez les de cette torpeur négative et fataliste. De temps en temps ,l’ile est sujette à quelques soubresauts à quelques agitations des enfants qui revendiquent le droit d’aller à l’école. Alors on entend le fracas des armes à feu qui tonnent ,qui tuent ,qui blessent, qui mutilent. Ne pensez vous pas que les anjouanais ont assez souffert des armes ? vous êtes comme moi père de famille et je pense qu’il n’est pas difficile D’imaginer le désarrois ,l’immense chagrin d’ un père ou d’une mère,à qui on vient annoncer la mort par balle d’un fils ,,c’est un cauchemar qu’aucun parent ne doit supporter. Vous êtes le chef de l’armée,de la gendarmerie et de la police, ces forces sont la pour protéger le peuple et non le tuer. Vous devez BANNIR l’utilisation des armes à feu contre les manifestations,il s’agit d’une question de maintien de l’ordre et non d’une guerre. Monsieur le président écoutez moi ,c’est la voix du coeur et de la raison qui vous parle,regardez moi et vous verrez les anjouanais ,tristes ,désespères,entendez leur voix,a travers mes propos,car je vous dis tout haut ce que tout le peuple veut vous faire comprendre.

Aujourd’hui ,la mendicité a quadruplé dans les grandes villes,le désespoir gagne peu à peu les gens ,et peu à peu l’exaspération les pousse A revendiquer ,le peuple commence à s’agiter,il faut l’écouter.

Votre gouvernement est incompétent,inutile ,il faut le changer,vous voulez jouer la carte de la région ,soit,mais, alors,nommez un ministre par région ,cinq ministères ,ça suffit,choisissez des gens compétents,faites appel aux opposants si besoin ,prenez à témoin le peuple,mais sachez que par définition ,un opposant ,ne pense pas forcement comme vous,écoutez les ,tracez les pistes à suivre et ,écoutez leurs suggestions,leurs propositions,leurs points de vue,mais de grâce ,privilégiez la compétence ,le savoir,laissez de cote ,le clan ,le parti,la famille.

Soyez comme moi,un visionnaire et demandez vous comment sera Anjouan dans cinq ans,dans dix ans ,dans vingt ans,quelle Anjouan voulons nous,une île prospère ,rayonnante ,paisible et accueillante,pour cela il faut la développer,la faire avancer.

De nombreux documents existent,des textes,des rapports,qu’il faut réactualiser,adapter à nos besoins réels,les énergies sont la,la compétence est la,les possibilités humaines et techniques sont la,il manque la volonté.

Nous ne sommes pas des techniciens vous et moi ,nous sommes des politiques,et ce monde attend de nous une impulsion politique,un signe,des actes,notre devoir est de réunir toutes ces énergies ,toutes ces compétences et en faire une machine à gagner ,a réussir,.

De vos ministres ,demandez des résultats ,organisez des rencontres,écoutez ,partagez,mais agissez,n’attendons pas que la situation se dégrade complètement pour venir nous lamenter inutilement.

Nous sommes nombreux à vouloir nous impliquer dans un grand processus de développement de notre chère île,vous devez très logiquement en prendre la tête et galvaniser les gens,les encourager,et tous ensemble inchallah nous réussirons.

Votre ami sincère dévoue
AHMED FOUAD MOHAMED
kokignon
Ancien Député des Comores
Paris le 24/03/2005