Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique
Déclaration du RDC 18/02/2004

Rassemblement pour le renouveau Démocratique aux Comores

Le 18 février 2004

COMMUNIQUE

Depuis le mois d’avril 1999 notre pays repose sous la chaleur de l’oppression , de l’oligarchie et de l'arbitraire. Il est vrai que notre pays a vécu des décennies de crise : crise économique, crise politique et crise sociale. Mais cette fois-ci le pire s’est multiplié en fois innombrable. Depuis l’installation du régime de colonel Azali, l’espoir de mieux vivre pour le comorien est parti en fumée.
Les Comores sont pendues aux mains des irresponsables, des hommes sans foi ni loi. Ceux-ci ont pris notre pays en otage. Nous savons très bien que ces derniers sont les artisans de la dislocation de l’archipel.
Bref, ils ont œuvré pour l’institutionnalisation du séparatisme. Synonyme de la décomposition de notre pays. Il est donc inutile de tracer le tableau du répertoire de la situation des Comores d’aujourd’hui. Personne ne peut se dire qu’il ne sait pas là où se reposent nos îles depuis bientôt cinq ans. Angoisse des jeunes, déscolarisation, amplification de la soif et du sombre, pillage des caisses d’Etat, vente des passeports…fuite des valeurs authentiques de notre pays, traduite par l’apparition d’actes à la fois pervers et avilissants .
Azali et ses hommes se sont installés avec force, sans aucun respect de droit civique. Mais nous avons cru qu’ après avoir plongé l’ensemble de l’archipel dans l’abîme, ils iront avoir la sagesse de prendre conscience de leurs erreurs.
Cependant leur mauvaise foi a amplifié le pire. La liberté a disparu, la démocratie est attentée, la justice n’existe pas, l’amertume prend terrain…pour ne citer que cela.
En outre Azali et ses hommes se présentent comme lauréats de l’unité nationale avec des soi-disant pactes, accords et j’en passe. Et de l’autre coté ils enferment dans les sinistres cachots ceux qui luttent contre l’injustice, les magouilles et la dislocation de l’archipel.
C’est pour cela que l’ RDC ,( Rassemblement pour le Renouveau Démocratique aux Comores ) dit d’une voix haute et forte « NON ». Il lance un vibrant appel à tous les Comoriens soucieux du meilleur avenir de notre pays de dire NON . NON au régime illégal du colonel Azali. NON au régime des irresponsables instauré par la force violente et qui n’est qu’un danger. Un danger pour l’avenir de notre pays. Un danger pour l’espoir du comorien d’aujourd’hui et de demain. Un danger pour les jeunes ,un danger pour l’artisan, un danger pour la femme comorienne, un danger pour un demain audacieux. Ce régime des mafieux a plongé notre cher pays dans un cul-de-sac.

QU’ONT RESULTE LES ACCORDS SIGNES ?
Sans aller trop loin, nous prenons un exemple bien précis :l’accord d’Antananarivo est l’origine de la mort de notre république. Des accords ont suivit et les résultats sont négatifs. Jusqu’au 20 décembre 2003 en présence des observateurs internationaux, l’accord de Moroni est signé. Ce dernier était un accord sur les dispositions transitoires aux Comores. Certains l’ont signé avec bonne volonté et bonne foi mais il n’est qu’une mascarade de la part du gouvernement de l’Union. Azali et ses hommes ne l’ont pas respecté mais ils l’ont violé en refusant de céder les compétences aux pouvoirs respectifs. Ceux des îles dites autonomes ( Ngazidja, Ndzouani et Mmwali ). La remise de ces prérogatives aurait dû se faire le 20 janvier 2004, un mois après la signature des accords. Nous pouvons dire que les accords du 20 décembre 2003 sont en échec. En croyant le pouvoir du colonel Azali, la communauté internationale s’égare.

LE CLIMAT ACTUEL DES COMORES
Ne restons pas sans savoir que l’île d’Anjouan refuse la primauté du pouvoir de l’Union. Celle de Mohéli s’émancipe et son président a remanié le gouvernement et a expulsé de l’île les proches d’Azali et marque son éloignement de l’Union. Et enfin, la Grande Comore à travers son président El-back fait appel à Tabo Mbeki pour faire pression à Azali.

CEUX QU’IL FAUT POUR LES COMORES
La communauté internationale doit réfléchir dans le sens de l’intérêt du peuple comorien et de l’intégrité territoriale.
La communauté internationale doit contribuer pour la création d’un nouvel Etat comorien, respectueux du droit, de la démocratie et du bien être économique et social .

Vive les Comores unies.

Bureau exécutif Du RDC
Section de France

Le président
MZE said youssouf