Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique
RETOUR AUX VIELLES PRATIQUES mise à jour 14/11/2006

Communiqué du Djawabu Ya Komori :
RETOUR AUX VIELLES PRATIQUES
27/08/2006


En mai 2006, le peuple comorien a exprimé sa volonté de changement par l'élection de Ahmed Abdallah Sambi  La liesse populaire ayant accompagné cette élection traduisait le désir de voir s'opérer un changement radical des pratiques politiques et une amélioration de la situation socio-économique de notre pays.

Seulement, depuis l'investiture du président Sambi et malgré le soutien dont il bénéficie auprès de la population, force est de constater que les promesses martelées ne sont suivies d'aucun effet. Au contraire, le pouvoir de l'Union a recours aux méthodes du passé qui ont conduit notre pays dans le gouffre depuis 1978.

Djawabu Ya Komori dans son rôle de force politique d' opposition, veillant au respect des institutions et à l'amélioration des conditions de vie de la population, prend a témoin le peuple comorien , des revirements opérés, du creusé entre le discours et les actes et de l'absence d' orientations du gouvernement SAMBI :

UNE JUSTICE PARTIALE

Au lieu d'une justice indépendante, nous assistons à la soumission de celle-ci aux ordres du pouvoir en place.
Au lieu d'une justice équitable, nous observons le caractère aberrant d'une justice à deux poids, deux mesures, qui ne respecte ni les procédures ni les justiciables, suivant des principes qui piétinent l'honneur de l'institution.

Nous, Djawabu Ya Komori exigeons que la lutte suggérée contre la corruption, se fasse sur l'ensemble du territoire de l'Union et englobe tous les crimes et délits commis dans notre pays depuis l'indépendance et ayant trait à la gestion des affaires publiques.

Par ailleurs, Djawabu Ya Komori, exprime le souhait de voir voter par l'assemblée nationale, la loi sur l' imprescriptibilité des faits de corruption, pour entourer celle-ci des garde-fous nécessaires à son indépendance vis à vis de l'exécutif national et ainsi permettre son bon fonctionnement.

UN GOUVERNEMENT SANS DIRECTION

Depuis l'investiture du gouvernement Sambi, les Comoriens n'ont aucune indication sur la politique prometteuse déclinée par le président, pour éradiquer la pauvreté. Aucune orientation n'est donnée, pour faire face aux problèmes du pays.
Tel un bateau ivre, l'équipe gouvernementale, erre d'improvisations en promesses « d'aides étrangères ».

Notre destin est hypothéqué et sa maîtrise lié à des paramètres qui ignore la dignité et le savoir faire Comorien.

On ne peut dès lors que s'interroger sur la capacité de ce gouvernement à diriger le pays, au risque de l'entraîner dans un naufrage irrémissible.

Nous, Djawabu Ya Komori exigeons des nouvelles autorités, qu'elles indiquent une voie claire aux Comoriens et des solutions concrètes pouvant résorber les problèmes cruciaux qui se posent à la Nation

LE RETOUR DES PRATIQUES ARBITRAIRES

A l'instar de ses prédécesseurs, l'exécutif mis en place par FUNDI Sambi recourt à l'arbitraire dans la gestion des affaires de l'état. Le nouveau président décrète des nominations à la tête des entreprises publiques, en totale illégalité, en dehors des prérogatives qui lui sont dévolues par la constitution et les lois organiques votées par l'assemblée nationale.

Djawabu Ya Komori appelle les nouvelles autorités de l'Union au respect des textes fondamentaux régissant l'Union des Comores.
L'illégalité institutionnelle est le terreau de toutes les dérives et des extrémismes dans nos îles.

SAMBI REMET EN SELLE LA POLITIQUE POLITICIENNE

Dans la nécessité d'un assainissement du paysage politique comorien, nous référant au discours ambitieux qui lui a valu sa victoire, il ne nous apparaît pas que le président prenne le bon chemin, en faisant appel à la vieille classe politique dont les responsabilités, dans la déliquescence du pays, ne sont pas à prouver.

Ce changement déroutant une nouvelle fois, nous indique que de tels atermoiements ne pourront jamais assurer la stabilité et l'évolution souhaitée par le pays.

Djawabu Ya Komori dénonce les conciliabules partisans engagés actuellement et appelle à un rapide ressaisissement des autorités , par la mise en oeuvre d'une politique volontariste de développement, et demeurera plus que jamais vigilant pour mener une opposition ferme et responsable, à toute démarche politicienne, à même de casser l'équilibre des institutions.

La démocratie comorienne gagnera dans la confrontation des idées, pour enrichir le débat politique et permettre au pays de se relever.

Djawabu Ya Komori, reste ouvert à toutes les bonnes volontés et aux énergies patriotiques, pour mener le combat contre toutes les déviations qui tendraient à nuire plus qu'elle ne l'est déjà , au pays.

Délégation-France de Djawabu Ya Komori

Fait à Paris, le 27 août 2006

 www.djawabu.net