Echos
Les Echos des autorités
 
Les Institutions
Les institutions
 
Partis Politiques
Les Partis Politiques
 
Opinions
Opinions diverses
 
 

 

Politique

Cher frère, chers frères et soeurs,

Ceux d'entre vous qui vivent en Europe savent que le ségrégationnisme est un phénomène omniprésent partagé par une bonne partie de population blanche.
Tous ne sont pas racistes ; j' en connais qui sont farouchement hostile au racisme.
Mais force est de constater que la haine de l'autre est de plus en plus préoccupant en Europe et notamment en France. Chez certains, il s'exprime au grand jour, tandis que chez d'autre il est latent.
C'est cette dernière forme de racisme qui cause le plus de tort à ses victimes. Il se rencontre dans les milieux professionnels, dans la politique du logement, dans les démarches administratives, etc.
Des associations existent pour combattre ce phénomène mais la tâche est si ardue que les résultats jusqu'ici acquis laissent à désirer.
Par les temps qui courent, le phénomène discriminatoire a le vent en poupe partout en Europe. Les thèses racistes et xénophobes sont très porteurs et propulsent leurs tenants vers des succès politiques retentissants. 
C'est le cas en Italie avec le gouvernement Berlusconi dont la tendance fascisante et xénophobe est connue de tous. C'est également le cas aux Pays-Bas avec l'excellent score du parti d'extrême droite aux élections législatives d'il y a 4 mois et qui lui a valu une entrée remarquée au gouvernement issues desdites élections.
C'est arrivé aussi en France, avec le second tour inopiné de J.-M. Le Pen aux élections présidentielles du printemps dernier. Tenez-vous bien, car c'est la suite qui effraye et laisse pessimiste et hagard! Réveillé de son sommeil par ces succès honteux, l'Union Européenne décide de réagir.
En faisant quoi?
- En menant une campagne pour l'égalité de tous en dignité et en droit?
- Non.
- En tenant un discours humaniste témoignant d'un esprit d'ouverture et contrariant le repli sur soi prôné par les partis d'extrême droite ?
- Non.
-En montrant au monde entier que cette montée en puissance de la haine est accidentelle et que l'Europe n'entend pas renoncer à sa vocation ( réelle ou supposée ) de terre d'accueil ?
- Non.
L'Union Européenne réagit en abondant dans le sens des extrémistes. En effet, au lendemain de ces scrutins, les pays de l'Union Européenne ont mis en oeuvre un vaste chantier de lutte contre l'immigration, le but annoncé de cette opération étant de limiter l'influence des partis d'extrême droite.
Qu'est ce que cela signifie concrètement ? 
Cela veut dire que L'Union Européenne entérine la thèse selon laquelle ce sont les immigrés qui sont à l'origine de tous les maux de l'Europe. Que les premières victimes de l'extrémistes ( les immigrés ) seraient plutôt les coupables.
Honnêtement, à part l'extrême droite elle-même, qui aurait idée de prendre des mesures contre l'immigration au lendemain de scrutins dont les résultats, empreints de racisme et de xénophobie ont étonné le monde entier ?
Si nous supportons mal le racisme au quotidien en Europe, nous devons nous révolter contre celui qui se pratique contre nous, chez-nous.
Etre Français cela crée des obligations spécifiques mais cela confère aussi des droits. Le Français (de couleur ou pas) qui manque à ses obligations tombe sous le coup de la loi, qui ne fait de cadeau à personne. Et celui dont les droits sont bafoués, s' il est de couleur, quel recourt a-t-il ?
Le gouvernement actuel donne des signes d'optimisme, car le président de la République, Jacques Chirac, vient juste d'annoncer une série de mesures pour mieux intégrer les immigrés vivant en France et leur ouvrir des perspectives, notamment professionnelles, qui leur sont jusqu'ici fermées.
Espérons que dans la pratique cela donnera lieu à une réelle avancée et qu'il ne s'agit pas d'une simple annonce destinée à calmer les esprits et faire passer l'amère pilule de la politique ultra-sécuritaire pratiquée par Nicolas Sarkozy et ses collègues.
Pour revenir au sujet qui fâche, il est urgent que les Français d'origine comorienne, s'organisent en association pour faire respecter leurs droits à l'égard de l'ambassade de France à Moroni.
Si une telle association existe déjà, je remercie toute personne la connaissant de diffuser ses coordonnées sur Habari.
Cette association doit avoir une assise en France, bien sûr, mais aussi et surtout une imposante structure aux Comores. Compte tenu du fait que 85% des Comoriens vivant en France sont Français, une telle association ne pourrait être que bénéfique. Nos enfants vivant aux Comores y trouveraient leur compte, puisque leur droit à être Français serait mieux défendus. Il faut absolument agir dans le cadre d'une association, qui pourrait, en se développant prendre les allures d'un groupe de pression. Et vous savez qu'un groupe de pression fait toujours autorité dans un pays démocratique comme la France.
Après tout, les Français d'origine comorienne sont une communauté forte de quelques 100.000 personnes. C'est un chiffre très utile qui peut faire basculer une élection dans un sens ou dans un autre.
A condition de parler d'une seule voix, comme un seul homme.
Il n'y a que comme cela que nous nous ferons respecter.

abdou azimdini